Guerre en Ukraine : Comment expliquer la remontée en force de l’armée ukrainienne ?

CONTRE-OFFENSIVE Moscou a envoyé des renforts pour faire face aux nombreuses offensives ukrainiennes

Camille Poher
— 
Un soldat allongé sur le drapeau ukrainien.
Un soldat allongé sur le drapeau ukrainien. — Vladyslav Musiienko/UPI/Shutters/SIPA
  • Volodymyr Zelensky a annoncé vendredi que l’armée ukrainienne avait réalisé une percée surprise et éclair des lignes russes dans la région de Kharkiv.
  • De son côté, le président russe Vladimir Poutine a mis en garde contre les « conséquences catastrophiques » que pourraient avoir les « attaques régulières ukrainiennes ».
  • La stratégie de l’armée de Zelensky a-t-elle changé ? Les hommes Poutine sont ils en train de faiblir ? Et l’Ukraine peut-elle gagner la guerre ? Éléments de réponses avec Michel Goya, ancien officier des troupes de marine et historien.

Les hommes de Volodymyr Zelensky gagnent du terrain. C’est en tout cas ce qu’a affirmé le président ukrainien, assurant ce lundi avoir repris 500 km2 de territoires en deux semaines de contre-offensive dans la région de Kherson. Vendredi, il se félicitait d’avoir repris pas moins de 30 localités aux troupes russes dans la région de Kharkiv. Face à une contre-offensive dans le Sud, une percée surprise dans le Nord-Est et pas moins de 5.000 km de territoire récupérés, les troupes de Moscou n’ont pas d’autre choix que de reculer. 20 Minutes fait le point sur ce tournant - presque - inattendu.

Comment expliquer cette remontée militaire ukrainienne ?


«L’armée ukrainienne monte en puissance », confirme d’entrée de jeu Michel Goya, historien et auteur spécialisé, dans l’histoire militaire et l’analyse des conflits. Une montée en puissance qui s’explique selon lui, avant tout, sur le plan humain : « C’est une nation qui, pour faire face à l’ennemi, a mobilisé des centaines de milliers d’hommes. » Des hommes qui, à l’expérience du front et de plus de 200 jours de combats, sont devenus des soldats formés. Ajoutez à cela une aide matérielle occidentale qui ne faiblit pas et « vous faites face aujourd’hui à des troupes ukrainiennes qui mènent des actions militaires hors de portée pour l’armée  russe », conclut l’ancien officier.

Justement, qu’en est-il de l’armée russe ?

« Il faut bien comprendre qu’une armée, c’est une masse de compétence et de capacité ». Cette masse, mais surtout cette compétence, peut, à l’instar des troupes ukrainiennes, gonfler au fil de la guerre. Mais elle peut aussi largement décroître. « On constate ainsi depuis le début du conflit que l’armée russe faiblit », explique Michel Goya. « Elle est de plus en plus inactive et désorganisée ». Si les bras armés du Kremlin ont débuté il y a plus de sept mois avec des opérations complexes et offensives, elle se retrouve aujourd’hui en capacité de se défendre et c’est tout. « Concrètement, les hommes sont usés, les troupes d’élites ont été remplacées par des recrues très peu formées et encore moins motivées », conclut l’historien.

Mais alors, peut-on imaginer que l’Ukraine gagne la guerre ?

« Si rien ne change, je ne vois pas comment l’Ukraine ne gagnerait pas la guerre », affirme sans détour Michel Goya. Sur le plan militaire, la stratégie russe semble être de solidifier son front afin de faire échouer les attaques ukrainiennes. « Seulement cette stratégie ne suffira pas sur le long terme », explique l’auteur. Pour Michel Goya, il n’y a qu’une possibilité pour le chef du Kremlin : transformer radicalement son armée. « Cette transformation suppose notamment plus d’hommes qualifiés et une vraie mobilisation générale des forces. » Car si les Ukrainiens continuent cette stratégie, faite tantôt d’avancée progressive, tantôt d’attaques coup de poing, alors le temps des Russes en territoire ukrainien est véritablement compté. « Il suffira à mon sens de quelques mois, voire de quelques semaines pour chasser complètement les Russes des terres d’Ukraine. »