Moscou accuse les Etats-Unis d'armer la Géorgie

CONFLIT Pour la Russie, Washington encourage ainsi le président Mikheïl Saakachvili à une nouvelle «agression»...

E.L. avec agence

— 

 
  — D. MDZINARISHVILI / REUTERS

A la veille du premier anniversaire du conflit russo-géorgien, les choses ne semblent pas se calmer entre les deux pays. Mercredi, la Russie a ouvertement accusé Washington de fournir des armes à la Géorgie.

«Selon nos informations, les livraisons d'armes des Etats-Unis se poursuivent. Cela nous préoccupe et nous pousse à prendre des mesures adéquates», a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Grigori Karassine, lors d'un point de presse.

Préparation à une nouvelle attaque pour Moscou


De son côté, le chef adjoint de l'Etat-major russe, Anatoli Nogovitsyne, a estimé que la remilitarisation de la Géorgie signifiait que Tbilissi se préparait à une nouvelle attaque, visant des capacités militaires égales voire «supérieures» au niveau d'avant-guerre.

Pour le militaire, en août 2008, après la fin du conflit armé, «l'armée géorgienne était démoralisée, mais les autorités géorgiennes sont encouragées par des soutiens extérieurs, des financements et des déclarations de plusieurs pays occidentaux», et plus particulièrement des Etats-Unis.

«Mythe» de l’agresseur géorgien

Le 23 juillet dernier, Joe Biden – en visite à Tbilissi – avait admis que son pays travaillait actuellement avec la Géorgie «pour maintenir ses forces armées». Un signe clair pour Moscou qui rappelle que Washington avait équipé et entraîné les troupes géorgiennes avant la guerre d'août 2008.

Côté géorgien, le secrétaire du Conseil de la sécurité nationale, Eka Tkechelachvili, a qualifié les accusations russes de «ridicules», estimant qu'elles visaient à entretenir le «mythe» de l'agresseur géorgien.

Regain de tension


Ces derniers jours, la tension est montée entre les deux pays qui s’accusent mutuellement de se préparer à une nouvelle attaque. Mardi soir, les présidents russe Dmitri Medvedev et américain Barack Obama se sont entretenus au téléphone, convenant de la nécessité de réduire les tensions, a annoncé la Maison Blanche.

Le ministre des affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov a également rappelé mercredi l'opposition de Moscou à une éventuelle présence d'observateurs américains au sein de la mission de l'Union européenne en Géorgie.

Alors que le président Obama prônait «le redémarrage» des relations russo-américaines lors de sa visite à Moscou en juillet, deux sous-marins nucléaires russes effectuent depuis quelques jours des patrouilles au large de la côte est américaine, pour la première fois depuis plusieurs années, a rapporté mercredi le New York Times. La Russie a insisté sur le fait que ces manoeuvres n'avaient rien d'illégales et dénoncé la réaction excessive des Américains, qualifiée «d'hystérique».