Guerre en Ukraine : Nouvelle aide militaire de Washington attendue pour soutenir la contre-offensive de Kiev

CONFLIT Retrouvez les dernières informations sur le conflit du mardi 13 septembre 2022

X.M., C.d.S
— 
Les lance-roquettes multiples américains Himars
ont une portée de 80 km.
Les lance-roquettes multiples américains Himars ont une portée de 80 km. — Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • L’Ukraine a annoncé lundi de nouveaux succès militaires, disant avoir atteint la frontière et repris l’équivalent de sept fois la superficie de Kiev en un mois à l’armée russe. Selon Volodymyr Zelensky, depuis le début du mois de septembre, les soldats ukrainiens « ont déjà libéré 6.000 km2 de territoire ukrainien dans l’Est et le Sud, et nous continuons d’avancer ».
  • Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken estime cependant qu’il est « trop tôt » pour anticiper le résultat de cette contre-offensive. Sur le terrain, les Russes bombardent d’ailleurs certaines zones reconquises.
  • Dans le Sud, la situation reste préoccupante à la centrale nucléaire de Zaporojie, la plus grande d’Europe, dont les six réacteurs sont désormais à l’arrêt.

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

22h40 : Ce live est terminé

La contre-offensive ukrainienne continue, et on se retrouve demain matin pour suivre tout ça!

21h30 : Nouvelle aide militaire de Washington attendue pour soutenir la contre-offensive de Kiev

Les Etats-Unis constatent «un changement d'élan de la part des forces armées ukrainiennes», engagées dans une contre-offensive fulgurante, et vont annoncer une nouvelle aide militaire «dans les prochains jours», a fait savoir mardi un porte-parole de la Maison Blanche. «Je laisse le président Zelensky (...) décider s'il a l'impression d'avoir atteint un tournant sur le plan militaire, mais clairement, au moins dans le Donbass, il y a un élan», a aussi dit John Kirby, l'un des porte-parole du Conseil de sécurité nationale rattaché au président Joe Biden.

«Nous allons continuer à le soutenir», a-t-il dit, assurant: «Nous sommes en contact étroit avec les Ukrainiens, nous leur parlons tous les jours». Tout en avertissant: «C'est la guerre, et la guerre est imprévisible.» «De nombreux équipements que nous avons livrés ces dernières semaines et ces derniers mois se sont révélés importants et efficaces dans la capacité des Ukrainiens à passer à l'offensive», a ajouté John Kirby. «Vous allez voir un autre (volet d'assistance militaire) dans les prochains jours», a-t-il promis.

20h41 : Une lettre d'amour et une échographie retrouvée près du corps d'un soldat russe

 

20h29 : Bientôt un nouveau cadeau de Washington ?

La Maison-Blanche a déclaré ce mardi qu’elle annoncerait probablement un programme d’aide militaire supplémentaire à destination de Kiev dans les « prochains jours », a rapporté Reuters. Jusqu’à présent, les États-Unis ont donné 15,2 milliards de dollars à l’Ukraine, a annoncé le département d’État la semaine dernière.

20h16 : Dans un village fantôme du Donbass, deux survivants après les combats

Mykola Gontchar, 58 ans, et sa mère Nina, 92 ans, ont survécu aux bombardements à Bogorodytchné, dans le Donbass, un village plusieurs fois pris et repris par les Ukrainiens et les Russes sur la ligne de front. L'église démolie, ses coupoles dorées tombées à terre, et presque chaque maison de cette localité de 750 habitants avant la guerre portent les traces de violents combats.

Tirs d'artillerie et impacts de balles ont ravagé Bogorodytchné dont le nom signifie «Lieu de naissance de Dieu». Et les Gontchar sont probablement les deux seuls habitants restés dans le village pris entre deux feux depuis le printemps. Selon des militaires ukrainiens sur place, les derniers soldats russes ont quitté les lieux il y a quelques jours à peine, en même temps que l'offensive ukrainienne avançait dans le nord-est du pays.

20h00 : Des images de la ville d'Izioum

 

19h43 : La Russie aurait financé des partis politiques et candidats à l’étranger pour 300 millions de dollars depuis 2014 ​

La Russie a discrètement envoyé au moins 300 millions de dollars au total à des partis politiques et des candidats dans plus d’une vingtaine de pays depuis 2014 afin d’exercer son influence, selon un document des renseignements américains rendu public mardi.

Les Etats-Unis « considèrent qu’il s’agit là d’estimations minimales, et que la Russie a probablement et secrètement transféré davantage de fonds qui n’ont pas été repérés », a fait savoir un haut responsable américain.

19h34 : Tallin et Vilnius appellent Paris à augmenter l’aide militaire à l’Ukraine

La Première ministre estonienne et le président lituanien ont appelé mardi Emmanuel Macron à accroître son aide militaire à l’Ukraine, lors d’une conversation téléphonique tenue à l’initiative du président français.

La cheffe du gouvernement estonien Kaja Kallas a remercié sur Twitter Emmanuel Macron d’avoir discuté avec elle du soutien à l’Ukraine. « L’Ukraine montre comment la force d’un bon moral et celle du leadership peuvent être aussi cruciales que la pure puissance militaire. Nous devons maintenant nous concentrer sur une aide militaire accrue et rapide - cela rapproche l’Ukraine de la victoire », a écrit Kaja Kallas.

19h29 : Un prix d’indemnisation fixé après le défaut de paiement de Moscou

Les détenteurs de dette souveraine russe ayant souscrit à des assurances contre le défaut de paiement de Moscou savent désormais combien ils seront indemnisés, après la tenue lundi d’enchères ayant permis de fixer un prix de 56,125 centièmes de dollars à plusieurs obligations d’État.

Le très discret conseil des créanciers CDDC (Credit Derivatives Determinations Committee) a organisé lundi ces enchères dont l’objectif est d’indemniser les investisseurs ayant souscrit des produits financiers « Credit Default Swaps » ou CDS pour se prémunir d’un éventuel défaut russe.

Ces enchères ont déterminé un prix final de 56,125 centièmes de dollar à plusieurs obligations après un processus en deux étapes, ont indiqué lundi soir les sociétés financières Creditex et Markit qui ont participé à l’organisation de cette vente.

19h15 : Le Danemark va entraîner des soldats ukrainiens sur son sol

Le Danemark va entraîner des soldats ukrainiens sur son sol, a annoncé mardi le ministre danois de la Défense, à l’image de ce que fait déjà le Royaume-Uni pour soutenir l’Ukraine envahie par la Russie.

« Il y aura des entraînements au Danemark. Je ne peux pas donner plus de détails, mais il y aura des entraînements de l’armée ukrainienne au Danemark », a déclaré depuis Kiev le ministre Morten Bødskov à l’agence danoise Ritzau.

Jusqu’ici, Copenhague avait dépêché des instructeurs au Royaume-Uni, qui a pris la tête en matière de formation de combattants de l’armée ukrainienne sur son sol.

18h50 : Scholz demande à Poutine le « retrait complet » des forces russes

Le chancelier allemand Olaf Scholz a appelé mardi Vladimir Poutine à ordonner le « retrait complet » hors d’Ukraine des forces russes, en difficulté face à une contre-offensive.

Lors d’un entretien téléphonique de 90 minutes, le dirigeant allemand a « insisté auprès du président russe pour qu’une solution diplomatique soit trouvée le plus rapidement possible, basée sur un cessez-le-feu, un retrait complet des troupes russes et le respect de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Ukraine », selon un communiqué de la chancellerie. Face aux difficultés rencontrées sur le terrain par l’armée russe, le chancelier allemand a par ailleurs « souligné que d’éventuelles nouvelles mesures d’annexion russes ne resteraient pas sans réponse et ne seraient en aucun cas reconnues ».

18h35 : Alliance de papier

C’est le « premier document » qui ouvre vraiment la voie vers l’intégration de l’Ukraine dans le système d’alliance et de défense occidental. Le chef d’état-major de l’Ukraine, Andriy Yermak, et l’ancien secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, ont signé à Kiev un document de « recommandations sur les garanties de sécurité internationales pour l’Ukraine », rapporte le Kyiv Independant. Parmi les signataires qui vont se rendre garants de la sécurité de l’Ukraine, on retrouve les Etats-Unis, la France, mais aussi la Turquie, l’Australie, la Pologne, le Royaume-Uni ou encore le Canada. Bref, une bonne partie de l’Otan.


 

18h27 : Olaf Scholz appelle Poutine à mettre «pleinement» en oeuvre l'accord sur les céréales
18h07 : L’ONU « poursuit ses efforts » pour faciliter les exportations d’engrais russe

L’ONU « poursuit ses efforts » pour permettre les exportations russes d’ammoniac, servant à fabriquer des engrais azotés, et d’autres engrais, a assuré mardi Rebeca Grynspan, responsable onusienne engagée dans des négociations avec Moscou. Deux accords ont été signés le 22 juillet sous l’égide de l’ONU pour permettre d’un côté les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre et de l’autre les exportations de nourriture et d’engrais russes, malgré les sanctions imposées par les pays occidentaux à la Russie.

Le premier accord a permis de faire sortir 129 bateaux chargés de 2,8 millions de tonnes de nourriture des ports ukrainiens, selon le Centre de coordination conjoint basé à Istanbul, entraînant une baisse des prix des céréales au niveau mondial. Mais la Russie affirme que ses propres exportations de denrées alimentaires et d’engrais continuent de pâtir des sanctions occidentales visant Moscou pour son intervention militaire.

18h01 : 8 morts dans les bombardements russes

« Les forces aériennes, balistiques et l’artillerie russes effectuent des frappes massives contre les unités des forces armées ukrainiennes dans toutes les zones opérationnelles », a indiqué le ministère russe de la Défense.

Il a notamment évoqué des bombardements près de Sloviansk, Konstantinivka et Bakhmout dans l’est de l’Ukraine, ainsi que dans les régions méridionales de Mykolaïv et de Zaporojie et dans celle de Kharkiv, d’où les soldats russes se sont presque totalement retirés face aux avancées ukrainiennes. Les bombardements russes ont pour le moment fait huit morts et 19 blessés en 24 heures dans la population des régions de Kharkiv et de Donetsk, a déclaré la présidence ukrainienne.

17h50 : Sévèrement critiquée, la Russie dénonce le « parti pris » de l’ONU

La Russie a dénoncé mardi le « parti pris » croissant du Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU, qui l’avait accusée la veille de vouloir faire taire les opposants au Kremlin. S’exprimant devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève, le représentant russe Ilya Barmin a dénoncé « la montée sans précédent de la politisation et du parti pris » du Haut-Commissariat. « En témoigne, a-t-il dit, la mention de notre pays dans la déclaration d’hier par la Haute-Commissaire par intérim, qui a ignoré les violations massives des droits de l’homme en Europe, aux Etats-Unis et dans d’autres pays de l’Occident ».

Moscou, qui a quitté le Conseil au moment ou l’Assemblée générale de l’ONU votait son expulsion il y a quelques mois pour cause d’invasion de l’Ukraine, dispose toutefois du statut d’observateur et, à ce titre, dispose d’un droit de réponse, comme les autres pays. Le représentant russe a accusé l’ONU d’ignorer les preuves « concernant les crimes du régime de Kiev dans le Donbass et les atrocités des combattants ukrainiens et des mercenaires étrangers » et lui a reproché de ne pas avoir eu « le courage » de condamner l’envoi d’armes occidentales à l’Ukraine.

17h46 : L’Estonie fournit un hôpital mobile à Kiev

Le ministre ukrainien de la Défense, Oleksii Reznikov, a accueilli son homologue estonien Hanno Pevkur à Kiev. L’occasion de souligner que l’Estonie « a toujours mis les gens au-dessus de tout », et va fournir un hôpital mobile moderne à l’armée ukrainienne.


 

17h34 : Josep Borrell propose une nouvelle aide militaire

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell va proposer aux Etats membres d’accorder un nouveau financement pour la fourniture d’armements à l’Ukraine, a-t-il annoncé mardi au Parlement européen. « Je vais proposer prochainement aux Etats membres l’octroi d’une sixième tranche d’aide de la Facilité européenne pour la paix pour poursuivre l’aide militaire à l’Ukraine », a déclaré Josep Borrell aux élus européens réunis à Strasbourg, sans préciser de montant.

Les pays de l’UE ont déjà alloué 2,5 milliards d’euros de cette Facilité en 5 tranches de 500 millions d’euros et la proposition devrait porter également sur un montant de 500 millions, ont indiqué ses services. « L’armée russe bat en retraite. Ce n’est pas le moment de baisser les bras. Nous devons continuer notre aide militaire et redoubler d’efforts », a-t-il plaidé.

17h15 : « 200 crimes par jour »

« L’Ukraine enregistre jusqu’à 200 crimes de guerre commis chaque jour par les Russes » sur son sol, a en outre assuré l’état-major de l’armée, ajoutant que « plus de 70.000 km² dans dix régions ukrainiennes ont été minés » par les occupants.

De son côté, la Russie a affirmé que les militaires ukrainiens se livraient à de dures représailles contre des civils dans les endroits qu’ils ont repris ces derniers jours. « Selon nos informations, il y a de nombreuses actions punitives contre les habitants de la région de Kharkiv, des gens sont torturés, maltraités », a lâché le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, ajoutant : « c’est révoltant ».

17h15 : « 200 crimes par jour »

« L’Ukraine enregistre jusqu’à 200 crimes de guerre commis chaque jour par les Russes » sur son sol, a en outre assuré l’état-major de l’armée, ajoutant que « plus de 70.000 km² dans dix régions ukrainiennes ont été minés » par les occupants.

De son côté, la Russie a affirmé que les militaires ukrainiens se livraient à de dures représailles contre des civils dans les endroits qu’ils ont repris ces derniers jours. « Selon nos informations, il y a de nombreuses actions punitives contre les habitants de la région de Kharkiv, des gens sont torturés, maltraités », a lâché le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, ajoutant : « c’est révoltant ».

16h50 : Face aux succès de Kiev, le Kremlin sous la pression des commentateurs

« Troublant », « trahison », « déprimant » : les déboires des militaires russes dans l’est de l’Ukraine ces derniers jours ont suscité un choc à Moscou, ouvrant la voie à des interrogations publiques sur la stratégie du Kremlin. Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a appelé mardi ceux qui expriment des critiques à « faire très attention » de rester « dans le cadre de la loi », qui punit sévèrement ceux qui « discréditent » l’armée.

Ainsi, après la prise de la ville de Balakliia par les forces ukrainiennes, samedi, Vladimir Soloviev, l’un des principaux porte-voix du pouvoir dans les médias, a estimé que la situation était « sérieuse, difficile ». Fait autrefois inconcevable, des éditorialistes, analystes, blogueurs et responsables soutenant farouchement l’offensive en Ukraine ont multiplié les critiques sur les plateaux de télévision et sur les réseaux sociaux. Le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov, tenant d’une ligne dure en Ukraine, a aussi fustigé les « erreurs » commises selon lui par les généraux russes, dans un message vocal dimanche à ses 2,4 millions d’abonnés sur Telegram.

16h28 : La contre-offensive bloquée par une rivière ?

Différents observateurs soulignent l’importance d’une rivière, l’Oskol, dans le nord-est où l’Ukraine mène une contre-offensive d’ampleur. Les Russes ont « décidé d’abandonner toute cette région de Kharkiv et se concentrent désormais derrière l’Oskol, qui est un obstacle naturel qu’il sera difficile de franchir pour les Ukrainiens », a expliqué Pierre Grasser, un historien des relations internationales et chercheur associé au laboratoire Sirice.

16h10 : La pression s’accroît sur Olaf Scholz pour livrer des chars

Alors que le chancelier allemand dit espérer une issue diplomatique et préfère livrer ses nouveaux chars à d’autres pays européens, chargés ensuite de donner de l’équipement plus vieux à Kiev, les critiques se font de plus en plus fortes contre cette stratégie. A Kiev, au sein de l’Otan, mais aussi dans la coalition gouvernementale.

« Nous devons évaluer chaque jour si nous pouvons soutenir davantage les courageux Ukrainiens. L’Ukraine doit gagner cette guerre », a ainsi déclaré Christian Lindner, le chef des Libéraux et ministre des Finances. « Le temps de l’hésitation est terminé », a affirmé de son côté la codirigeante du parti des Verts, Ricarda Lang. « L’Allemagne ne doit pas continuer à se cacher derrière d’autres pays », renchérit Anton Hofreiter, président écologiste de la commission des Affaires européennes du Bundestag, pour qui les engins Mader, également demandés par Kiev, ne sont même plus utilisés au sein de l’armée allemande.

15h38 : Les Ukrainiens en mode reconquête flash

Chaque jour qui passe rapproche des échéances hivernales. Grand froid, visibilité réduite, déplacements compliqués, hommes et matériels en souffrance. Pierre Grasser, historien des relations internationales et chercheur associé au laboratoire Sirice, souligne que les Ukrainiens « sont dans un tempo très positif, entre la fin de l’été et l’automne » mais savent qu' « à l’hiver, ça va être beaucoup plus compliqué ».

La situation militaire et diplomatique est actuellement favorable à Kiev. Mais « en termes de ressources humaines, il y a des risques » qu’avec la guerre d’usure « les réserves humaines qui sont pour l’instant à l’avantage de l’Ukraine s’affaiblissent avec le temps. »

15h12 : Kiev grappille au sud

Si la reconquête se fait à toute allure au nord-est, l’armée ukrainienne semble peu progresser dans la région de Kherson. Kiev revendique 500km² repris en deux semaines. L’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW) confirmait lundi, sur la base d’images de satellites, le retrait des forces russes de plusieurs localités. Ce qui « pourrait compromettre (leur) capacité à défendre les faubourgs au nord-ouest de Kherson et suggère qu'(elles) perçoivent dans cette zone une menace imminente pour leurs positions ».

Les Ukrainiens « frappent régulièrement les installations militaires, logistiques et de transport » dans la région, a ajouté l’institut. L’état-major de l’armée ukrainienne affirme que la 810e brigade d’infanterie de marine russe a perdu 85 % de ses effectifs et que ses soldats refusent de retourner au combat.

14h46 : La Russie utilise-t-elle des missiles iraniens ?

La photo de ces débris de missile, lancé par la Russie mais qui ressemble fortement à un missile de fabrication iranienne, tourne beaucoup sur la toile. Alors que les débris sont en cours d’analyse, Kiev n’hésite pas à parler de « l’union de deux despotes », estimant que l’Iran fournit des armes à la Russie.


 

14h38 : Un civil meurt dans une frappe russe destinée à contrer l'avancée ukrainienne

 

14h33 : La Suède va fournir des doses de vaccin à l'Ukraine

Répondant aux demandes de Kiev sur le matériel médical, le gouvernement suédois a annoncé faire un don de 500.000 doses de vaccin contre le Covid-19 à l'Ukraine.

14h20 : « Les occupants russes commencent à quitter la Crimée »

D’après les renseignements ukrainiens, cités par le Kiev Independant, « les occupants russes commencent à quitter la Crimée, dans le sud de l’Ukraine, avec leurs familles ».


 

14h12 : Les retrouvailles d’une mère et de son fils dans un village libéré, dans l’oblast de Kharkiv

« Mon fils, je savais que tu me libérerais ! Les garçons, venez, rentrez à la maison : je vous nourrirai tous avec du bortsch ! », s’exclame cette mère. 


 

14h04 : La CEDH condamne la Russie pour l’expulsion d’un observateur d’un bureau de vote

La Cour européenne des droits humains (CEDH) a condamné ce mardi la Russie pour avoir expulsé d’un bureau de vote un observateur électoral lors des élections législatives controversées de 2011, estimant que Moscou avait violé à cette occasion le droit à la liberté d’expression.

Le requérant avait été nommé observateur pour le compte d’un parti lors du scrutin du 4 décembre 2011 et officiait dans un bureau de vote de Moscou. Dans ce cadre, il avait le droit de filmer les opérations qui s’y déroulaient, mais en suivant certaines règles : il n’avait ainsi pas le droit de filmer les visages des personnes officiant dans le bureau sans leur consentement, il n’avait pas le droit de commenter pendant qu’il filmait et devait laisser la caméra tourner en continu.

14h04 : La CEDH condamne la Russie pour l’expulsion d’un observateur d’un bureau de vote

La Cour européenne des droits humains (CEDH) a condamné ce mardi la Russie pour avoir expulsé d’un bureau de vote un observateur électoral lors des élections législatives controversées de 2011, estimant que Moscou avait violé à cette occasion le droit à la liberté d’expression.

Le requérant avait été nommé observateur pour le compte d’un parti lors du scrutin du 4 décembre 2011 et officiait dans un bureau de vote de Moscou. Dans ce cadre, il avait le droit de filmer les opérations qui s’y déroulaient, mais en suivant certaines règles : il n’avait ainsi pas le droit de filmer les visages des personnes officiant dans le bureau sans leur consentement, il n’avait pas le droit de commenter pendant qu’il filmait et devait laisser la caméra tourner en continu.

13h53 : Pékin réaffirme son soutien à Moscou, en difficultés en Ukraine

Les succès annoncés par l’armée ukrainienne et les sanctions occidentales constituent certes un coup dur pour la Russie, mais le président Vladimir Poutine peut encore compter sur un allié de poids : la Chine, qui vient de réaffirmer son soutien.

Lors de son premier déplacement à l’étranger depuis le début de la pandémie, le dirigeant chinois Xi Jinping rencontrera cette semaine son homologue russe lors d’un sommet régional en Ouzbékistan, une démonstration d’unité qui vient contrecarrer les plans américains pour isoler Moscou. Si Pékin n’a jamais soutenu explicitement l’invasion russe, elle ne l’a pas condamnée et a en revanche dénoncé les sanctions occidentales et les ventes d’armes à Kiev.

13h46 : Kiev fustige la lenteur de l’Allemagne dans les livraisons d’armes

Dmytro Kuleba, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, a fustigé la réticence de l’Allemagne à accélérer l’envoi de chars de combat et d’armes lourdes. Six mois plus tard, bon nombre des armes promises par Berlin ne sont toujours pas arrivées en Ukraine.

« Des signaux décevants de l’Allemagne alors que l’Ukraine a besoin de Léopards et de Marders maintenant - pour libérer les gens et les sauver du génocide », a tweeté Dmytro Kuleba. « Pas un seul argument rationnel expliquant pourquoi ces armes ne peuvent pas être fournies, seulement des peurs abstraites et des excuses. De quoi Berlin a peur et pas Kiev ? », s’interroge-t-il.


 

13h37 : Un drapeau russe brûlé à Votchansk, dans l’oblast de Kharkiv

 

13h37 : Un drapeau russe brûlé à Votchansk, dans l’oblast de Kharkiv

 

13h26 : Le Kremlin menace les députés municipaux qui ont demandé la démission de Poutine

Hier, les députés municipaux de 18 arrondissements de Moscou et de Saint-Pétersbourg ont signé une déclaration publique exigeant la démission de Vladimir Poutine. Ce mardi, en réponse, le Kremlin a lancé une menace à peine voilée. « La frontière entre critiquer légalement la campagne militaire de la Russie en Ukraine et enfreindre les lois de censure en temps de guerre qui entraînent des peines allant jusqu’à quinze ans de prison est très, très mince », a déclaré Moscou.


 

13h26 : Le Kremlin menace les députés municipaux qui ont demandé la démission de Poutine

Hier, les députés municipaux de 18 arrondissements de Moscou et de Saint-Pétersbourg ont signé une déclaration publique exigeant la démission de Vladimir Poutine. Ce mardi, en réponse, le Kremlin a lancé une menace à peine voilée. « La frontière entre critiquer légalement la campagne militaire de la Russie en Ukraine et enfreindre les lois de censure en temps de guerre qui entraînent des peines allant jusqu’à quinze ans de prison est très, très mince », a déclaré Moscou.


 

13h14 : Les sanctions sont-elles vraiment inefficaces ?

C’est une déclaration fréquente. Les sanctions à l’encontre de la Russie seraient inefficaces, le système économique de Moscou étant trop résistant. Pourtant, la chercheuse Anna Colin-Lebedev revient sur cette affirmation en donnant de nouvelles informations. Et en soulignant notamment que « depuis avril, le budget est déficitaire si on regarde au niveau mensuel » en Russie. On vous invite à dérouler ce thread instructif :


 

12h55 : Berlin freine sur les livraisons de chars, Kuleba s’indigne

La livraison de nouvelles armes, et en particulier de chars, à l’Ukraine fait l’objet de vives controverses au sein du Bundestag, à Berlin. A gauche, Michael Roth plaide pour une coordination avec l’Otan et l’UE, allant dans le sens du gouvernement qui freine les livraisons de sa seule initiative. Une position vivement critiquée par la présidente de la commission de la défense au Bundestag, Marie-Agnes Strack-Zimmermann (FDP, parti centriste libéral), qui estime cette réticence à livrer des armes se fait « aux dépens de l’Ukraine ».

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba a aussi réagi, évoquant des « signaux décevants ». « Pas un seul argument rationnel expliquant pourquoi ces armes ne peuvent pas être fournies, seulement des peurs abstraites et des excuses », dénonce-t-il, alors que Kiev compte sur ces chars « pour libérer les gens et les sauver d’un génocide ».


 

12h55 : Berlin freine sur les livraisons de chars, Kuleba s’indigne

La livraison de nouvelles armes, et en particulier de chars, à l’Ukraine fait l’objet de vives controverses au sein du Bundestag, à Berlin. A gauche, Michael Roth plaide pour une coordination avec l’Otan et l’UE, allant dans le sens du gouvernement qui freine les livraisons de sa seule initiative. Une position vivement critiquée par la présidente de la commission de la défense au Bundestag, Marie-Agnes Strack-Zimmermann (FDP, parti centriste libéral), qui estime cette réticence à livrer des armes se fait « aux dépens de l’Ukraine ».

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba a aussi réagi, évoquant des « signaux décevants ». « Pas un seul argument rationnel expliquant pourquoi ces armes ne peuvent pas être fournies, seulement des peurs abstraites et des excuses », dénonce-t-il, alors que Kiev compte sur ces chars « pour libérer les gens et les sauver d’un génocide ».


 

12h46 : La Première ministre finlandaise appelle l’UE à l’unité face au « chantage » russe

La Première ministre finlandaise, Sanna Marin, a appelé mardi à l’unité de l’Union européenne et à de nouvelles sanctions à l’encontre de la Russie face au « chantage » énergétique de Moscou. « Nous avons plus que jamais besoin d’unité, alors que la Russie utilise l’énergie comme une arme contre l’Europe. Faire du chantage à nos sociétés par le biais de l’approvisionnement en énergie est un moyen pour la Russie d’affaiblir et de détruire le soutien des Européens à l’Ukraine et de détruire notre unité », a déclaré la dirigeante dans l’hémicycle du Parlement européen à Strasbourg.

12h43 : Lavrov a obtenu son visa pour se rendre à l’ONU

Après plusieurs semaines de bataille diplomatique entre Moscou et Washington, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et d’autres représentants de sa délégation ont reçu des Etats-Unis leur visa pour se rendre à l’Assemblée générale de l’ONU à New-York, a annoncé mardi le ministère russe des Affaires étrangères.

« Nous attendons la délivrance des visas au reste des membres de la délégation, ainsi que la résolution rapide des problèmes logistiques, compte tenu des sanctions illégales imposées par les Etats-Unis » dans la foulée de l’intervention militaire russe en Ukraine, a toutefois indiqué la diplomatie russe.

Les débats de l’Assemblée générale de l’ONU, grand rendez-vous diplomatique mondial, sont prévus du 20 au 26 septembre prochain à New York (Etats-Unis)

12h41 : Un débat sur la guerre en Ukraine à l’Assemblée

En juillet, la Première ministre Elisabeth Borne avait proposé à l’Assemblée d’organiser un débat sur la guerre en Ukraine et ses conséquences en France. Eh bien, les députés reprendront leurs travaux dans l’hémicycle le lundi 3 octobre en débattant de la guerre en Ukraine.

Le 3 octobre à 16 heures, en application de l’article 50-1 de la Constitution, « le gouvernement fera une déclaration relative à la guerre, suivie d’un débat qui réunira les principaux chefs de file de l’Assemblée ». Au Sénat, la date d’un tel débat n’a pas encore été précisée. La prochaine conférence des présidents de la chambre haute se tiendra le 21 septembre.

12h28 : Le renseignement russe a arrêté un Russe soupçonné d’espionner pour l’Ukraine

Les services de sécurité russes (FSB) ont affirmé mardi avoir arrêté un citoyen russe soupçonné d’avoir transféré des documents classés secrets à l’Ukraine, ouvrant une enquête pour haute trahison, en pleine offensive russe chez son voisin. « Le FSB a découvert qu’un citoyen russe (commettait un acte) de haute trahison en transmettant des informations à l’Ukraine au détriment de la sécurité de la Fédération de Russie », ont déclaré les services de sécurité dans un communiqué.

Selon le communiqué, cet habitant non identifié de la région de Moscou, qui dirigeait une usine aéronautique, « a photographié des fragments de plans de pièces d’avions de combat avec un téléphone portable, avant de les envoyer à un citoyen ukrainien (…), un employé d’une usine d’avions à Odessa », ville du sud de l’Ukraine.

Les faits se seraient déroulés « lorsqu’il était directeur technique d’une usine aéronautique et avait accès à des documents classés + top secret + », a indiqué le communiqué. Une enquête pour « haute trahison » a été ouverte, a précisé le FSB, un crime puni en Russie par de très lourdes peines de prison. Le suspect a été placé en détention.

12h12 : Les ministres européens vont se réunir le 30 septembre pour établir un plan d’urgence sur l’énergie ​

Les ministres européens de l’Energie se réuniront le 30 septembre pour examiner les mesures d’urgence proposées par la Commission afin d’enrayer la flambée des prix du gaz et de l’électricité provoquée par la guerre en Ukraine, a annoncé mardi la présidence tchèque de l’UE.

« Le 30 septembre, nous finirons ce que nous avons entrepris (…) : je viens juste de convoquer une autre réunion extraordinaire du Conseil des ministres de l’Energie pour discuter des propositions de la Commission » attendues cette semaine, a twitté le ministre tchèque de l’Industrie et du Commerce, Jozef Sikela, dont le pays assure la présidence tournante du Conseil de l’UE.


 

12h05 : Le Kremlin accuse les forces ukrainiennes de torturer des civils dans les zones reconquises
12h05 : Le Kremlin accuse les forces ukrainiennes de torturer des civils dans les zones reconquises
12h00 : L’armée russe dit mener des « frappes massives » sur tous les fronts

L’armée russe a affirmé mardi mener des « frappes massives » contre les forces ukrainiennes sur tous les fronts, en réaction à leur percée annoncée dans le Nord-Est et leur avancée dans le Sud. « Les forces aériennes, balistiques et l’artillerie russes effectuent des frappes massives contre les unités des forces armées ukrainiennes dans toutes les zones opérationnelles », a indiqué le ministère russe de la Défense dans son rapport quotidien.

12h00 : L’armée russe dit mener des « frappes massives » sur tous les fronts

L’armée russe a affirmé mardi mener des « frappes massives » contre les forces ukrainiennes sur tous les fronts, en réaction à leur percée annoncée dans le Nord-Est et leur avancée dans le Sud. « Les forces aériennes, balistiques et l’artillerie russes effectuent des frappes massives contre les unités des forces armées ukrainiennes dans toutes les zones opérationnelles », a indiqué le ministère russe de la Défense dans son rapport quotidien.

11h43 : La France va saisir le Conseil de sécurité de l’ONU sur le conflit en Arménie

La France va saisir le Conseil de sécurité de l’ONU après les nouveaux affrontements entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans lesquels au moins 49 militaires arméniens ont été tués, a annoncé mardi l’Elysée. « La France portera la situation devant le Conseil de sécurité des Nations unies, dont elle assure actuellement la présidence », a précisé l’Elysée à l’issue d’un entretien téléphonique entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre arménien Nikol Pachinian.

11h37 : Zelensky a parlé à Mario Draghi

Le président ukrainien s’est entretenu par téléphone avec le Premier ministre italien, pour évoquer « l’importance de la coopération en matière de défense avec l’Italie », qui va devoir être améliorée, ainsi que de la centrale de Zaporojie. « La garantie de sa sécurité est la démilitarisation et le retour sous contrôle ukrainien », répète Zelensky.


 

11h37 : Zelensky a parlé à Mario Draghi

Le président ukrainien s’est entretenu par téléphone avec le Premier ministre italien, pour évoquer « l’importance de la coopération en matière de défense avec l’Italie », qui va devoir être améliorée, ainsi que de la centrale de Zaporojie. « La garantie de sa sécurité est la démilitarisation et le retour sous contrôle ukrainien », répète Zelensky.


 

11h20 : Les traces de l'occupation russe retirées à Vovchansk

 

11h20 : Les traces de l'occupation russe retirées à Vovchansk

 

10h49 : Le chancelier Olaf Scholz veut une réforme du marché de l’électricité dès « cet hiver » en Allemagne

Le chancelier allemand a annoncé mardi vouloir une réforme du marché de l’électricité applicable « dès cet hiver » dans son pays, afin de contribuer à faire baisser les prix et réduire les profits du secteur, alors que le sujet est actuellement débattu au niveau de l’UE. La réforme souhaitée par Berlin est proposée « en coordination » avec l’UE et doit « s’appliquer à grande vitesse, dès cet hiver », a dit Olaf Scholz dans un discours devant des chefs d’entreprise allemands. « Il est inconcevable que ceux qui produisent de l’électricité avec l’énergie éolienne, l’énergie solaire ou le charbon fassent des bénéfices supplémentaires parce que le prix est déterminé en fonction de l’électricité produite avec le gaz », a-t-il ajouté.

10h41 : La Russie dit avoir négocié un cessez-le-feu avec l’Arménie et l’Azerbaïdjan

On garde toujours l’œil sur ce conflit tout proche de la Russie. « Nous attendons que l’accord conclu à la suite d’une médiation russe sur un cessez-le-feu à partir de 8 heures, sera respecté dans son intégralité », a déclaré dans un communiqué la diplomatie russe, se disant « extrêmement préoccupée par la nette dégradation de la situation ».

10h41 : La Russie dit avoir négocié un cessez-le-feu avec l’Arménie et l’Azerbaïdjan

On garde toujours l’œil sur ce conflit tout proche de la Russie. « Nous attendons que l’accord conclu à la suite d’une médiation russe sur un cessez-le-feu à partir de 8 heures, sera respecté dans son intégralité », a déclaré dans un communiqué la diplomatie russe, se disant « extrêmement préoccupée par la nette dégradation de la situation ».

10h34 : La progression ukrainienne en image

En jaune, les territoires repris par Kiev depuis le début du mois.

Territoires repris par l'Ukraine dans le nord-est.
Territoires repris par l'Ukraine dans le nord-est. - Paz PIZARRO, Emmanuelle MICHEL / AFP

 

10h18 : Toujours plus de pertes russes

L'armée russe a encore perdu 350 soldats, mais aussi sept tanks et trois systèmes anti-aériens en une journée, selon un bilan des forces armées ukrainniennes.


 

10h05 : L’Oblast de Kharkiv à nouveau privé d’électricité après un bombardement russe

La ville et la région environnante ont été privées d’électricité à la suite de la défaillance d’une ligne électrique de secours. L’infrastructure électrique de Kharkiv reste très sollicitée après avoir été visée par des frappes russes le 11 septembre.


 

10h05 : L’Oblast de Kharkiv à nouveau privé d’électricité après un bombardement russe

La ville et la région environnante ont été privées d’électricité à la suite de la défaillance d’une ligne électrique de secours. L’infrastructure électrique de Kharkiv reste très sollicitée après avoir été visée par des frappes russes le 11 septembre.


 

9h45 : Au moins 49 soldats arméniens tués dans des affrontements avec l’Azerbaïdjan

On fait encore un détour sur côté de la frontière arméno-azerbaïdjanaise où la situation se corse. Au moins 49 militaires arméniens ont été tués dans des affrontements avec l’Azerbaïdjan, les plus meurtriers depuis une guerre entre les deux pays du Caucase en 2020, a annoncé mardi le Premier ministre arménien Nikol Pachinian.

« A l’heure actuelle, nous avons 49 (militaires) tués (…) et ce n’est malheureusement pas le nombre définitif », a déclaré Nikol Pachinian lors d’un discours devant le Parlement à Erevan.

9h28 : Le point quotidien sur la situation sur le terrain du ministère britannique de la Défense

Selon les renseignements britanniques, une prestigieuse unité de l’armée russe a été gravement dégradée dans la contre-offensive de Kharkiv. La 1ère armée de chars de la Garde de Russie - désignée pour protéger Moscou en cas d’attaque et mener des contre-attaques contre les pays de l’OTAN - a pris part à la retraite chaotique de l’oblast de Kharkiv.


 

9h28 : Le point quotidien sur la situation sur le terrain du ministère britannique de la Défense

Selon les renseignements britanniques, une prestigieuse unité de l’armée russe a été gravement dégradée dans la contre-offensive de Kharkiv. La 1ère armée de chars de la Garde de Russie - désignée pour protéger Moscou en cas d’attaque et mener des contre-attaques contre les pays de l’OTAN - a pris part à la retraite chaotique de l’oblast de Kharkiv.


 

9h16 : Des soldats ukrainiens nettoient Izium, après sa libération

 

9h16 : Des soldats ukrainiens nettoient Izium, après sa libération

 

9h04 : « L’Ukraine peut gagner la guerre à condition que nous la soutenions davantage », estime François Hollande

 

9h04 : « L’Ukraine peut gagner la guerre à condition que nous la soutenions davantage », estime François Hollande

 

8h53 : La Russie et l’Arménie veulent « stabiliser la situation » à la frontière arméno-azerbaïdjanaise

Moscou et Erevan se sont engagés à prendre des mesures pour « stabiliser la situation » à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, théâtre d’affrontements de grande ampleur mardi, a indiqué le ministère arménien de la Défense.

Lors d’un entretien téléphonique avec son homologue russe Sergueï Choïgou, le ministre arménien de la Défense Souren Papikian a « présenté la situation résultant de l’agression de grande ampleur de l’Azerbaïdjan », a déclaré le ministère arménien. Les deux hommes « sont convenus de prendre les mesures nécessaires pour stabiliser la situation », a-t-il ajouté.

8h33 : Les pertes militaires russes

 

8h33 : Les pertes militaires russes

 

8h18 : Comment expliquer les victoires ukrainiennes ?

La stratégie de l’armée de Zelensky a-t-elle changé ? Les hommes Poutine sont-ils en train de faiblir ? Et l’Ukraine peut-elle gagner la guerre ? Éléments de réponses dans notre article avec Michel Goya, ancien officier des troupes de marine et historien, interrogé par notre journaliste Camille Poher.

8h04 : Un danseur de l’Opéra national ukrainien tué au combat

Le soliste du ballet ukrainien de l’Opéra national Oleksandr Shapoval a été tué au combat dans la région de Donetsk. L’artiste honoré de l’Ukraine est parti au front en tant que volontaire.


 

8h04 : Un danseur de l’Opéra national ukrainien tué au combat

Le soliste du ballet ukrainien de l’Opéra national Oleksandr Shapoval a été tué au combat dans la région de Donetsk. L’artiste honoré de l’Ukraine est parti au front en tant que volontaire.


 

7h48 : Le Premier ministre arménien dénonce l'« agression » de l’Azerbaïdjan lors d’entretiens avec Poutine, Macron et Blinken

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a eu des entretiens avec le président russe Vladimir Poutine, son homologue français Emmanuel Macron et le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken pour leur demander de réagir face à l'« agression » de l’Azerbaïdjan, a annoncé mardi Erevan.

Lors de ces entretiens séparés, il a dit espérer « une réponse appropriée de la communauté internationale » alors que des affrontements sont en cours à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, selon des communiqués du gouvernement arménien.

7h48 : Le Premier ministre arménien dénonce l'« agression » de l’Azerbaïdjan lors d’entretiens avec Poutine, Macron et Blinken

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a eu des entretiens avec le président russe Vladimir Poutine, son homologue français Emmanuel Macron et le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken pour leur demander de réagir face à l'« agression » de l’Azerbaïdjan, a annoncé mardi Erevan.

Lors de ces entretiens séparés, il a dit espérer « une réponse appropriée de la communauté internationale » alors que des affrontements sont en cours à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, selon des communiqués du gouvernement arménien.

7h28 : On rembobine !

Si vous n’avez rien suivi de la journée d’hier, 20 Minutes vous a résumé les points les plus importants dans ce récap' :


 

7h14 : Dessins d’enfants, de la Seconde Guerre mondiale et celle en Ukraine, exposés en Pologne

« Un petit enfant, ça dessine le soleil, des fleurs, des chatons. Mais pas une potence ou des cadavres ». Une exposition de dessins d’enfants polonais ayant vécu la Seconde Guerre mondiale et de jeunes Ukrainiens d’aujourd’hui se penche sur le regard des plus jeunes sur la guerre.

« La façon dont les enfants perçoivent la guerre, ce qu’ils ressentent, ce qu’ils véhiculent à travers leurs dessins, ça se ressemble beaucoup… C’est de la souffrance, purement et simplement », explique à l’AFP Dorota Sadowska, la commissaire de cette exposition présentée à Varsovie.

Composée de plusieurs centaines de dessins, l’exposition ambulante parcourt des villes de Pologne mais va aussi à l’étranger, d’un commun effort polonais et ukrainien.

6h51 : Blinken veut attendre pour juger la contre-offensive

Ne pas vendre la peau de l’ours trop rapidement. Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a estimé lundi qu’il était « trop tôt » pour anticiper le résultat de la contre-offensive de l’armée ukrainienne dans le Nord-Est.

« Il est trop tôt pour dire exactement où tout cela va nous mener », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Mexico. « Nous sommes dans les premiers jours (de la contre-offensive) donc je pense qu’il ne serait pas bien de prédire exactement où tout cela va nous conduire ».

« Les Russes maintiennent des forces très significatives en Ukraine, ainsi que des équipements et des munitions », a observé le secrétaire d’Etat. « Mais clairement nous avons des progrès significatifs de la part des Ukrainiens particulièrement dans le Nord-Est », a souligné l’émissaire de Joe Biden qui se trouvait la semaine dernière à Kiev.

6h42 : L’armée ukrainienne dit enchaîner les succès

L’Ukraine a annoncé lundi de nouveaux succès militaires, disant avoir atteint la frontière russe et repris l’équivalent de sept fois la superficie de Kiev en un mois à l’armée russe, qui a répliqué en bombardant certaines zones reconquises. Dans l’Est, « la libération des localités d’envahisseurs russes se poursuit dans les régions de Kharkiv et de Donetsk ». Et dans la région de Kherson (Sud), l’armée ukrainienne a revendiqué la reconquête de 500 km2 en deux semaines, sa première estimation chiffrée de ses avancées dans le Sud.

Sur l’ensemble du front, l’armée a en outre déclaré lundi avoir « réussi à chasser l’ennemi de plus de 20 localités » en 24 heures, ajoutant que « les troupes russes abandonnent leurs positions hâtivement et s’enfuient ».

6h39 : Le pape au Kazakhstan pour une visite de trois jours

Le pape François s’envole ce mardi pour une visite de trois jours dans la capitale du Kazakhstan, dans un contexte régional tendu par le conflit en Ukraine. Il participera à un sommet interreligieux à Noursoultan (ex-Astana), en présence d’une centaine de délégations d’environ 50 pays.

Principal absent de ce congrès, le patriarche orthodoxe russe Kirill, proche soutien de Vladimir Poutine, a annulé sa participation sans en préciser la raison. Si le pape a dénoncé une « guerre cruelle et insensée », Kirill, lui, a défendu « l’opération militaire » et la lutte contre les « ennemis extérieurs et intérieurs » de la Russie.

6h37 : L’armée ukrainienne a repris près de 6.000 km2 selon Zelensky

« Nous continuons d’avancer ». L’armée ukrainienne a repris près de 6.000 km2 de territoire contrôlé par les forces russes lors de sa contre-offensive lancée début septembre, a affirmé lundi Volodymyr Zelensky.

Le président ukrainien, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, a en outre remercié séparément trois unités militaires, dont il a loué la « bravoure » dans cette opération qui a abouti, s’ils sont consolidés, aux plus importants gains territoriaux pour l’Ukraine depuis le retrait des forces russes de la banlieue de Kiev fin mars.

L’armée ukrainienne a d’abord annoncé une contre-offensive dans le Sud, avant de réaliser au cours de la semaine écoulée une avancée éclair dans la région de Kharkiv, frontalière de la Russie dans le nord-est du pays, forçant les soldats de Moscou à se retirer vers d’autres positions. Elle affirme aussi connaître des succès dans la région de Kherson (Sud), occupée par la Russie et frontalière de la Crimée annexée.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Depuis début septembre, la situation sur le terrain semble se retourner en faveur de Kiev. Rien que pour la journée de lundi, l’armée ukrainienne affirme avoir « réussi à chasser l’ennemi de plus de 20 localités », ajoutant que « les troupes russes abandonnent leurs positions hâtivement et s’enfuient ». Toutefois, le secrétaire d’Etat américain temporise. Antony Blinken estime en effet qu’il est « trop tôt » pour anticiper le résultat de cette contre-offensive dans le Nord-Est et le Sud du pays.