24 morts et 130 blessés dans des affrontements à Rafah

PALESTINE Police du Hamas et groupe extrémiste s'affrontent...

Avec agence

— 

Rafah, dans la bande de Gaza.
Rafah, dans la bande de Gaza. — DR

Le bilan s'alourdit. Au moins 24 personnes ont été tuées et 130 blessées vendredi à Rafah, dans la bande de Gaza, lors d'affrontements entre la police du mouvement Hamas, qui contrôle le territoire, et des membres d'un groupe extrémiste dissident, selon les derniers chiffres des services d'urgence, samedi à 14h25. D'après la même source, le chef de la branche militaire du Hamas pour la région sud de la bande de Gaza, Mohammed el-Chamali, figure parmi les morts.

D’après des témoins, les échanges de tirs se sont produits lorsque la police du Hamas a donné l'assaut contre les membres de ce groupe extrémiste qui s'étaient retranchés dans une mosquée.

Essentiellement des civils parmi les blessés

Parmi les blessés figurent essentiellement des civils, ainsi que des membres du groupuscule dissident, a indiqué le responsable des services d'urgence, qui n'a pas précisé si des policiers du Hamas avaient également été touchés.

Selon d'autres témoins, un groupe d'extrémistes palestiniens avait auparavant proclamé vendredi la création dans la bande de Gaza d'un «Emirat islamique», défiant le Hamas, jugé trop modéré.

Un «Emirat Islamique»

«Nous proclamons aujourd'hui la création d'un Emirat islamique dans la bande de Gaza», avait déclaré dans une mosquée de Rafah, Abdel Abdelatif Moussa, représentant du groupe radical Jund Ansar Allah, ont précisé ces témoins. Ce dernier était entouré de combattants armés lorsqu'il a tenu ces propos.

Selon le centre de surveillance de sites islamistes SITE, ce groupe salafiste palestinien a annoncé son allégeance à «l'Emirat islamique au coeur de Jérusalem», dans un communiqué publié vendredi sur son site Internet et sur des forums islamistes. Jund Ansar Allah («Les soldats des partisans de Dieu») est un groupuscule radical qui entend faire appliquer strictement la charia (loi islamique) et reproche au Hamas d'être trop libéral en terme de moeurs.