Somalie: Les deux agents en bonne santé

MOGADISCIO Mais ils seraient détenus par deux groupes islamistes différents...

Avec agence

— 

L'hotel Sahafi à Mogadiscio (Somalie) où deux agents français ont été enlevés, mardi 14 juillet 2009, par une douzaine d'hommes armés.
L'hotel Sahafi à Mogadiscio (Somalie) où deux agents français ont été enlevés, mardi 14 juillet 2009, par une douzaine d'hommes armés. — AFP/Abdurashid ABIKAR
Ils sont en bonne santé, c'est ce qu'affirme le ministre somalien des Affaires sociales Mohammed Ali Ibrahim. Interrogé sur France 24, il a confirmé que les deux ressortissants français enlevés mardi avaient été séparés et étaient actuellement détenus par deux groupes différents. «Le parti shebab a pris l'un des deux otages et l'autre est entre les mains du Hezb al-Islamiya, mais nous sommes en négociations avec eux et espérons aboutir à un résultat positif» a-t-il expliqué.

Selon un responsable islamiste cité par l'AFP, la séparation aurait eu lieu après une dispute entre les deux groupes sur le sort des otages.
Les «shebab» - «la jeunesse» en arabe - et la milice Hezb al-Islamiya ont lancé, en mai dernier, une offensive contre le gouvernement transitoire, qu’ils ont juré de renverser.

Espoir de libération rapide

Ce jeudi, l’enlèvement des deux français - présentés comme des «conseillers en mission officielle d'assistance auprès du gouvernement somalien» par le Quai d’Orsay – n’avait toujours pas été revendiqué. Selon un responsable somalien, des discussions sont en cours avec «toutes les parties concernées» mais «il y a toujours un espoir d'une libération rapide».

Le ministère français des Affaires étrangères a aussi précisé que leur enlèvement ne remettait pas en cause le projet de formation - par des militaires français - d'un bataillon de 500 militaires somaliens à Djibouti. En raison de la dégradation de la situation en Somalie, les préparatifs de cette formation ont d'ailleurs été avancés. Elle devrait commencer dès le mois d'août, et non plus au mois de septembre comme initialement prévu.