Triple attentat meurtrier en Irak

VIOLENCE Au moins 39 personnes ont été tuées et près de 220 autres ont été blessées, ce lundi, dans trois attentats près de la ville septentrionale de Mossoul et à Bagdad...

(Avec agence)

— 

Des habitants de Mossoul sur les lieux de l'explosion d'une bombe, vendre 9 août 2009. L'attentat suicide a fait 38 morts.
Des habitants de Mossoul sur les lieux de l'explosion d'une bombe, vendre 9 août 2009. L'attentat suicide a fait 38 morts. — REUTERS/Ho New

Deux camions piégés ont explosé vers 4 heures (2 heures en France) dans le village de Khaznan, à 20 km à l'est de Mossoul, faisant 25 tués et 70 blessés. Trente-cinq maisons ont été détruites dans cette localité habitée par des Chabaks.

Les Chabaks: cible d'Al Qaïda

Cette secte kurdophone d'environ 30.000 personnes est dispersée dans 35 villages de la province de Ninive et une majorité réclame son rattachement à la région autonome du Kurdistan. Sa croyance est un syncrétisme entre l'islam, la chrétienté et d'autres religions. Persécutés sous Saddam Hussein car ils étaient Kurdes, ils ont été, après l'invasion conduite par les Etats-Unis en 2003, la cible à plusieurs reprises d'Al-Qaïda.

A Bagdad, deux attentats à la voiture piégée ont visé vers 6 heures (4 heures en France) des journaliers qui se rassemblaient, en quête de travail. Le premier attentat à Hay al-Amel, dans l'ouest de la ville, a fait 9 tués et 46 blessés. Le second à Chourta Arbaa, dans le nord, a causé la mort de 7 personnes et fait 35 blessés.

Les attentats suicides persistent

Vendredi, plus de 45 personnes avaient été tuées et 300 blessées dans une série d'attentats, la plupart contre la communauté chiite, menaçant le fragile équilibre d'un pays qui sort de deux années de guerre confessionnelle. A Mossoul, à 370 km au nord de Bagdad, un kamikaze a fait exploser sa voiture piégée près d'une mosquée chiite, tuant 37 personnes et en blessant 276 autres.

Les actes de violence ont nettement diminué ces derniers mois sur l'essentiel du territoire irakien, mais les attentats demeurent courants dans la capitale et à Mossoul (nord), la deuxième ville d'Irak, où l'insurrection reste vivace. Les forces américaines se sont retirées à la fin juin des villes irakiennes, dans le cadre de l'accord de sécurité conclu en novembre avec Bagdad.