Entre tremblements de terre et cyclones, l'Asie Pacifique est-elle une région maudite?

CLIMAT Tour d'horizon des raisons pour lesquelles cette région est plus touchée que d'autres par les phénomènes climatiques et sismiques...

Elodie Lestrade
— 
 
  — I. KATO / REUTERS

En quelques jours, deux typhons et un tremblement de terre se sont abattus sur l’Asie Pacifique. Ce n’est pas la première fois que cette région du monde est touchée par ce genre de phénomènes. Le Japon, qui, après avoir affronté le typhon «Etau», a été touché par un tremblement de terre, ne vit pas cette situation pour la première fois.

Les précédents de Kobe et Kanto

Le 20 septembre 2003 déjà, l’archipel avait essuyé coup sur coup un séisme et un typhon. Le séisme n’était pas parmi les plus violents enregistrés au Japon et n’avait fait qu’une dizaine de blessés. Il arrive toutefois que le Japon soit touché par des tremblements de terre bien plus violents, voire meurtriers. On se souvient du tremblement de terre de Kobe, en 1995. Atteignant une magnitude de 7,3 sur l’échelle de Richter, il avait fait 6.437 morts.

Plus meurtrier encore, le tremblement de terre de Kanto en 1923. Ce séisme, estimé a posteriori à une magnitude de 7,9, avait secoué les villes de Yokohama, de Kanagawa, de Shizuoka, et de Tokyo. Selon le bilan officiel, il avait fait 141.720 morts. Quelques années plus tard, le 1er septembre, date anniversaire de cet évènement, avait été décrété «jour de la prévention des désastres».

La saison des typhons


Car le mois de septembre peut-être particulièrement meurtrier en Asie Pacifique et au Japon plus précisément. C’est en effet à cette période de l’année que les typhons sont les plus forts. Ces cyclones qui créent une dépression tropicale sont spécifiques à la zone pacifique. Dans l’Atlantique, on les appelle des ouragans. «Du fait de la circulation atmosphérique qui va d’Est en ouest, explique un météorologue joint par 20minutes.fr, les cyclones où qu’ils se forment atteignent leur pic de force à l’ouest». C’est donc pour cette raison que l’Asie, qui se trouve à l’ouest de l’océan Pacifique, se trouve particulièrement touché.

Risques sismiques particuliers au Japon

A cela s’ajoute la situation sismique particulière du Japon. Et notamment d’Honshu, l’île principale. Cette dernière se trouve à la croisée de quatre plaques tectoniques différentes (pacifique, philippine, eurasienne et nord-américaine). De ce fait, le Japon concentre 80% de l’activité sismique mondiale. Lorsqu’ils se déroulent pendant la saison des typhons, les tremblements de terre peuvent s’avérer plus dangereux du fait de la faiblesse des sols.

Le Japon vit dans la peur du «Big One», qui intervient tous les 100 à 150 ans et qui a Tokyo pour épicentre. Le dernier en date a eu lieu en 1854.