Le G8 s'achève sur un don de 20 milliards de dollars contre la faim dans le monde

SOMMET Les pays vont notamment investir pour augmenter la production agricole dans les pays pauvres...

Avec agence

— 

 Table ronde finale du sommet du G8 à l'Aquila, en Italie, le 10 juillet 2009.
 Table ronde finale du sommet du G8 à l'Aquila, en Italie, le 10 juillet 2009. — GREENFIELD/SIPA

C'est le seul engagement financier du G8. Le sommet s'est achevé ce vendredi sur un don de «20 milliards de dollars sur trois ans» afin de lutter contre la faim dans le monde. Le but de cette «Initiative de L'Aquila (Italie) sur la sécurité alimentaire» est d'accroître les investissements afin d'augmenter la production agricole dans les pays en développement, écrivent les dirigeants du G8, des puissances émergentes et des pays africains présents à L'Aquila (Italie), dans une déclaration commune.

Le montant initialement prévu par les dirigeants du G8 était de 15 milliards de dollars, mais des contributions de dernière minute ont permis d'augmenter le total.

Plus d'un milliard de personnes souffrent de la faim

Selon les dirigeants des pays représentés à L'Aquila, «l'effet conjugué d'un sous-investissement de longue date dans l'agriculture et la sécurité alimentaire, de l'évolution des prix et de la crise économique a entraîné une aggravation de la faim et de la pauvreté» dans les pays du Sud. «Le nombre de personnes souffrant de la faim et de la pauvreté dépasse aujourd'hui le milliard», poursuivent-ils.

Alors que des émeutes de la faim ont secoué l'an dernier plusieurs pays, les dirigeants demeurent «profondément préoccupés» par la situation alimentaire. «Si les prix des denrées alimentaires de base ont baissé depuis leur niveau record de 2008, ils restent historiquement élevés et instables», s'inquiètent-ils.

>> Pour voir notre diaporama sur les émeutes de la faim dans le monde, cliquez ici

Pour Jacques Diouf, directeur général de l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), cette initiative «marque un heureux et encourageant changement de politique en faveur du soutien aux pauvres et aux affamés afin qu'ils puissent produire eux-mêmes leur nourriture».

Les ONG sceptiques

Les organisations non gouvernementales se sont aussi félicitées de cette annonce mais demandent aux dirigeants de prouver que la somme qui sera débloquée est vraiment nouvelle. «Avec 20 milliards de dollars annoncés sur trois ans, les dirigeants du G8 mettent plus que prévu sur la table» mais «reste à savoir dans le détail à quoi correspondent ces chiffres. Les sommes annoncées semblent compter beaucoup de promesses recyclées. Jouer avec les chiffres en la matière serait un affront inacceptable pour le milliard de personnes qui ont actuellement le ventre vide», a commenté Oxfam.

Parmi les contributions, les Etats-Unis devraient apporter environ 3,5 milliards de dollars à cette initiative tandis que le Japon apportera de son côté de 3 à 4 milliards de dollars et la France environ 2 milliards de dollars. L'Union européenne apporterait entre 3 et 4 milliards de dollars et les Pays-Bas 2 milliards.