Les attentats de Jakarta «liés» au groupe terroriste de Noordin Top

INDONESIE Cet islamiste radical a été l'un des principaux organisateurs des attentats meurtriers perpétrés par la Jemaah Islamiyah...

Avec agence

— 

Une vidéo datant de novembre 2005 et attribuée à Noordin Top, un islamiste radical, «l'homme le plus recherché d'Indonésie».
Une vidéo datant de novembre 2005 et attribuée à Noordin Top, un islamiste radical, «l'homme le plus recherché d'Indonésie». — IDEO GRAB/EPA/SIPA

Le double attentat de Jakarta est «clairement lié» au groupe de Noordin Top, un islamiste radical tenu responsable de plusieurs actes terroristes perpétrés en Indonésie ces dernières années, a indiqué ce samedi un responsable de l'anti-terrorisme.

«En considérant le modus operandi, ils (ces attentats) sont clairement liés à Noordin Top», a déclaré le chef des services anti-terrorisme au ministère indonésien de la Sécurité, Ansyaad Mbai, cité par l'agence nationale Antara.

«L'homme le plus recherché d'Indonésie»

De nationalité malaisienne, Noordin Mohammed Top a été, selon les experts, l'un des principaux organisateurs des attentats meurtriers perpétrés par la Jemaah Islamiyah (JI) au début de la décennie, dont ceux de Bali (202 morts en 2002) et de l'hôtel Marriott de Jakarta (12 morts en 2003).

Cet ancien comptable est depuis considéré comme «l'homme le plus recherché d'Indonésie» mais reste introuvable malgré la mobilisation des forces de l'ordre pour l'interpeller.

Bilan revu à la baisse

Les attentats de vendredi «démontrent» qu'il est toujours actif et que «la priorité doit être de l'arrêter», a souligné ansyaad Mbai. «Tant que ce responsable ne sera pas attrapé, tous les efforts pour anticiper (des attaques) seront vains», a-t-il ajouté.

Le bilan du double attentat suicide a par ailleurs été revu ce samedi à la baisse, à huit morts au lieu de neuf, a indiqué le ministre indonésien des Affaires étrangères. «Il comprend quatre étrangers, un Indonésien et trois autres qui n'ont pas encore été identifiés», a déclaré Hassan Wirayuda. Cinquante-cinq personnes, dont près d'une vingtaine d'étrangers, ont également été blessées.