A 11 ans, il interview Obama comme un pro

ETATS-UNIS Comme un pro, Damon Weaver a parlé éducation et basket avec le président...

PB avec AFP

— 

Damon Weaver, 11 ans, interview Barack Obama, en août 2009, à la Maison Blanche
Damon Weaver, 11 ans, interview Barack Obama, en août 2009, à la Maison Blanche — DR

Il a remis ça. Le jeune garçon s'était fait remarquer par sa couverture de l'élection et une excellente interview de Joe Biden. Damon Weaver, 11 ans, s'est cette fois-ci entrenu avec le président Obama himself, et à la Maison Blanche s'il vous plait.

«Le président est une personne normale», a résumé l'écolier à la sortie de son entretien exclusif avec le président, filmé pour la chaîne de l'école élémentaire Kathryn Cunningham, à Canal Point en Floride. Dans le cadre d'un projet scolaire, Damon Weaver avait sollicité cet entretien il y a huit mois.

 

 

«Tu as un beau costume, mon garçon», dit le président en guise d'introduction à l'apprenti-journaliste, installé, cravaté et micro en main, dans les fauteuils d'un salon de la Maison Blanche.

 

Interrogé sur les tâches de sa fonction de président, Barack Obama répond: «C'est très intéressant. C'est beaucoup de travail. Quelquefois on est éreinté, mais chaque jour on a la possibilité d'aider quelqu'un».

 

Au cours de cet entretien long de dix minutes, plusieurs questions abordent l'éducation, la violence à l'école, les repas à la cantine et les devoirs. Parlant parfois comme à un journaliste professionnel, le président se laisse aller à évoquer «budgets scolaires» et «fonds fédéraux», assurant qu'il fera un «grand discours» sur l'école le 8 septembre.

 

Obama ne peut plus dunker

 

Quelques sujets plus légers ont été abordés. «Est-ce qu'on vous embêtait à l'école ?», lui demande le jeune garçon. «Non, on ne m'embêtait pas trop à l'école. J'étais grand pour mon âge», a répondu le président. Damon a également voulu savoir si le président était capable de dunker. «Quand j'étais jeune, mais j'ai presque 50 ans aujourd'hui, les jambes partent en premier», a plaisanté Obama. Quant au défi en 1 contre 1 contre le joueur de NBA Dwayne Wade, le président préférerait «l'avoir dans [son] équipe».

 

«Il est très grand et gentil», a relevé l'apprenti-journaliste qui, à la fin de son entretien, a fait sourire le président en lui demandant: «Maintenant que je vous ai interviewé, voulez-vous être mon pote ?».

 

Anderson Cooper (le présentateur vedette de CNN), tu peux trembler, la relève arrive.