Guerre en Ukraine : Le gazoduc Nord Stream arrêté « complètement » jusqu’à la réparation d’une turbine

CONTROLE Des « fuites d’huile » dans la turbine auraient été découvertes lors d’un contrôle technique. Gazprom n’a pas précisé combien de temps pouvait durer cette réparation

20 Minutes avec AFP
— 
Le gazoduc Nord Stream 1 de la mer Baltique à Lubmin, en Allemagne, le mercredi 20 juillet 2022.
Le gazoduc Nord Stream 1 de la mer Baltique à Lubmin, en Allemagne, le mercredi 20 juillet 2022. — Stefan Sauer/AP/SIPA

Le géant russe Gazprom a annoncé que le gazoduc Nord Stream, qui devait reprendre du service samedi après une maintenance, sera finalement « complètement » arrêté jusqu’à la réparation d’une turbine de ce pipeline vital pour l’approvisionnement des Européens.

Dans un communiqué, Gazprom a indiqué vendredi soir avoir découvert des « fuites d’huile » dans la turbine lors de cette opération de maintenance. « Jusqu’à la réparation (…) le transport du gaz via Nord Stream est complètement suspendu », a indiqué le groupe. Gazprom n’a pas précisé combien de temps pouvait durer cette réparation.

Ce rebondissement va accentuer encore l’angoisse des Européens, qui se démènent pour éviter une crise énergétique cet hiver et accusent Moscou d’user du gaz comme d’une arme pour se venger des sanctions occidentales après l’offensive russe en Ukraine.

Liquide brunâtre

La Russie devait reprendre samedi ses livraisons de gaz via Nord Stream, après une nouvelle interruption de trois jours pour des opérations de maintenance. Gazprom a assuré avoir découvert cette « fuite d’huile » lors d’un contrôle technique effectué avec des représentants du groupe allemand Siemens, qui a fabriqué la turbine.

Le groupe russe fait état de cette fuite d’huile sur des « câbles reliés à des compteurs de vitesse d’un rotor ». Sur Telegram, le groupe a publié une photo montrant des câbles entourés d’un liquide brunâtre.

Plus tôt dans la journée, le Kremlin avait affirmé que le fonctionnement du gazoduc Nord Stream était « menacé » par une pénurie de pièces de rechange en raison des sanctions visant Moscou.