Crash de Yemenia: La zone où se trouve l'épave peut-être localisée

RECHERCHES Les sauveteurs ont repéré du kérozène et une concentration de requins...

Avec agence

— 

Carte de localisation de Moroni, aux Comores, où un avion de la compagnie Yemenia est tombé en mer avant son arrivée.
Carte de localisation de Moroni, aux Comores, où un avion de la compagnie Yemenia est tombé en mer avant son arrivée. — IDE

La localisation de l'épave de l'A310 de Yemenia était toujours incertaine ce vendredi au large des Comores, mais les sauveteurs évoquent une «possible zone» caractérisée par une concentration de requins et une odeur de kérozène.

>> Retrouvez tous nos articles sur le crash de l'A310 de Yemenia en cliquant ici

«Nos plongeurs ont pu identifier un lieu à cause de signes de kérozène mélangé à de l'eau de mer dans la région entre Mitsamiouli et (le village côtier) de Djomani» (environ 10 km au sud de Mitsamiouli), a déclaré lors d'un point de presse Ali Djambae, commandant de la gendarmerie nationale et coordonnateur des opérations de secours. «Il y a aussi beaucoup de requins qui circulent dans cette zone en haute mer», a-t-il précisé.

«Une portière jaune»

Lors de son dernier briefing, Ali Djambae a fait état d'une «portière jaune» repérée vendredi par un avion américain participant aux secours. «Nous avons envoyé nos vedettes pour récupérer la portière et la faire analyser» pour déterminer ou non si ce débris appartient à l'A310, a-t-il précisé. «On attend cette portière dans les heures qui viennent, ça pourrait être l'endroit où l'avion a coulé», a-t-il déclaré.

Le président comorien a décrété un deuil national de 30 jours à partir de jeudi. Ahmed Abdallah Sambi a demandé aux Comoriens de «prier» pour les disparus et de «porter des vêtements décents». A l'adresse des familles des victimes qui demandent des explications sur les raisons de l'accident, le président a déclaré: «Nous avons le droit de savoir ce qui s'est passé mais nous devons avoir à l'esprit que la volonté de Dieu s'accomplit toujours.»

Les familles «pourront aller sur place»

Nicolas Sarkozy a annoncé de son côté jeudi qu'il recevrait la semaine prochaine les représentants des familles des victimes de l'accident. «En attendant, les moyens de la République française continuent à être déployés pour rechercher d'éventuels survivants, des corps, des preuves, des éléments pour que tout la vérité puisse être faite sur ce drame», a-t-il déclaré à l'issue d'une cérémonie interreligieuse en mémoire des victimes à la Grande Mosquée de Paris. Il a également assuré que «bien sûr (les familles de victimes) pourront aller sur place. Nous nous organiserons pour que chacun puisse se recueillir».

Le Président a par ailleurs nommé ce vendredi une ambassadrice chargée des relations avec les familles de victimes. Christine Robichon, ancienne ambassadrice de France au Soudan, sera chargée de «travailler sur les différentes requêtes des familles de victimes, y compris celle de l'affrêtement d'un avion pour les transporter à proximité du lieu du drame» selon Eric Chevallier, porte-parole du Quai d'Orsay.