Émeutes en Chine: la communauté internationale appelle à la retenue

CHINE Au moins 156 personnes ont été tuées depuis dimanche dans la province du Xinjiang où vit une forte communauté ouïghoure...

(Avec agence)

— 

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a salué mardi l'accord entre Khartoum et le plus militarisé des groupes rebelles du Darfour, signé à Doha (Qatar), le qualifiant d'"avancée constructive".
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a salué mardi l'accord entre Khartoum et le plus militarisé des groupes rebelles du Darfour, signé à Doha (Qatar), le qualifiant d'"avancée constructive". — Shah Marai AFP/Archives

L'ONU et plusieurs pays, dont les Etats-Unis, ont appelé lundi à la retenue et au respect des droits démocratiques après les émeutes ethniques qui ont fait, selon les autorités chinoises, 156 morts dans le Xinjiang, province à majorité musulmane du nord-ouest de la Chine, qui est régulièrement la proie de troubles séparatistes.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré que «tous les différends, qu'ils soient à l'intérieur (d'un pays) ou au niveau international, doivent se résoudre pacifiquement par le dialogue».

«Les gouvernements concernés doivent aussi agir avec la plus extrême prudence, prendre les mesures nécessaires pour protéger la vie et la sécurité de la population (ainsi que) la liberté d'expression, de réunion, la liberté d'information», a ajouté Ban Ki-Moon. «Ce sont là les principes de base de la démocratie et c'est ce à quoi j'exhorte à nouveau tous les pays du monde».

Hu Jintao en déplacement à Rome

À Washington, un porte-parole du département d'Etat, Ian Kelly, a appelé «toutes les parties au calme et à la retenue», ajoutant regretter «profondément» les «pertes humaines». En déplacement à Moscou, Barack Obama a lui fait savoir que la Maison Blanche était «profondément préoccupée» par la situation.

Le président italien, Giorgio Napolitano, qui recevait à Rome son homologue chinois Hu Jintao, a souligné l'importance du respect des Droits de l'homme. Le président chinois entamait une visite officielle en Italie, avant de participer au sommet du G8 dans la péninsule.

Quant à la Grande-Bretagne, elle a appelé aussi bien les autorités chinoises que les émeutiers à la «retenue» et au «dialogue».

«Laisser la presse faire son travail»

Le président du Parlement européen Hans-Gert Pöttering a appelé le gouvernement chinois à «agir dans le respect de la dignité humaine et des droits humains fondamentaux, y compris du droit à la liberté d'expression et à manifester pacifiquement».

Il a demandé à Pékin de «laisser la presse locale et internationale faire son travail en toute liberté, notamment par l'accès sans restriction à Internet» et appelé «tous les protagonistes au calme et à la modération».

Présentant ses condoléances à «tout le peuple chinois, avec en premier lieu le peuple de la province autonome ouïghoure (des musulmans turcophones, ndlr) du Xinjiang», la Turquie s'est dite, dans un communiqué officiel, «convaincue que la Chine prendra les mesures nécessaires pour empêcher la répétition d'événements similaires».

Manifestation aux Pays-Bas

À La Haye, une soixantaine de manifestants ont été interpellés après avoir lancé des pierres contre l'ambassade de Chine. Selon la police, quelque 200 manifestants s'étaient rassemblés devant l'ambassade à l'appel de l'Association des Ouïghours du Turkestan oriental aux Pays-Bas.

À Munich, un responsable de la principale organisation d'Ouïghours en exil a accusé la police chinoise d'avoir ouvert le feu sur des manifestants. «On a tiré au hasard sur des hommes et des femmes», a affirmé à l'AFP Asgar Can, vice-président du Congrès mondial des Ouïghours, qui a son siège à Munich.

«Mentalité hégémonique de Pékin»

Le dissident chinois Wu'er Kaixi, un des dirigeants du Printemps de Pékin en 1989, lui-même ouïghour, a accusé les autorités chinoises d'être par leur politique responsable des émeutes.

«La mentalité hégémonique du gouvernement chinois et ses politiques barbares sont à blâmer pour l'injustice (régnant) au Xinjiang» et ont «conduit aux protestations d'Ouïghours», a estimé sur son blog le dissident, qui vit en exil à Taïwan.