L'Indien Gautam Adani devient le troisième homme plus riche du monde

FORTUNE L'homme, issu d'une famille de classe moyenne, a fait fortune dans les ports et le commerce des matières premières

20 Minutes avec agences
— 
Gautam Adani, 60 ans, se place derrière Elon Musk et Jeff Bezos.
Gautam Adani, 60 ans, se place derrière Elon Musk et Jeff Bezos. — Mandatory Credit: Photo by Samir Jana/Hindustan Times/Shutterstock

C’est du jamais vu. Pour la première fois, un Asiatique se hisse dans le top 3 des personnes les plus riches au monde, selon l’indice Bloomberg des milliardaires. L’industriel indien Gautam Adani est devenu mardi la troisième personne la plus riche du monde. Le milliardaire autodidacte a plus que doublé l’an dernier sa fortune à 137,4 milliards de dollars, le classant juste derrière Elon Musk (1er) et Jeff Bezos (2e) après un bond de 20 places.

Gautam Adani, 60 ans, a fait fortune dans les ports et le commerce des matières premières et dirige aujourd’hui le troisième plus grand conglomérat de l’Inde avec des intérêts allant de l’exploitation du charbon et des huiles comestibles aux aéroports et aux médias.

Il débute dans l’industrie du diamant

Le cours du groupe Adani Enterprises, dont le milliardaire détient 7 5 %, a augmenté de plus de 2.400 % depuis mars 2020 et a doublé de valeur ces six derniers mois. L’envolée du cours des titres d’autres sociétés du groupe, comme Adani Transmission, Adani Power, Adani Ports et Adani Green Energy, a permis à la fortune de Gautam Adani de dépasser celle de son compatriote milliardaire Mukesh Ambani.

Né dans la ville d’Ahmedabad, dans l’Etat occidental du Gujarat, dans une famille de classe moyenne, Gautam Adani a abandonné ses études pour travailler brièvement dans l’industrie du diamant avant de lancer son entreprise d’exportation en 1988. En 1995, Gautam Adani, qui se diversifiait, a remporté le contrat de construction et d’exploitation du port de commerce de Mundra, dans le Gujarat, devenu depuis le plus grand de l’Inde. Dans le même temps, il s’est lancé dans la production d’énergie thermique et l’extraction de charbon en Inde et à l’étranger.

Un groupe « profondément surendetté »

Ces dernières années, le conglomérat a fait une incursion dans la pétrochimie, le ciment, les centres de données et le raffinage du cuivre, en plus de créer une entreprise d’énergie renouvelable aux objectifs ambitieux. Avec des investissements récents dans les médias indiens et une offre pour la 5G cette année, son empire en expansion semblait en passe d’empiéter sur les platebandes de Reliance Industries de Mukesh Ambani.

Mais CreditSights de Fitch Group, la semaine dernière, a averti que le groupe de Gautam Adani était « profondément surendetté ». « Dans le pire des cas, des plans de croissance trop ambitieux financés par la dette pourraient finir par se transformer en un piège d’endettement colossal, et par éventuellement se terminer en situation de détresse ou en défaut de paiement », jugeait le cabinet d’études dans une note.