Des tabloïds anglais auraient placé des milliers de téléphones sur écoute

GRANDE-BRETAGNE Ces publications du groupe Murdoch auraient ensuite payé les victimes pour les dissuader de porter plainte...

MD (Avec agence)
— 
Le magnat des médias Rupert Murdoch, qui contrôle le groupe News Corp, s'est offert le groupe Dow Jones pour 5 milliards de dollars, ont confirmé les deux groupes dans la nuit de mardi à mercredi, après l'aval de la famille actionnaire Bancroft.
Le magnat des médias Rupert Murdoch, qui contrôle le groupe News Corp, s'est offert le groupe Dow Jones pour 5 milliards de dollars, ont confirmé les deux groupes dans la nuit de mardi à mercredi, après l'aval de la famille actionnaire Bancroft. — Thimothy A.Clary AFP

Ils achetaient leur silence à coup de livres sterling. Des tabloïds britanniques du groupe Murdoch ont fait écouter des milliers de personnalités en toute illégalité avant de payer plus d'un million de livres pour tenter d'étouffer l'affaire, affirme ce jeudi le «Guardian». Des accusations qui provoquent un tollé en Grande-Bretagne.
 
Gwyneth Paltrow, George Michael parmi les victimes
 
News Group Newspapers, une société du magnat australien des médias Rupert Murdoch, aurait notamment acheté le silence de trois victimes dont le téléphone aurait été mis sur écoute, en leur versant de fortes sommes pour éviter des poursuites, selon le quotidien de centre-gauche. News Group Newspapers est une subdivision de l'empire des médias News Corp, qui comprend l'hebdomadaire dominical «News of the World» et le quotidien «The Sun», plus forts tirages au Royaume-Uni.
 
D'après le «Guardian», qui ne nomme pas ses sources, des reporters des deux titres auraient eu recours aux services de détectives privés pour pirater des téléphones et obtenir des informations confidentielles comme des déclarations fiscales ou des relevés bancaires. Le mannequin Elle Macpherson, l'actrice Gwyneth Paltrow, le chanteur George Michael, l'ex-vice Premier ministre John Prescott et l'agent des stars Max Clifford, feraient partie des victimes.
 
Face à la gravité des accusations, Paul Stephenson, le chef de Scotland Yard, a chargé son adjoint d'«établir les faits» et promis une déclaration dans la journée. La commission des médias à la chambre des Communes a été convoquée d'urgence ce jeudi et le secrétaire d'Etat à l'Intérieur David Hanson devait faire une déclaration dans après-midi.
 
Plus d'1.1 million d'euros contre le silence
 
Les pratiques dénoncées par le «Guardian» avaient déjà émergé quand Clive Goodman, le spécialiste de la famille royale de «News of the World», avait été condamné à quatre mois de prison en 2007 pour avoir intercepté plus de 600 messages sur les téléphones mobiles de l'entourage de la famille royale.
 
Le détective privé Glenn Mulcaire, condamné à de la prison dans cette affaire, avait reconnu avoir piraté le téléphone de cinq autres personnalités, dont Gordon Taylor, responsable de la Professional Footballers Association, le syndicat des footballeurs, d'après le journal. Ce dernier avait alors engagé des poursuites, mais pour étouffer l'affaire, News Group aurait versé à ce responsable et à deux autres personnalités du football plus d'un million de livres (1,1 million d'euros), révèle le «Guardian».
 
News International, branche britannique de News Corp, a jugé «inapproprié de faire des commentaires à ce stade», dans un communiqué. Ces révélations pourraient déboucher sur de nombreuses plaintes en justice de la part des victimes présumées d'écoutes, et mettre dans l'embarras un grand nombre de responsables. Outre les journalistes et responsables éditoriaux des titres du groupe Murdoch dont la responsabilité est encore à éclaircir, la police et la justice sont sur la sellette.