Guerre en Ukraine : Berlin mène une « guerre hybride » contre Moscou, d'après l’ex-président russe Medvedev...

ACTUALITE Suivez avec nous les dernières informations sur le conflit en ce dimanche 4 septembre 2022

X.M., D.R.
— 
Dmitry Medvedev, ancien président russe et ancien Premier ministre de Vladimir Poutine.
Dmitry Medvedev, ancien président russe et ancien Premier ministre de Vladimir Poutine. — Ekaterina Shtukina/SPUTNI/SIPA

L’ESSENTIEL

  • La centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, occupée par l’armée russe, a « de nouveau perdu la connexion » au réseau électrique samedi. Ce problème est survenu « après de nouveaux bombardements dans la zone », selon l’AIEA, mais la centrale continue à fonctionner « grâce à une ligne de secours » qui l’alimente.
  • A l’image des actions de la Turquie pour obtenir en juillet un accord sur les céréales, le président turc Recep Tayyip Erdogan a proposé à Vladimir Poutine sa médiation dans la crise à la centrale de Zaporojie.
  • Selon Gazprom, Nord Stream, qui relie la Russie au nord de l’Allemagne, doit être « complètement » arrêté jusqu’à la réparation d’une turbine. Le groupe russe n’a pas précisé de date de reprise. Cette annonce est tombée après la décision vendredi des pays du G7 d’aller vers un plafonnement du prix du pétrole russe.

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

22h45 : C'est la fin de ce live

Ce live se termine. Merci de nous avoir suivis et rendez-vous demain pour retrouver les dernières actualités sur la guerre en Ukraine. Bonne soirée.

18h55 : Du vaudou contre Poutine

Dans un restaurant de Kiev, la capitale ukrainienne, se trouve à l’entrée une poupée de style vaudou avec des aiguilles en libre-service à côté d’un portrait de Vladimir Poutine. De quoi permettre aux clients d’enfoncer une aiguille dans la poupée avant de prendre leur repas.


 

18h45 : Tirs de lance-roquettes depuis la centrale de Zaporojie

Une vidéo montrant des lance-roquettes russes tirant depuis le site de la centrale nucléaire de Zaporojie a été publiée par le média en ligne et indépendant russe The Insider. Les images, prises dans la nuit de vendredi à samedi matin, montrent les lanceurs de missiles à proximité d’un réacteur.

18h28 : L’Allemagne « n’a pas annoncé de taxe » sur les superprofits, insiste Bercy

En plein débat sur la taxation des « superprofits » des entreprises liés à la guerre en Ukraine, le ministère français de l’Economie a souligné dimanche que la « contribution » des énergéticiens que l’Allemagne a promis de soutenir au niveau européen n’était « absolument pas » une taxe.

« Le gouvernement allemand n’a absolument pas annoncé une taxe sur les superprofits des énergéticiens », a insisté Bercy dans un message envoyé aux journalistes quelques heures après l’annonce par Berlin de son soutien à une contribution obligatoire des entreprises énergétiques, dont les modalités seraient fixées au niveau européen.

« L’Allemagne met en place une contribution obligatoire des entreprises qui bénéficient du prix du gaz alors qu’elles produisent de l’électricité à partir du charbon, du nucléaire ou d’énergies renouvelables », avance-t-on à Paris.

18h15 : Hommage à Patron, le plus petit démineur d’Ukraine

 

18h00 : Liz Truss promet d’agir « immédiatement » face à la crise au Royaume-Uni

La grande favorite pour succéder à Boris Johnson à Downing Street, Liz Truss, a promis dimanche d’agir « immédiatement » face à la crise du coût de la vie au Royaume-Uni, refusant toutefois de détailler son projet à la veille de l’annonce des résultats. La cheffe de la diplomatie de 47 ans devrait sauf coup de théâtre devenir lundi la nouvelle Première ministre du Royaume-Uni, succédant à Boris Johnson poussé à la démission début juillet après des mois de scandales.

Mais si elle est élue, Liz Truss posera ses valises à Downing Street dans un contexte économique et social explosif, avec une inflation qui dépasse les 10 % et une hausse exorbitante des factures d’énergie qui menace les familles comme les écoles, les hôpitaux et les entreprises.

17h45 : Exercice « Vigilant knife » avec des soldats anglais, finlandais et suédois

 

17h45 : Exercice « Vigilant knife » avec des soldats anglais, finlandais et suédois

 

17h28 : En Allemagne, le Premier ministre ukrainien réclame encore plus de soutien militaire

Le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal a appelé dimanche l’Allemagne à renforcer son soutien militaire à l’Ukraine, tout en reconnaissant les efforts déjà accomplis, lors d’un déplacement à Berlin qui tourne la page de récentes crispations entre les deux pays.

« Les lance-roquettes MARS II et les (obusiers) Panzerhaubitze 2000, fournies par l’Allemagne, ont bien fonctionné sur le champ de bataille, et nous espérons augmenter l’approvisionnement en armes lourdes », a déclaré Denys Chmygal, cité dans le communiqué. « Nous espérons que l’Allemagne deviendra l’un des leaders dans le processus de développement de la défense aérienne (ukrainienne) », a-t-il ajouté.

17h10 : Une importante colonne de véhicules russes en mouvement en Crimée

 

16h51 : L’ambassadeur américain à Moscou s’en va après avoir fini sa mission

L’ambassadeur des Etats-Unis en Russie, John Sullivan, a quitté dimanche Moscou après être arrivé au terme de son mandat, a annoncé la représentation diplomatique dans un communiqué.

« L’ambassadeur en Fédération de Russie John J. Sullivan a terminé son mandat comme représentant des Etats-Unis et a quitté Moscou aujourd’hui », a déclaré l’ambassade. John Sullivan avait été nommé ambassadeur à Moscou en décembre 2019.

« Après son départ, il va mettre fin à sa carrière dans la fonction publique qui se sera étendue sur quatre décennies et sous cinq présidents américains », a-t-elle ajouté.

16h35 : 280.000 tonnes de céréales

Une flotte de 13 navires transportant plus de 280.000 tonnes de céréales et de produits agricoles a quitté dimanche les ports d’Odessa, selon le ministère ukrainien des Infrastructures. D’après le ministère, il s’agit de la plus grande expédition de produits à quitter l’Ukraine depuis que le pays a négocié un accord d’exportation avec la Russie, l’ONU et la Turquie le 22 juillet dernier. 

16h20 : Que Moscou échoue

« L’Europe doit s’assurer que la guerre du Kremlin en Ukraine échoue ou nous allons au-devant de pire », a déclaré la Première ministre estonienne Kaja Kallas.


 

16h03 : Berlin mène une « guerre hybride » contre Moscou, accuse l’ex-président russe Medvedev

L’ex-président russe Dmitri Medvedev a accusé dimanche l’Allemagne de mener une « guerre hybride » contre la Russie, justifiant l’arrêt des livraisons de gaz à Berlin par son comportement « inamical » en plein conflit en Ukraine. Ces déclarations interviennent alors que les relations entre l’Allemagne et la Russie, déjà plombées par le conflit en Ukraine, se sont encore tendues après la suspension par Moscou des livraisons à Berlin par le gazoduc Nord Stream.

« Le chancelier allemand Olaf Scholz dit que la Russie n’est plus un fournisseur d’énergie fiable. Premièrement, l’Allemagne est un pays inamical, deuxièmement elle a imposé des sanctions contre toute l’économie russe (…) et elle livre des armes létales à l’Ukraine », a déclaré Dmitri Medvedev dans un message publié sur Telegram.

« Autrement dit, elle a déclaré une guerre hybride contre la Russie. L’Allemagne se comporte comme un ENNEMI de la RUSSIE », a-t-il ajouté. « Et cet oncle [Olaf Scholz] est surpris que les Allemands rencontrent de petits soucis avec le gaz », a-t-il fait mine de s’étonner.

15h46 : Un entrepôt frappé à Kramatorsk ce matin

 

15h29 : « Être calme comme un Ukrainien »

 

15h16 : Salvini crée la polémique en contestant les sanctions contre la Russie

Matteo Salvini, le dirigeant du parti italien d’extrême droite de la Ligue, a créé la polémique dimanche en mettant en doute l’efficacité des sanctions européennes prises à l’encontre de la Russie pour sanctionner l’invasion de l’Ukraine. « Plusieurs mois se sont écoulés et les gens paient leurs factures deux fois, voire quatre fois plus, et après sept mois, la guerre continue et les coffres de la Fédération de Russie se remplissent d’argent », a-t-il déclaré à la radio RTL.

« Nous avons besoin d’un bouclier européen » pour protéger entreprises et familles, comme lors de la pandémie de Covid, a-t-il réclamé dans la foulée lors d’un débat organisé dans le cadre du Forum économique The European House - Ambrosetti à Cernobbio, dans le nord de l’Italie. « Si nous voulons aller de l’avant avec les sanctions, faisons-le, nous voulons protéger l’Ukraine, mais je ne voudrais pas qu’au lieu de nuire aux sanctionnés, nous nous nuisions à nous-mêmes », a-t-il nuancé.

15h00 : Le Premier ministre ukrainien à Berlin pour réclamer un soutien encore plus fort

Le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal a débuté dimanche une visite en Allemagne, où il espère recevoir un soutien encore plus fort face à la Russie, notamment sur le plan militaire, et tourner la page après de récentes crispations entre Kiev et Berlin.

C’est la première visite, à ce niveau politique, d’un responsable ukrainien en Allemagne depuis le début de l’invasion russe en février. Denys Chmygal a rencontré dans la matinée le chef de l’Etat Frank-Walter Steinmeier, avec lequel il a « discuté de la situation militaire, du renforcement des sanctions et de la nécessité de fournir des armes à l’Ukraine », a écrit le Premier ministre sur Twitter.

13h50 : Lever de drapeau sur le village de Vysokopillya, dans l’oblast de Kherson

 

13h36 : Zelensky pousse l’UE à préparer un nouveau paquet de sanctions

Le président ukrainien a discuté au téléphone avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ce dimanche. Il explique lui avoir souligné « la nécessité de préparer un 8e paquet de sanctions, y compris l’interdiction de délivrer des visas aux citoyens russes », sur Twitter.


 

13h19 : Un convoi russe détruit

 

13h01 : Kiev accuse Moscou de vouloir « détruire la normale de chaque Européen »

Dans son discours samedi soir, le président Volodymyr Zelensky a déclaré qu’en arrêtant le gazoduc Nord Stream 1, la Russie voulait « détruire la vie normale de chaque Européen ». « La Russie essaie d’augmenter encore plus la pression énergétique sur l’Europe - le pompage de gaz via le gazoduc Nord Stream s’est complètement arrêté. Pourquoi font-ils cela ? La Russie veut détruire la vie normale de chaque Européen, dans tous les pays de notre continent. Elle veut affaiblir et intimider toute l’Europe, chaque État. Là où la Russie ne peut pas le faire par la force des armes conventionnelles, elle le fait par la force des armes à énergie. Elle essaie d’attaquer par la pauvreté et le chaos politique là où elle ne peut pas encore attaquer avec des missiles », a estimé le chef d’Etat ukrainien.

12h42 : Des tonnes de grains détruits à Otchakiv, dans l’oblast de Mykolaïv

 

12h24 : Un hélicoptère russe aurait été abattu près de Melitopol près de Houliaïpole, dans l'oblast de Zaporojie

 

12h08 : Scholz veut utiliser les profits exceptionnels des entreprises pour faire baisser les prix ​

L’Allemagne souhaite que les profits exceptionnels réalisés par certaines entreprises énergétiques grâce à l’envolée des prix du marché soient mis à contribution pour soulager les factures des ménages, a déclaré dimanche le chancelier Olaf Scholz.

Dans le document présentant un nouveau plan d’aides massif contre l’inflation, le gouvernement allemand indique qu’il plaidera pour qu’une mesure « de prélèvement partiel des bénéfices aléatoires » de ces entreprises soit mise en œuvre dans le cadre de l’Union européenne, mais se dit prêt à agir au niveau national. « Des producteurs profitent simplement des prix très élevés du gaz qui déterminent le prix de l’électricité », a observé le chancelier lors d’une conférence de presse.

11h51 : Le numéro trois chinois en Russie la semaine prochaine

Le chef du Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire, Li Zhanshu, se rendra en Russie la semaine prochaine, a annoncé dimanche l'agence officielle, devenant le plus haut responsable politique du Parti communiste à se rendre dans ce pays depuis l'invasion de l'Ukraine par Moscou.

Pékin et Moscou se sont rapprochés au cours des dernières années, intensifiant leurs relations pour faire contrepoids à l'hégémonie des États-Unis. Entre-temps, les tensions entre la Chine et l'Occident se sont accrues, Pékin ayant refusé de condamner l'action militaire russe en Ukraine et dénoncé les sanctions occidentales et les ventes d'armes à Kiev.

11h36 : L’Allemagne « pourra faire face à cet hiver », assure Scholz

L’Allemagne « pourra faire face à cet hiver » et assurer son approvisionnement énergétique en dépit du tarissement des livraisons de gaz russe dont son économie est fortement dépendante, a assuré dimanche le chancelier Olaf Scholz.

« La Russie n’est plus un fournisseur d’énergie fiable (…) Le gouvernement fédéral s’est préparé à cette éventualité dès le début de l’année », a déclaré le dirigeant à la presse, en soulignant que grâce à la diversification des sources d’approvisionnement et au remplissage des stocks de gaz, le pays était en position de faire face à un arrêt prolongé du gazoduc Nord Stream.

11h27 : La fresque polémique de Melbourne va être retirée

On vous parlait de cette fresque qui a fait scandale à Melbourne, en Australie, dans notre live d’hier. L’artiste qui l’a peint a déclaré qu’il la retirerait après la polémique que son œuvre, montrant un soldat russe et un soldat ukrainien qui s’enlacent, a déclenchée. Peter Seaton a assuré que la fresque de trois étages se voulait comme un message de paix, mais après le tollé, il s’est engagé à la repeindre d’ici lundi. L’ambassadeur d’Ukraine en Australie, Vasyl Myroshnychenko, avait déclaré que l’œuvre était « totalement offensante pour tous les Ukrainiens » et avait appelé à son retrait.


 

11h13 : Un restaurant de Kharkiv bombardé dans la nuit

 

10h52 : Berlin débloque un plan d’aides de 65 milliards d’euros face à l’envolée des prix

Le gouvernement allemand s’est entendu dimanche sur un nouveau plan d’aides au pouvoir d’achat et aux entreprises, dans le contexte de forte inflation, à travers des mesures totalisant 65 milliards d’euros, selon un projet d’accord consulté dimanche par l’AFP.

« Une aide rapide et proportionnée aux citoyens et aux entreprises est nécessaire en raison de l’augmentation rapide des prix élevés de l’énergie », explique ce document élaboré après des semaines de discussions laborieuses entre les trois partis de la coalition du chancelier social-démocrate Olaf Scholz.

10h36 : Une dizaine d’explosions entendues à Kherson ce matin

 

10h21 : On récapitule

Vous n’avez pas suivi les informations de la guerre en Ukraine samedi ? Vous pouvez retrouver toutes les nouvelles essentielles de la veille dans notre live :

 

10h07 : Interlude coussinets

Au milieu des informations terribles de la guerre, chez 20 Minutes on aime vous partager aussi des parenthèses de douceur. Comme avec ce petit chiot et ce soldat ukrainien. 


 

8h47 : Denys Chmygal veut entendre le mot « génocide »

Le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal compte également faire passer un autre message lors de sa visite à Berlin : l’Allemagne doit considérer les atrocités russes comme un « génocide ».

« C’est la politique russe : ils tuent des civils en Ukraine seulement parce que ce sont des Ukrainiens », a-t-il dit dans un entretien à l’agence de presse allemande DPA. « Nous attendons que nos partenaires, y compris l’Allemagne, partagent notre évaluation ».

8h43 : Le Premier ministre ukrainien en visite en Allemagne

Le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal, effectue ce dimanche une visite en Allemagne dans l’espoir d’un soutien encore plus fort face à la Russie et pour tourner la page après des crispations récentes entre Kiev et Berlin.

L’attitude longtemps ambivalente de l’Allemagne à l’égard de Moscou, suite au déclenchement de la guerre il y a six mois, et son manque initial de soutien militaire à Kiev, ont profondément irrité le gouvernement de Volodymyr Zelensky. Mais les choses se sont améliorées depuis.

Il y a moins d’une semaine, le chancelier Olaf Scholz a annoncé à Prague souhaiter que l’Allemagne assume une « responsabilité particulière » pour aider l’Ukraine à renforcer ses systèmes d’artillerie et de défense aérienne. Il a d’ailleurs promis le soutien de Berlin à Kiev « aussi longtemps qu’il le faudra ».

A Berlin, avant de s’entretenir avec Olaf Scholz, Denys Chmygal a prévu de rencontrer le président Frank-Walter Steinmeier.

8h39 : Erdogan propose sa médiation

Lors d’un entretien téléphonique samedi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré à son homologue russe Vladimir Poutine « que la Turquie peut jouer un rôle de facilitation sur la centrale nucléaire de Zaporojie, comme elle l’a fait pour l’accord sur les céréales » en juillet, a indiqué la présidence turque.

Le Kremlin a confirmé une discussion entre les deux dirigeants, indiquant qu’ils avaient confirmé vouloir « accroître leurs liens économiques et commerciaux », via « des projets stratégiques communs dans le domaine de l’énergie ». Le communiqué turc ne précise pas par contre si Ankara a proposé formellement sa médiation à Kiev.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. Ce dimanche, les yeux sont toujours tournés vers la centrale nucléaire de Zaporojie, la plus grande d’Europe, où la situation inquiète de nombreux dirigeants internationaux. L’explosion à Tchernobyl, survenue dans la nuit du 25 au 26 avril 1986, est plus que jamais dans toutes les têtes.