Trois victimes du Vol AF 447 mortes de polytraumatismes

ENQUETE L'autopsie réalisée sur 11 victimes révèle que plusieurs sont décédées des lésions provoquées par un fort impact...

Avec agence

— 

Ce lundi 8 juin, la marine brésilienne a récupéré le stabilisateur de vol de l'Airbus A330 Rio-Paris.
Ce lundi 8 juin, la marine brésilienne a récupéré le stabilisateur de vol de l'Airbus A330 Rio-Paris. — BRAZIL AIR FORCE

Prudent, le médecin brésilien José Calvo prévient «qu'on ne peut généraliser et spéculer sur la cause possible de la tragédie» sur la base de ces nouvelles informations. L'autopsie des corps de trois des onze victimes identifiées de l'Airbus d'Air France qui s'est abîmé dans l'Atlantique a révélé qu'elles étaient mortes de polytraumatismes, des lésions provoquées par un fort impact.

 

>> Pour retrouver tous nos articles sur le vol AF 447, cliquez ici

 

L'information a été donnée par José Calvo, chef de l'équipe médicale de l'entreprise chargée par Air France d'embaumer les corps à Recife. Selon lui, la cause des décès a été établie par les experts légistes de l'Institut médico-légal (IML) de Recife où les corps ont été autopsiés. «Les lésions compatibles avec la cause du décès ont été très bien documentées et radiographiées et figurent dans le rapport d'autopsie et dans le certificat de décès» remis aux familles, a déclaré le médecin au quotidien Estado de Sao Paulo.

 

Les trois corps, ceux de Brésiliens, ont été embaumés lundi et devaient être remis mardi aux familles. Huit autres corps déjà identifiés passeront par le même processus. Un total de 50 corps ont été repêchés à ce jour, à plus de 1.150 km des côtes de Recife. Des centaines de débris de l'avion ont également été recueillis.

 

Faibles signaux, peut-être des boîtes noires

 

Les boîtes noires de l'appareil n'ont pas encore été localisées, même si les équipes de recherche ont perçu des signaux faibles pouvant en émaner.

 

>> Le décryptage du co-concepteur des boites noires, c'est ici sur 20minutes.fr

Par ailleurs, la France a mis fin aux recherches aériennes depuis Dakar, à environ 2.000 km de la zone supposée du crash.