Crash de l'A310: François Fillon aux Comores

CATASTROPHE Le Premier ministre va faire le point sur les recherches et rencontrer le président de l'Union des Comores...

— 

STEPHEN MORRISON/EPA/SIPA

François Fillon s'est rendu samedi aux Comores pour une visite éclair suite à la catastrophe de l'A310 de la compagnie Yemenia qui s'est écrasé le 30 juin au large de l'île de Grande Comore, faisant 152 victimes, dont 86 comoriennes et 66 françaises.

Le Premier ministre est arrivé peu après 14h30 locales (11h30 GMT) à l'aéroport de Moroni où il a été accueilli par le vice-président de l'Union des Comores, Ikililou Dhoinine. Le long de la route menant de l'aéroport au centre ville, le cortège du chef du gouvernement a croisé de grands panneaux proclamant «Les Comores en deuil», ou «Les Comoriens unis dans le deuil sont plus forts contre le chagrin».

«avion-poubelle»

Au cours de la visite qui durera environ trois heures, Fillon devait rencontrer le président de l'Union des Comores Ahmed Abdallah Sambi, qui avait critiqué l'attitude de la France après l'accident. Sambi - ainsi que de nombreux Comoriens et représentants de la communauté comorienne installée en France - a reproché à Paris de ne pas avoir communiqué d'informations sur l'état exact de l'appareil qui était interdit de vol en France et a été qualifié «d'avion poubelle» par des associations de Comoriens.

François Fillon avait défendu vendredi l'attitude française, soulignant que lorsque les autorités aéronautiques françaises avaient «des griefs à faire à un avion pour des raisons d'entretien», elles les transmettaient «à une autorité européenne qui, elle-même, les communique au plan international». «Il n'y a pas du tout de problème de ce côté-là et le président des Comores ne peut rien reprocher à la France sur cette affaire d'état de l'avion», avait-il ajouté.

Le sauveteur de Bahia décoré

Après son entretien avec le chef de l'Etat comorien, Fillon devait se faire présenter le dispositif de secours et les opérations en cours, auxquelles participent des moyens humains et matériels français. Il devait à cette occasion décorer de la «médaille d'honneur pour acte de courage et faits de sauvetage» Libouna Selemani Matrafi, sauveteur ayant sauvé la jeune Bahia Bakari, unique rescapée du crash qui a fait 152 victimes. Ce dernier qui a eu des nouvelles de Bahia, 12 ans, toujours hospitalisée à Paris, par l'ambassade de France, a indiqué qu'il «aimerait bien avoir de ses nouvelles (directement), la revoir».

Fillon devait participer ensuite à la résidence de France à une cérémonie oecuménique avec un imam et le nonce apostolique, avant un entretien avec des représentants de familles des victimes.