Elections en Afghanistan: les bureaux de vote ferment

KABOUL La journée a été émaillée de plusieurs incidents...

Avec agence

— 

Quelque 17 millions d'Afghans sont appelés à se rendre dans plus de 6.000 bureaux de vote pour élire leur président et leurs représentants locaux le 20 août 2009.
Quelque 17 millions d'Afghans sont appelés à se rendre dans plus de 6.000 bureaux de vote pour élire leur président et leurs représentants locaux le 20 août 2009. — REUTERS/Adrees Latif

Le vote est terminé. Les Afghans ont voté ce jeudi dans un calme relatif et sous très haute sécurité en raison des menaces d'attaques des talibans. Les bureaux de vote, qui avaient ouvert comme prévu vers 7h locales (4h30 à Paris), ont fermé à 16h (13h30 à Paris). Selon certains médias américains, les bureaux seraient restés ouverts une heure de plus en raison du bon déroulement du vote.

Quelque 17 millions d'électeurs étaient appelés à se rendre dans plus de 6.000 bureaux de vote, protégés par 300.000 membres des forces afghanes et étrangères placées en alerte maximale face à une rébellion qui a gagné du terrain depuis deux ans.

Participation moins élevée qu'en 2004

La participation était «très bonne» à la mi-journée et pourrait atteindre 50% à la clôture du vote, avait annoncé à l'AFP la Commission électorale. «Nous avons pu ouvrir 95% des 6.500 bureaux de vote: 6.185 sont ouverts, 312 fermés et nous n'avons pas de nouvelles de 16 autres», a précisé Zekria Barakzaï, porte-parole de la Commission.

La participation reste cependant bien moindre que lors de la première présidentielle de 2004, a-t-il admis. «C'était différent, il y avait beaucoup d'enthousiasme à l'époque», a-t-il déclaré. «50%» de participation au final, «cela me paraît extraordinairement élevé», a tempéré un diplomate occidental sous couvert d'anonymat. «Les informations qui remontent disent que les bureaux sont plutôt relativement vides, notamment dans le sud», a-t-il indiqué.

Tirs de roquettes

Le secrétaire général de l'Otan, le Danois Anders Fogh Rasmussen, a jugé «encourageant» le déroulement des élections. La journée a tout de même été émaillée de plusieurs incidents. Des rebelles ont donné l'assaut dans la ville de Baghlan, dans le nord de l'Afghanistan, et d'intenses combats empêchaient le vote pour les élections, a annoncé la police. A Kaboul, deux rebelles armés ont été tués dans une fusillade avec les forces de sécurité près d'un poste de police.

Par ailleurs,
des tirs de roquettes qui n'ont fait que quelques blessés et l'explosion de bombes de faible puissance ont été signalés dans de nombreuses villes d'Afghanistan mais sans perturber le scrutin outre mesure, selon les autorités. Aucune attaque directe visant un bureau de vote n'avait été signalée à la mi-journée, malgré les menaces des talibans qui n'avaient pas exclu de s'en prendre directement aux électeurs s'ils ne respectaient pas leur consigne de boycott.

Deux bombes ont toutefois été désamorcées avant l'ouverture dans un bureau de vote à Ghazni (sud), selon la police locale, et deux ou trois bureaux ont été visés dans la nuit à Khost (sud-est), selon une source internationale. Le gouvernement afghan a appelé les médias locaux et internationaux à ne pas parler des probables violences le jour du vote pour ne pas effrayer les électeurs.

41 candidats

Les électeurs auront à choisir parmi 41 candidats à la présidence et 3.196 prétendants aux 420 sièges des 34 conseils de provinces, des parlements locaux chargés de faire le lien entre le gouvernement de Kaboul et la population.

>> A lire, quel président pour l'Afghanistan? Pour connaître les trois principaux candidats, cliquez ici

Porté au pouvoir à la fin 2001 avec le soutien des Etats-Unis, puis élu en 2004, le président sortant Hamid Karzaï est le favori du scrutin présidentiel, mais pourrait, selon les analystes, être contraint à disputer un deuxième tour face à son ancien ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah.

Des élections perçues comme une avancée démocratique

Vêtu de ses traditionnels caftan vert et violet et toque grise d'astrakan, le président afghan a voté sous haute protection une demi-heure après l'ouverture du scrutin dans un bureau de vote située à côté du palais présidentiel. «Je demande à tous les Afghans de venir voter, pour décider d'un avenir meilleur pour le pays», a-t-il déclaré.

Dans un pays dévasté par plus de 30 ans de guerre et aux traditions peu démocratiques, de possibles achats de vote, manipulations des listes électorales et pressions diverses menacent la crédibilité du scrutin. Mais nombre d'Afghans interrogés par l'AFP considèrent ces élections, signe d'une certaine stabilisation politique, comme une avancée démocratique.

Violences
Trois soldats américains de l'Otan ont été tués mercredi par des attaques des rebelles islamistes dans le sud de l'Afghanistan, a annoncé l'Otan.