Iran: le Conseil des gardiens de la Constitution confirme (encore) les résultats de la présidentielle

ELECTIONS Un recomptage partiel des urnes a été effectué...

Avec agence
— 
 Manifestation devant l'ambassade britannique à Téhéran en Iran, le 23 juin 2009.
 Manifestation devant l'ambassade britannique à Téhéran en Iran, le 23 juin 2009. — REUTERS/Stringer Iran

Le Conseil des gardiens de la Constitution a de nouveau confirmé ce lundi les résultats de la présidentielle du 12 juin en Iran, et la réélection de Mahmoud Ahmadinejad, à l'issue d'un recomptage partiel des urnes, rapporte la télévision publique.


>> Retrouvez notre dossier sur la crise en Iran

Le chef du Conseil, l'ayatollah Ahmad Janati, a informé par lettre le ministre de l'Intérieur Sadeq Mahouli du résultat de cette opération de recomptage, précise la télévision.


«Irrégularités mineures»


«La majorité des objections (que nous avons examinées) n'ont pas été considérées comme des fraudes mais n'ont été que des irrégularités mineures qui se produisent lors de chaque élection. Elles ne sont pas significatives et les objections sont donc infondées», a estimé Ahmad Janati.


Des centaines de membres des forces de sécurité étaient déployées dans les rues de Téhéran au moment de l'annonce du verdict du Conseil des gardiens pour dissuader l'opposition d'organiser de nouvelles manifestations, selon des témoins.


Le recomptage partiel des voix est censé mettre un terme aux accusations de fraude à grande échelle portées par les trois candidats rivaux de Mahmoud Ahmadinejad au scrutin, Mir Hossein Moussavi, Mehdi Karoubi et Mohsen Rezaï.


Les employés de l'ambassade britannique libérés


Mais ces derniers ont refusé de déléguer leurs représentants au recomptage, en mettant en doute l’impartialité du Conseil, ainsi que l’étendue des irrégularités touchant aussi bien la campagne électorale que le décompte des résultats.


L'Iran a par ailleurs libéré ce lundi cinq des neuf employés locaux de l'ambassade de Grande-Bretagne qui avaient été arrêtés pour leur rôle présumé dans les émeutes post-électorales, selon la chaîne de télévision satellitaire Press-TV. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a affirmé que son pays n’avait pas l’intention de fermer d’ambassades étrangères à Téhéran, ni de réduire ses relations diplomatiques avec des pays étrangers.