Lockerbie: Abdelbaset Ali Mohamed Al-Megrahi est libre

JUSTICE Barack Obama demande à ce qu'il soit assigné à résidence...

M.D avec agence

— 

Le Libyen avait été condamné le 31 janvier 2001 à la prison à vie pour son implication dans l'attentat contre un Boeing 747 de la compagnie américaine Panam qui a explosé au-dessus du petit village écossais de Lockerbie le 21 décembre 1988, tuant 259 personnes dans l'avion et 11 au sol.
Le Libyen avait été condamné le 31 janvier 2001 à la prison à vie pour son implication dans l'attentat contre un Boeing 747 de la compagnie américaine Panam qui a explosé au-dessus du petit village écossais de Lockerbie le 21 décembre 1988, tuant 259 personnes dans l'avion et 11 au sol. — Letkey AFP/Archives

Il est libre, mais il y aura des conditions. Abdelbaset Ali Mohamed Al-Megrahi a été autorisé à quitter sa prison écossaise pour des raisons de santé. Le gouvernement écossais l'a annoncé ce jeudi. Le Libyen, condamné pour l'attentat de Lockerbie en 1988, est atteint d'un cancer en phase terminale.

Autorisé à rentrer en Libye

 
«C'est ma décision que Mr Abdelbaset Ali Mohamed Al-Megrahi, condamné en 2001 pour l'attentat de Lockerbie et actuellement en phase terminale d'un cancer de la prostate, soit libéré pour des raisons médicales et autorisé à rentrer en Libye pour y mourir», a annoncé le ministre écossais de la Justice, Kenny MacAskill, lors d'une conférence de presse à Edimbourg.

Obama veut des restrictions

Dès l'annonce de sa libération le président américain a réagi en faisant savoir qu'il souhaitait que la Libye, pays d'origine du détenu, l'assigne à résidence. la majorité des victimes de l'attentat étaient américaines. Barack Obama a également appelé la Libye à ne pas accueillir l'ancien détenu en héros.
 
Mohamed Al-Megrahi avait été condamné à la prison à vie avec une peine de sûreté de 27 ans pour l'attentat contre un Boeing 747 de la compagnie américaine Pan Am. L'appareil avait explosé le 21 décembre 1988 au-dessus de Lockerbie, une petite ville d'Ecosse, faisant 270 morts, en majorité américains.