Guerre en Ukraine : Kiev en appelle aux Casques bleus à Zaporojie, Poutine menace l’Europe sur le prix du gaz

RECAP' Ce mercredi 7 septembre, « 20 Minutes » fait le point pour vous, comme tous les soirs, sur l’avancée du conflit en Ukraine

X.R.
Vladimir Poutine a brandi la menace d'un arrêt des livraisons de gaz, de pétrole et de charbon en Europe.
Vladimir Poutine a brandi la menace d'un arrêt des livraisons de gaz, de pétrole et de charbon en Europe. — Sergei Bobylev/AP/SIPA
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit diplomatique russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce mercredi, les Ukrainiens demandent à faire venir les Casques bleus à Zaporojie, et Vladimir Poutine menace d’arrêter toute livraison de gaz, de pétrole et de charbon en Europe si l’UE plafonne les prix.

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

Le fait du jour

« Au cours des dernières 24 heures, les forces armées ukrainiennes ont tiré à 15 reprises à l’artillerie sur la ville d’Energodar et sur le territoire de la centrale nucléaire de Zaporojie », la plus grande d’Europe, a affirmé le ministère russe de la Défense. Trois obus seraient tombés sur le site de ces installations, alors que l’AIEA a rendu son rapport sur la sécurité de la centrale. L’Agence réclame la mise en place d’une « zone de sécurité » autour du site et le chef de l’opérateur public ukrainien Energoatom a proposé l’envoi des Casques bleus de l’ONU pour faire sortir les militaires russes de la centrale.

La phrase du jour

« [Les Occidentaux] disent que la Russie utilise l’énergie comme une arme. Encore un non-sens ! Quelle arme utilisons-nous ? Nous fournissons autant que nécessaire selon les demandes faites »

Lors d’un forum économique dédié à l’Asie à Vladivostok, ville située à l’extrémité orientale de la Russie, Vladimir Poutine a nié utiliser le gaz comme une « arme », alors que les livraisons via Nord Stream sont à l’arrêt depuis plusieurs jours.

La date du jour

4 novembre. C’est la date retenue par Russie unie, le parti de Vladimir Poutine, pour proposer d’organiser des référendums dans les territoires occupés par les forces russes, afin de demander leur annexion. « Donetsk, Lougansk et de nombreuses autres villes russes vont enfin retrouver leur port d’attache. Et le monde russe, aujourd’hui divisé par des frontières formelles, retrouvera son intégrité », a déclaré le secrétaire du Conseil général du parti, Andreï Tourtchak. La Russie célèbre la Journée de l’Unité nationale le 4 novembre.

La tendance du jour

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a proposé ce mercredi aux Etats membres un plafonnement du prix du gaz russe livré à l’UE. L’idée est de « réduire les revenus de la Russie », qui s’en sert pour « financer cette guerre atroce », dénonce la cheffe de l’exécutif européen. Une sanction qui pourrait avoir de lourdes conséquences à long terme.

« Nous ne livrerons rien du tout si c’est contraire à nos intérêts, en l’occurrence économiques. Ni gaz, ni pétrole, ni charbon (…). Rien », a menacé Vladimir Poutine, en réaction depuis Vladivostok. L’Europe doit donc accélérer sa recherche de fournisseurs de gaz alternatifs. Dans l’après-midi, Ursula von der Leyen a ainsi échangé avec le Premier ministre norvégien, dont le pays a augmenté ses livraisons de gaz à l’UE.