Ahmadinejad s'entoure de fidèles pour son gouvernement, dont trois femmes

TEHERAN Le président iranien fait fi des critiques du camp conservateur...

Paul Najafi (avec agence)

— 

 
  — REUTERS / R. HOMAVANDI (IRAN POLITICS)

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a soumis au Parlement la composition de son futur gouvernement mercredi. Pour la première fois depuis l’instauration de la République islamique de 1979, trois femmes figurent sur la liste d’un président. Après son élection controversée du 12 juin qui a plongé l’Iran dans une grave crise politique, Mahmoud Ahmadinejad continue de s’attirer les foudres des parlementaires en attribuant treize ministères à des personnes jugées inexpérimentées par le Parlement.

Quelques jours plus tôt, il avait révélé le nom de deux des femmes de son gouvernement lors d’une émission télévisée. Un geste perçu par certaines grandes figures du camp conservateur, qui avaient invité Mahmoud Ahmadinejad à «privilégier la compétence plutôt que la fidélité à sa personne». C’est donc un Parlement plutôt hostile qui devra approuver ou non la liste du président iranien.

La presse iranienne pointe du doigt ce jeudi la nomination de Massoud Mir Kazemi au poste de ministre du Pétrole, un secteur-clé de l’économie. Actuellement ministre du Commerce, il n’a pas d’expérience dans ce domaine, mais possède des liens étroits avec l’armée idéologique du pays, les «pasdarans». Le ministère de l’Aide et des Affaires sociales a été confiée à Fatemeh Adjorlou, un infirmière, proche de la milice islamique du «basidj» dévouée à Mahmoud Ahmadinejad. «Comment peut-on confier un ministère aussi important à quelqu’un ayant une spécialité sans rapport avec celui-ci», a déclaré Ahmad Tavakoli, une figure conservatrice du Parlement.