Un jeudi plus calme à Téhéran

IRAN Moins de manifestations dans les rues de Téhéran, mais toujours des tensions sur la scène internationale...

Avec agence

— 

Des manifestations ont aussi eu lieu en Europe, ici aux Pays-Bas. 
Des manifestations ont aussi eu lieu en Europe, ici aux Pays-Bas.  — SIPA/EPA/Ed Oudenaarden

Alors que ce jeudi, une cérémonie en mémoire des manifestants morts durant les journées de protestation été programmée, le candidat réformateur Mehdi Karoubi a préféré l’annuler, faute d’autorisation. Depuis le 12 juin, les médias estiment qu’au moins 140 opposants, hommes politiques, universitaires étudiants ou journalistes iraniens ont été placés sous les verrous.

>> Pour revivre la journée de jeudi, heure par heure, c'est par ici, et notre décryptage en questions/réponses et en vidéo est .

Mir Hossein Moussavi, le principal opposant, s’est cible de la pression du pouvoir, pour retirer sa demande d’annulation de la présidentielle. Il a précisé: «je ne me retiendrai pas d'obtenir des droits pour le peuple iranien à cause d'intérêts personnels ou de la peur des menaces.»

>> Retrouvez notre dossier sur la crise en Iran.

Au niveau international, la situation ne s’arrange pas

Le président Mahmoud Ahmadinejad a demandé à son homologue américain Barack Obama de cesser de «s'ingérer» dans les affaires de l'Iran. Même son de cloche du côté de l’ambassadeur d’Iran en Belgique qui demande la même chose à l’Union européenne.

 L'Assemblée du Conseil de l'Europe a néanmoins demandé à Téhéran de «permettre une enquête indépendante et crédible sur les allégations d'irrégularités», alors que les ministres des Affaires étrangères du G8 se rencontrent ce jeudi soir à Trieste, en Italie. Le responsable italien a d’ors et déjà prévenu qu’ils adopteraient «une position particulièrement dure et claire».