Mort de la reine Elisabeth II : « Je lève mon verre à notre reine adorée ! »… A Londres, on ne déroge pas au pub du samedi soir

SATURDAY NIGHT FEVER Malgré la disparition de la reine Elisabeth II, décédée ce jeudi à l’âge de 96 ans, les Londoniens et Londoniennes n’ont pas dérogé au rituel du samedi soir au pub

Anissa Boumediene
— 
Pour Ross, Jelena et Gerald, passer ce samedi soir au pub, c'est aussi une manière de célébrer la mémoire de la reine Elisabeth II.
Pour Ross, Jelena et Gerald, passer ce samedi soir au pub, c'est aussi une manière de célébrer la mémoire de la reine Elisabeth II. — A. Boumediene / 20 Minutes
  • Au surlendemain de la disparition de la reine Elisabeth II, nombre de Londoniens n’ont pas dérogé à leurs habitudes.
  • Parmi elles, le traditionnel rituel du samedi soir au pub. Et pour s’en assurer, 20 Minutes a fait la tournée des pubs, de Soho à Camden, pour prendre la température de la nuit londonienne.
  • Dans les pubs de la capitale britannique, l’attachement à la couronne semble aussi rare que les verres encore pleins.

De notre envoyée spéciale à Londres,

« God Save the King ! Wow, ça fait tout drôle, il va nous falloir du temps pour nous habituer à ce nouveau lexique », réalise Frankie. Trois jours après la disparition de la reine Elisabeth II, décédée jeudi à l’âge de 96 ans, les Londoniens prennent leurs marques avec leur nouveau souverain, Charles III, proclamé roi samedi au Palais de Saint James.

De nouvelles habitudes à prendre, sans pour autant bousculer les anciennes. Et s’il est un rituel auquel les Londoniens sont attachés, c’est de passer son samedi soir au pub. Mais en de telles circonstances, ne serait-ce pas trop shocking ? Mettant tout son professionnalisme au service de l’information de ses lecteurs et lectrices, 20 Minutes a fait la tournée des pubs, de Camden Town à Soho, pour vérifier si les Londoniens et Londoniennes avaient ou non dérogé à leur sacro-saint rituel.

« Evidemment que je vais faire la fête ! »

Alors qu’un peu plus tôt dans la journée, des milliers de Britanniques et de touristes du monde entier sont venus déposer de larges brassées de fleurs à Green Park, où un mémorial a été installé pour rendre hommage à la reine disparue, à la nuit tombée, une autre ambiance, autrement plus festive, prend le relais. Sur Camden Hight Street, au cœur du quartier animé de Camden Town, le soleil est couché depuis moins d’une heure, mais sur le comptoir du Elephant’s Head Pub, les piles de pintes vides s’empilent déjà et il faut jouer des coudes pour passer commande. Le tout dans un joyeux brouhaha où le volume des conversations rivalise le rock british que crachent les enceintes.

Dans la foule ambiante, Holly ne compte pas bouder son plaisir. « Evidemment que je vais faire la fête ! Pas parce que la reine est morte bien sûr, mais parce qu’on est samedi soir, et le samedi soir, on va au pub pour kiffer notre soirée ! La vie continue ! », assure la jeune femme, de toute façon pas très fan de la famille royale. « Il faudrait mettre un terme à la monarchie, on n’en a pas besoin ! »

A la recherche de la pinte à moins de 5 livres

Et dans les pubs de la capitale britannique, l’attachement à la couronne semble aussi rare que les verres encore pleins. « Je n’ai jamais été un grand partisan de la monarchie, explique Frankie, pinte à la main. Je sais que la reine comptait pour beaucoup de gens, c’était une figure importante et aujourd’hui elle n’est plus parmi nous. Mais honnêtement, ça ne m’atteint pas plus que ça. Et même si ça disparition est un événement très lourd, j’ai fait aujourd’hui exactement les mêmes choses que j’ai l’habitude de faire, et comme vous le voyez, on est dans un pub ! »

A ses côtés, sous les décors Belle époque du pub Salinsbury, Lauren consent que la mort d’Elisabeth II « soit une perte et un changement dans notre culture, mais la vie continue, résume-t-elle. Le temps est venu pour le peuple britannique de découvrir ce que c’est d’avoir un roi. » En attendant, ce qui l’anime dans sa tournée des pubs, "c’est d’arriver à trouver une pinte à moins de 5 livres ici à Londres, ça c’est cool !" Et aussi de pouvoir se balader le soir et trouver trois pubs en moins de cinq minutes, c’est aussi ça de prendre du bon temps à Londres !

A quelques mètres du couple, Gerald, de passage dans la capitale britannique, compte lui aussi profiter à fond de sa soirée. Originaire de Singapour, il a « vécu 11 ans ici, je connais la ville par cœur ». Et s’il se définit comme quelqu’un de « ni pro, ni anti-monarchie, il est vrai que la reine était un symbole d’unité pour le peuple britannique. Mais au final, c’était aussi un être humain, comme tout le monde, rappelle-t-il. Donc même si j’ai beaucoup de respect pour la reine, la Terre ne doit pas s’arrêter de tourner, donc je profite de ma soirée au pub avec mes amis, comme je le ferais durant n’importe quel autre week-end ! Parce que l’amitié c’est quelque chose d’important qu’il faut aussi célébrer. Et aussi parce que je ne reste à Londres que quelques jours ! »

« Les pubs, c’est dans notre culture ! La reine elle-même aimait s’offrir un bon gin ! »

Alors, indifférents au deuil national les noctambules Londoniens ? « Not at all, assure Jelena. Aller au pub, prendre un verre, c’est dans notre culture. Nous, les Britanniques, sommes très attachés à nos pubs ! » Un avis que partage son ami Ross, « fier d’être Britannique. J’ai toujours rêvé d’intégrer la Marine royale, et servir la reine fait partie du serment de tout militaire de la couronne. Mais ça ne c’est jamais fait, alors pour moi, il n’y a pas de meilleure façon de célébrer la mémoire de notre reine que de partager une pinte de Guinness irlandaise entre potes ! »

D’autant plus que, rappelle Jelena, « la reine elle-même aimait s’offrir un bon gin ! C’est d’ailleurs ce que je suis en train de boire en son honneur ». Avec un flegme et une allure so British, la jeune femme résume l’état d’esprit de ses camarades de soirée : « Aller au pub ce soir, c’est aussi une manière de célébrer la grande vie de notre souveraine ! Alors je lève mon verre à notre reine adorée ! »