Taxer les sodas pour lutter contre l'obésité

ETATS-UNIS Les autorités sanitaires américaines cherchent le moyen de diminuer la consommation de boissons sucrées...

Avec agence

— 

Un rapport parlementaire qui doit être rendu public mardi propose d'augmenter la TVA sur certains aliments trop gras, trop sucrés ou trop salés afin de lutter contre l'obésité, affirme dimanche le Parisien.
Un rapport parlementaire qui doit être rendu public mardi propose d'augmenter la TVA sur certains aliments trop gras, trop sucrés ou trop salés afin de lutter contre l'obésité, affirme dimanche le Parisien. — AFP

Tout faire pour lutter contre l’obésité. Les autorités sanitaires américaines préconisent que les boissons sucrées soient taxées. Histoire de tenter, si possible, de dissuader les consommateurs de les acheter. Il faut dire que selon un récent rapport, l’obésité des Américains va non seulement coûter à la collectivité mais diminuer à terme l’espérance de vie aux Etats-Unis.

«Les Américains consomment en moyenne autour de 250 calories de plus par jour qu'il y a 20 ou 30 ans. Sur ces 250 calories, environ 120 sont ingérées sous la forme de sodas et autres boissons ou aliments sucrés», souligne Thomas Frieden, directeur des Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC), au cours d'une conférence sur l'obésité organisée cette semaine à Washington.

Maladies chroniques

Une cannette de Coca-Cola contient 140 calories, soit l'équivalent d'une dizaine de morceaux de sucre. Consommé quotidiennement, ce type de boisson sucrée favorise le surpoids. Or, une personne obèse devient plus vulnérable à certaines maladies chroniques, comme le diabète, les maladies cardio-vasculaires ou encore certains cancers.
 
Outre le fait d'aider les Américains à maigrir, une taxe permettrait de financer une partie de ces dépenses, toujours plus importantes. Thomas Frieden espère ainsi pouvoir dégager entre 100 et 200 milliards de dollars sur dix ans.

Lobby industriel

Quarante des 50 Etats américains taxent déjà les boissons sucrées et la nourriture industrielle, mais insuffisamment.

Reste à passer outre  les puissants lobby de l’industrie des sodas.  La semaine dernière, l'entreprise Coca Cola se montrait dubitative, assurant que «le consommateur n'était pas prêt actuellement à accepter une taxe sur un aliment de base, comme les boissons non alcoolisées».