Elections en Suède : La Première ministre reconnaît la victoire du bloc de droite et d'extrême droite et démissionne

VOTES La Première ministre suédoise Magdalena Andersson a reconnu la défaite de la gauche

20 Minutes avec AFP
— 
La Première ministre Magdalena Andersson démissionne après sa défaite aux élections législatives.
La Première ministre Magdalena Andersson démissionne après sa défaite aux élections législatives. — Jeppe Gustafsson/Shutterstock/SIPA

Les législatives suédoises étaient particulièrement serrées. Mais la Première ministre Magdalena Andersson a reconnu ce mercredi la défaite de la gauche et la victoire du bloc droite et de l'extrême droite aux élections législatives, après un comptage quasi-complet des voix.

En conséquence, la dirigeante social-démocrate a annoncé, au cours d’une conférence de presse, sa démission, qui sera officiellement présentée jeudi. Le bloc formé par trois partis de droite et le parti d’extrême droite des Démocrates de Suède (SD) a « une petite majorité, mais néanmoins une majorité », a-t-elle déclaré au cours d’une conférence de presse.

« Remettre de l’ordre en Suède »

« Merci pour la confiance - maintenant nous allons remettre de l’ordre en Suède ! », a immédiatement réagi sur Facebook celui qui doit lui succéder, le chef du parti conservateur Ulf Kristersson. « Je commence maintenant le travail pour former un nouveau gouvernement efficace », a-t-il ajouté.

Héritier d’un groupe néonazi à sa création en 1988, le parti d’extrême droite s’est peu à peu banalisé dans le paysage politique suédois, entrant au parlement en 2010 avec 5,7 %, puis grimpant à chaque élection, sur fond de forte immigration et de problèmes de gangs criminels en Suède.

176 sièges contre 173

« Je demanderai donc demain [jeudi] à être démise de mes fonctions de Première ministre et la responsabilité pour la suite sera confiée au président du Parlement », a-t-elle ajouté. Selon des résultats quasi-définitifs portant sur plus de 99 % des bureaux de vote, le bloc droite/extrême droite mené par le conservateur Ulf Kristersson obtiendra 176 sièges, contre 173 pour le bloc de gauche mené par Magdalena Andersson.

Les élections de dimanche étaient si serrées qu’il a fallu attendre un comptage de quelques dizaines de milliers de voix manquantes ce mercredi pour valider les résultats complets. Seuls ceux de quelques bureaux manquaient encore mercredi soir vers 19h45 heure locale (et française).