Le président américain George W. Bush a accordé mardi sa grâce à 19 personnes et commué la peine d'une vingtième, mais a laissé en suspens le sort de personnalités qui ont elles aussi demandé son indulgence, a annoncé le département de la Justice.
Le président américain George W. Bush a accordé mardi sa grâce à 19 personnes et commué la peine d'une vingtième, mais a laissé en suspens le sort de personnalités qui ont elles aussi demandé son indulgence, a annoncé le département de la Justice. — Mandel Ngan AFP

ETATS-UNIS

L'administration Bush aurait exagéré le niveau d'alerte terroriste

L'ancien secrétaire américain à la Sécurité intérieure révèle les pressions qu'il a subies...

Tom Ridge, l’ancien secrétaire américain à la Sécurité intérieure, révèle dans un livre à paraître que les collaborateurs de l’ancien président George W. Bush auraient exercé des pressions afin d’augmenter artificiellement le niveau d’alerte terroriste. Le secrétaire à la Défense de l’époque, Donald Rumsfled, et le ministre de la Justice, John Ashcroft, figurent parmi les dirigeants qui l’auraient pressé d’élever le niveau de la menace. Les faits se seraient déroulés en 2004 en vue des présidentielles de cette année.
 
S’il a refusé d’obtempérer, cette «mésaventure» a conforté Tom Ridge dans son intention de quitter le gouvernement. Ancien gouverneur de l'Etat de Pennsylvanie, il a été le premier secrétaire à la Sécurité intérieure. Un département qui a été créé par l'administration Bush en novembre 2002 en réponse aux attaques terroristes du 11 septembre 2001 après lesquelles les Etats-Unis se sont lancés dans la «guerre contre le terrorisme».