Guerre en Ukraine : L’AIEA veut maintenir une « présence continue » à la centrale de Zaporojie...

LIVE Suivez avec nous les informations sur le conflit en ce jeudi 1er septembre 2022

X.M., X.R., C.d.S
— 
La centrale nucléaire de Zaporojie, située à Enerhodar.
La centrale nucléaire de Zaporojie, située à Enerhodar. — Sergei Malgavko/TASS/Sipa USA/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Une mission de l’AIEA doit se rendre ce jeudi à la centrale nucléaire de Zaporojie, où elle souhaite une présence « permanente » pour éviter une éventuelle catastrophe.
  • L’Ukraine a appelé les forces russes à arrêter de tirer sur la route menant à la centrale. A Moscou, le ministère russe de la Défense a symétriquement accusé les militaires ukrainiens de « provocations » visant à « perturber le travail de la mission de l’AIEA ».
  • Selon des déclarations mardi soir de Volodymyr Zelensky, sur le terrain « des combats se déroulent actuellement pratiquement sur toute la ligne de front : dans le Sud, dans la région de Kharkiv (Nord-Est) et dans le Donbass (Est) ».

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

C'est la fin de ce live. Merci de nous avoir suivis. Retrouvez les dernières informations sur la guerre en Ukraine sur notre site et nos autres supports. Bonne soirée !
22h56 : L’AIEA devrait « démilitariser » la zone de la centrale, dit Zelensky

Dans son message quotidien du soir, le chef de l’Etat ukrainien a néanmoins estimé que l’AIEA aurait dû aller plus loin et insister sur la nécessité, selon lui, de « démilitariser » cette zone.

« La principale chose qui devrait se produire est la démilitarisation du territoire de la centrale (…) Et il est regrettable que nous n’ayons pas encore entendu les messages appropriés de l’AIEA », a ainsi lâché Volodymyr Zelensky.

Et ce « bien que nous en ayons parlé avec M. Grossi pendant notre réunion (mardi) à Kiev. C’était la clé, la clé ! Le point de sécurité de nos accords : la démilitarisation et le contrôle total par nos travailleurs du nucléaire » de ce complexe, a-t-il martelé.

20h51 : « Mon père défend l’Ukraine »

 

20h38 : Qu’ont visité les experts de l’ONU à la centrale de Zaporojie ?

Arrivé à la centrale plus tôt dans la journée depuis la ville de Zaporojie, à environ 120 kilomètres de route, Rafael Grossi a dit avoir vu « beaucoup de choses » durant les « quatre ou cinq heures » passées sur place.

« Nous avons pu visiter tout le site. J’étais dans les unités [de réacteurs], j’ai vu le système d’urgence et d’autres pièces, les salles de contrôle », a-t-il énuméré tout en louant le personnel ukrainien qui continue de travailler à la centrale depuis son occupation en mars par l’armée russe. « Bien sûr, ils sont dans une situation difficile mais ils ont un degré de professionnalisme incroyable », a fait valoir Rafael Grossi.

20h21 : L’AIEA veut maintenir une « présence continue » à la centrale de Zaporojie

Certains experts de l’Agence internationale pour l’énergie atomique vont rester en « résidence » à la centrale de Zaporojie d’après le directeur de cette organisation. « Nous allons avoir une présence continue à la centrale », a annoncé Rafael Grossi ce jeudi.

20h04 : On récapitulePour celles et ceux qui n’ont pas suivi les informations sur la guerre en Ukraine tout au long de la journée, 20 Minutes vous a concocté un récap' de l’essentiel :

 

19h48 : L’inspection de la centrale de Zaporojie va se poursuivre sur plusieurs jours

Une partie de la mission de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) va rester jusqu’à « dimanche ou lundi » à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie occupée par les Russes, a indiqué le directeur de cette organisation Rafael Grossi après l’avoir visité.

« Il y a un groupe qui va être là jusqu’à dimanche ou lundi pour continuer l’évaluation » de la situation à la centrale dont le site a été bombardé à plusieurs reprises faisant craindre une catastrophe nucléaire, a-t-il dit à des médias à son retour dans le territoire contrôlé par Kiev.

19h38 : Des images de l'offensive des forces ukrainiennes près de Kherson

 

19h20 : Un abri anti-bombe pour salle de classe

C'est la rentrée pour de nombreux élèves dans le monde. Mais en Ukraine, les enfants doivent composer avec les bombes. 


 

18h59 : Quels experts restent à la centrale de Zaporojie ?

La société nucléaire ukrainienne Energoatom a confirmé que le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, avait quitté la centrale nucléaire de Zaporojie. Cinq représentants de l’Agence resteront dans l’usine, probablement jusqu’au 3 septembre, a ajouté la société.

18h42 : « L’intégrité physique de la centrale a été violée à plusieurs reprises »

L'« intégrité physique de la centrale » nucléaire ukrainienne de Zaporojie, occupée par les troupes russes « a été violée », a déclaré jeudi le directeur de l’Agence internationale pour l’énergie atomique Rafael Grossi après avoir inspecté cette installation.

« L’intégrité physique de la centrale a été violée à plusieurs reprises », a-t-il déclaré à des médias à son retour dans le territoire contrôlé par Kiev. « C’est quelque chose qui ne peut pas continuer à se produire », a-t-il ajouté.

18h29 : La Bourse de Paris toujours déprimée

La Bourse de Paris a enchaîné une sixième séance de baisse d’affilée jeudi, plombée cette fois par l’annonce d’un nouveau confinement en Chine après plusieurs déclarations agressives des banquiers centraux ces derniers jours. L’indice CAC40 a reculé de 90,79 points à 6.034,31 points, dans un volume d’échanges désormais plus soutenu, de 3,1 milliards d’euros. La veille, il avait reculé de 1,37 %.

18h16 : Retour sur l’amitié entre Gorbatchev et Reagan

Reagan et Gorbatchev ont mis fin à des décennies de tensions entre leurs deux pays pour former l’une des relations personnelles les plus improbables du XXe siècle, née de leur désir commun de réduire les tensions nucléaires et qui a fini par changer le monde. L’ancien apparatchik n’avait à l’origine rien en commun avec son homologue américain, et les deux hommes venaient de pays qui se méfiaient mutuellement l’un de l’autre depuis des décennies.

Mais quand Reagan est arrivé au pouvoir en 1981, l’un de ses premiers objectifs - et l’un des plus secrets - a été de réduire les tensions nucléaires avec Moscou. Il a tenté sans succès d’approcher trois dirigeants soviétiques (Léonid Brejnev, Iouri Andropov et Konstantin Tchernenko) mais ils étaient opposés à tout changement et aucun n’a survécu assez longtemps pour établir une relation. Quand Gorbatchev est devenu secrétaire général du Parti communiste en mars 1985 après la mort de Tchernenko, la Maison Blanche a perçu une opportunité.

« Au fond, c’était deux hommes de paix », note Jack Matlock, qui était alors le principal négociateur américain avec l’URSS, avant de devenir ambassadeur des Etats-Unis à Moscou. « Gorbatchev a vite compris que le système devait changer, mais qu’il ne pouvait pas vraiment le changer tant qu’il y avait la Guerre froide et la course aux armements ».

17h56 : La guerre a endommagé un tiers des forêts ukrainiennes, selon Kiev

Le ministre de l’Ecologie ukrainien, Ruslan Strilets, a déclaré que le coût des dommages causés aux forêts et à la flore par les bombardements russes et les explosions de mines est estimé à environ 183 milliards de dollars.

17h40 : L’armée ukrainienne a frappé le pont de Kakhovka dans l’Oblast de Kherson

Le commandement opérationnel « Sud » a déclaré que la récente frappe sur le pont a laissé plusieurs trous supplémentaires. Les forces ukrainiennes ont également empêché les troupes russes de construire un nouveau pont de pontons sur la rivière près de Dariivka.


 

17h25 : L’AIEA « reste » à la centrale nucléaire de Zaporojie, annonce son chef Grossi

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a annoncé jeudi que des membres de l’organisation allaient « rester » à la centrale nucléaire de Zaporojie, plusieurs fois bombardée dans le sud de l’Ukraine.

« L’AIEA reste ici. Faites savoir au monde que l’AIEA reste à Zaporojie », a déclaré Rafael Grossi après une inspection de la centrale par des experts de l’agence atomique, selon une vidéo publiée par le média russe Ria-Novosti. Il n’a toutefois pas précisé combien de personnes resteraient, ni pour combien de temps.


 

17h16 : Première conversation entre Kiev et Tel-Aviv depuis le début de la guerre

« J’ai eu la première conversation téléphonique avec le nouveau Premier ministre d’Israël Yaïr Lapid. Je compte sur l’adhésion de son pays aux sanctions contre la Russie et sur la fourniture d’une assistance pratique à l’Ukraine pour contrer l’agression de la Fédération de Russie », a tweeté le président ukrainien.


 

17h05 : L’UE impose des sanctions contre trois législateurs russes

Les membres de la Douma d’État Alla Polyakova et Anton Tkachev, ainsi que le sénateur Valery Ponomarev, ont été sanctionnés pour avoir porté atteinte ou menacé l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine.

16h56 : 141 millions de repas distribués aux Ukrainiens touchés par la guerre

Les bénévoles de l’organisation à but non lucratif World Central Kitchen ont servi plus de 141 millions de repas aux Ukrainiens touchés par la guerre en Russie.

Son fondateur Jose Andres appelle la communauté internationale à continuer de soutenir l’Ukraine, car le monde dépend de ses exportations agricoles.


 

16h44 : Le chef de l’AIEA dit avoir « vu ce qu’il avait besoin de voir » à la centrale de Zaporojie

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a déclaré avoir « vu ce qu’il avait besoin de voir » lors d’une inspection jeudi à la centrale nucléaire de Zaporojie en Ukraine, régulièrement bombardée depuis des semaines.

« Nous avons pu, pendant ces quelques heures, rassembler beaucoup d’informations. J’ai vu les principales choses que j’avais besoin de voir », a déclaré Rafael Grossi aux médias russes qui accompagnaient la délégation d’experts de l’AIEA dans cette centrale occupée par les forces russes dans le sud de l’Ukraine.


 

16h30 : Tensions à Kaliningrad

Le déplacement de Vladimir Poutine à Kaliningrad intervient dans un contexte de vives tensions autour de cette enclave russe située au bord de la mer Baltique et coincée entre la Pologne et la Lituanie, pays membres de l'Otan. En application des sanctions de l'UE décidées en réponse à l'offensive russe contre l'Ukraine, la Lituanie avait cessé en juin d'autoriser le transit par son territoire de certaines marchandises en direction de Kaliningrad.

Après des protestations et des menaces de Moscou, l'Union européenne a fini par demander à Vilnius d'autoriser le transit par rail de biens russes, hors matériel militaire.

Dans ce contexte de tensions, Moscou a annoncé le mois dernier le déploiement à Kaliningrad de missiles hypersoniques dernier cri.

16h20 : Vladimir Poutine à Kaliningrad

Vladimir Poutine s’est rendu jeudi dans l’enclave russe de Kaliningrad, coincée entre des pays membres de l’Otan et au cœur des tensions entre Moscou et les pays occidentaux autour du conflit en Ukraine. Le président russe a débuté sa visite à Kaliningrad en rencontrant des élèves faisant leur rentrée des classes, répondant à leurs questions sur des sujets aussi variés que l’économie, l’aérospatial ou l’offensive de Moscou en Ukraine, selon les images de ces échanges retransmises en direct à la télévision russe.

« Notre mission et celle de nos soldats (…) c’est d’arrêter cette guerre que Kiev mène au Donbass (est de l’Ukraine), de protéger les gens et, bien sûr, de défendre la Russie elle-même », a-t-il notamment déclaré. Le président russe a également affirmé que les habitants du Donbass, région où vivent de nombreux russophones, « considèrent qu’ils font partie de l’espace (…) culturel et linguistique » russe.

15h56 : Drapeaux en berne à Berlin le jour des funérailles de Gorbatchev

Les drapeaux seront en berne à Berlin samedi à l’occasion des funérailles à Moscou du dernier dirigeant de l’Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev, a annoncé jeudi la ville. « Nous tenons à rendre hommage de façon appropriée à notre citoyen d’honneur et à ce qu’il a fait pour le changement politique en RDA », a déclaré la ministre de l’Intérieur de la ville-Etat régional (Land) de Berlin, Iris Spranger.

15h55 : 35 musées endommagés ou détruits depuis le début de la guerre

La 26e conférence générale du Conseil international des musées (ICOM), du 20 au 28 août, s'est tenu au centre des Congrès de Prague, du 20 au 28 août. A cette occasion, le ministère ukrainien de la Culture a fait savoir qu'il tenait « un registre de ces dommages et de ces pertes afin de répertorier les crimes de guerre », en collaboration avec les institutions internationales. Ce qui a permis de lister 159 églises ou bâtiments religieux abîmés, six cinémas, 44 bibliothèques, etc. En tout, selon les chiffres repris par Le Monde, 468 cas d’endommagement et de destruction de sites culturels « dont 35 concernent directement des musées », sur les 2 000 que compte le pays ont été répertoriés.

15h47 : « Poland, we love you ! »

Depuis le 24 février, la Pologne se trouve au cœur de l’aide occidentale à l’Ukraine et le ministère de la Défense ukrainien ne l’oublie pas


 

15h38 : La France pas dans la « confrontation » avec la Chine

La France n’est pas dans une « logique confrontationnelle » avec la Chine dans l’espace Indo-Pacifique, a affirmé jeudi le président français Emmanuel Macron, alors que Washington, l’allié traditionnel de Paris, et Pékin bandent les muscles autour de Taïwan.

La France et l’Europe doivent bâtir une « indépendance géopolitique » par rapport au « duopole » sino-américain, a observé le chef d’Etat français. « Nous n’avons pas à être sommés de choisir », « nous devons partout pouvoir garder cette liberté d’action », a-t-il poursuivi. « Nous ne sommes pas prêts à avoir une stratégie de confrontation avec la Chine dans l’espace Indo-Pacifique (…). Nous ne sommes pas dans une logique confrontationnelle et nous ne considérons pas que des alliances qui ont été structurées pour certaines oppositions doivent s’étendre sur l’espace Indo-Pacifique », a-t-il encore répété devant les ambassadeurs français.

15h36 : Et le point en images sur cette mission

 

15h03 : C’est quoi cette mission de l’ONU à la centrale nucléaire de Zaporojie ?

Au cœur de toutes les tensions, la centrale nucléaire de Zaporojie va recevoir la visite d’un groupe d’experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique ( AIEA). Leur objectif est de vérifier les infrastructures de cette centrale qui abrite six des 15 réacteurs nucléaires de l’Ukraine, attaquée par la Russie depuis six mois. Occupée par Moscou, la centrale est à risque entre les bombardements, le risque de pénurie d’eau pour assurer son refroidissement ou sa déconnexion du réseau électrique. 20 Minutes fait le point sur la mission de l’AIEA.


 

14h27 : Le point en carte

 

14h15 : Des chasseurs de mines sous-marins en cadeau

 

13h55 : Des images des experts onusiens qui arrivent à Zaporojie

 

13h39 : Les experts de l’AIEA sont arrivés à Zaporojie

Des inspecteurs de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) sont arrivés jeudi à la centrale nucléaire de Zaporojie, dans le sud de l’Ukraine, pour une mission aussi risquée qu’attendue, ont rapporté les agences de presse russes.

L’agence Ria-Novosti a publié une vidéo de leur convoi, constitué notamment de véhicules portant le sigle de l’ONU, arrivant à cette centrale qui est contrôlée par les forces russes et a été la cible de plusieurs bombardements ces dernières semaines.


 

13h25 : Le dirigeant historique de Loukoïl se serait-il suicidé ?

Le président du conseil d’administration du groupe pétrolier privé russe Loukoïl, Ravil Maganov, est mort des suites d’une « grave maladie », a annoncé jeudi l’entreprise dans un communiqué, sans fournir plus de détails. Plus tôt dans la journée, plusieurs médias et agences de presse russes, citant des sources anonymes, avaient affirmé que Ravil Maganov était décédé à l’Hôpital clinique central de Moscou. Certaines de ces sources affirmaient qu’il était tombé d’une fenêtre.

Une source policière anonyme, citée par l’agence de presse publique TASS, affirmait qu’il s’était suicidé en se défenestrant, après avoir été admis à l’hôpital pour des problèmes cardiaques. Cette source a précisé qu’il prenait des antidépresseurs. En mars, Loukoïl a été l’une des très rares entreprises russes à appeler à arrêter l’offensive russe en Ukraine, qui a été suivie d’une avalanche de sanctions occidentales contre les grands groupes et hauts responsables russes.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, s’est refusé jeudi à tout commentaire et a affirmé que cette question ne concernait « pas du tout » la présidence russe.

13h15 : Des civils ukrainiens déportés en Russie d’après une ONG

Les forces russes transfèrent de force des civils ukrainiens, y compris ceux qui fuyaient les hostilités, vers des zones sous leur contrôle, depuis le début de l’invasion russe de ce pays, a affirmé l’ONG Human Rights Watch (HRW) dans un rapport publié ce jeudi. Les transferts forcés « constituent une violation grave des lois de la guerre équivalant à un crime de guerre et à un crime potentiel contre l’humanité », a déclaré HRW.

L’organisation a interrogé 54 personnes qui sont allées en Russie ou connaissaient des personnes qui l’ont fait. Certains d’entre eux aidaient également des Ukrainiens qui tentaient de quitter la Russie. De nombreuses personnes transférées de force fuyaient la ville de Marioupol, un port dans le sud-est de l’Ukraine qui a subi un siège dévastateur et de violents bombardements avant d’être saisi par les troupes russes. D’autres venaient de la région de Kharkiv, dans l’est de l’Ukraine.

12h55 : Vladimir Poutine dépose des fleurs sur le cercueil de Gorbatchev

 

12h47 : Après la suspension des visas simplifiés, le Kremlin dénonce une décision « absurde » de l’UE

Le Kremlin a qualifié jeudi « d’absurdité » la décision de l’Union européenne de suspendre l’accord sur l’assouplissement du régime des visas avec la Russie, décidée la veille comme sanction pour l’offensive russe en Ukraine.

« C’est une décision ridicule s’inscrivant dans une série d’absurdités », a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, lors de sa conférence de presse quotidienne.

12h35 : « La division de l’Europe est un des buts de guerre de la Russie », selon Emmanuel Macron

« La division de l’Europe est un des buts de guerre de la Russie » en Ukraine, a affirmé jeudi le président français Emmanuel Macron, en estimant que « l’unité des Européens » était « clé » sur ce dossier.

« On ne doit pas laisser l’Europe se diviser » et « c’est un défi de chaque jour », a ajouté le chef de l’Etat au cours d’un discours devant les ambassadeurs français à l’Elysée.

12h28 : Les pertes militaires russes

 

12h15 : Vladimir Poutine n’assistera pas aux funérailles de Mikhaïl Gorbatchev

Le président russe Vladimir Poutine n’assistera pas aux funérailles samedi du dernier dirigeant de l’URSS, Mikhaïl Gorbatchev, mort à l’âge de 91 ans, a indiqué jeudi le porte-parole du Kremlin.

« Nous savons que la cérémonie principale sera le 3 septembre, ainsi que les funérailles, mais l’emploi du temps du président ne lui permettra pas d’être là », a déclaré à la presse Dmitri Peskov, précisant que Vladimir Poutine s’était déjà rendu à l’hôpital moscovite où est mort Mikhaïl Gorbatchev pour « déposer des fleurs auprès de son cercueil ».

12h11 : Emmanuel Macron prône la poursuite du dialogue avec la Russie

Le président français Emmanuel Macron a prôné jeudi la poursuite du dialogue avec la Russie, estimant qu'il faut « assumer de pouvoir toujours continuer à parler à tout le monde », « surtout ceux avec qui nous ne sommes pas d’accord ».

« Qui a envie que la Turquie soit la seule puissance du monde qui continue à parler à la Russie ? », a lancé le président devant les ambassadeurs français réunis à l’Elysée.

11h26 : Un réacteur nucléaire à Zaporojie arrêté à cause de bombardements russes

Un réacteur nucléaire à la centrale nucléaire de Zaporojie (sud de l’Ukraine), a été arrêté en raison de bombardements russes, a indiqué jeudi l’opérateur ukrainien des centrales atomiques Energoatom alors qu’une inspection de l’AIEA est attendue sur le site.

A 01h57 GMT, à la suite d'« un bombardement à l’aide de mortier sur le site de la centrale de Zaporojie, le système d’urgence a été activé et l’unité numéro 5, arrêtée », a indiqué Energoatom dans un communiqué sur Telegram.

11h05 : Un dirigeant du groupe pétrolier Loukoïl meurt « après une grave maladie »

Le président du conseil d’administration du groupe pétrolier privé russe Loukoïl, Ravil Maganov, est mort des suites d’une « grave maladie », a annoncé jeudi l’entreprise dans un communiqué, sans fournir plus de détails.

Plus tôt dans la journée, plusieurs médias et agences de presse russes, citant des sources anonymes, avaient affirmé que Ravil Maganov était décédé à l’Hôpital clinique central de Moscou. Certaines de ces sources affirmaient qu’il était tombé d’une fenêtre.

10h30 : La Moldavie, la prochaine sur la liste ?

Sergueï Lavrov a laissé entendre aux Moldaves que leur pays est le prochain sur la liste à envahir. Il a promis « de tout faire pour protéger la population russophone de Moldavie et de Transnistrie. »

 

10h12 : « Il est temps d’arrêter de jouer avec le feu » à la centrale de Zaporojie, dit le chef du CICR

Le Comité International de la Croix Rouge a appelé jeudi à l’arrêt de toutes les opérations militaires autour de la centrale nucléaire de Zaporojie, tenue par l’armée russe en Ukraine, prévenant qu’une attaque serait « catastrophique ».

« Il est grand temps d’arrêter de jouer avec le feu et de prendre plutôt des mesures concrètes » pour protéger ce site, a affirmé aux journalistes à Kiev le directeur général du CICR, Robert Mardini. « La moindre erreur de calcul pourrait provoquer des ravages que nous regretterions pendant des décennies ».

9h55 : Le point sur la situation sur le terrain

 

8h40 : Après les chars…

Si vous n’avez pas la ref', sachez que des images d’Ukrainiens en tracteur tirant des chars subtilisés à l’armée russe revenaient souvent au début de la guerre. L’ambassadrice britannique à Kiev propose de passer au « prochain niveau »…

 

8h19 : Deux sénateurs américains à Kiev pour rencontrer Zelensky

Le sénateur républicain Rob Portman et la sénatrice démocrate Amy Klobuchar se sont rendus à Kiev pour rencontrer Volodymyr Zelensky et « exprimer le soutien bipartite du Congrès à l’Ukraine ». Ils ont également « visité Irpin, Boutcha et Hostomel pour honorer les braves défenseurs ukrainiens qui ont repoussé les attaques russes ».

 

8h12 : Moscou accuse l’armée ukrainienne d’avoir mené un débarquement de « saboteurs » près de la centrale de Zaporojie

« Vers 6 heures, deux groupes de saboteurs de l’armée ukrainienne, jusqu’à une soixantaine de personnes, ont débarqué à bord de sept embarcations (…) à trois kilomètres au nord-est de la centrale nucléaire de Zaporojie », a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué, disant avoir pris « des mesures pour anéantir l’ennemi ». La mission de l’Agence internationale pour l’énergie atomique est attendue dans la journée.

7h46 : L’AIEA maintient la visite de la centrale nucléaire malgré des hostilités

« Il y avait des activités militaires, y compris ce matin, il y a quelques minutes » mais « nous ne nous arrêtons pas, nous bougeons », a déclaré le directeur général de l’AIEA Rafael Grossi à la presse dans la ville de Zaporojie, située à environ 120 kilomètres de la centrale avant le départ du cortège vers cette installation. « Nous allons commencer immédiatement l’évaluation de la situation sécuritaire à la centrale », a-t-il ajouté.

7h18 : L’Ukraine accuse encore la Russie de bombarder Energodar

Les autorités ukrainiennes ont accusé jeudi la Russie de bombarder Energodar, ville où se trouve la centrale nucléaire de Zaporojie le jour où une mission de l’Agence internationale pour l’énergie atomique doit s’y rendre. Dès le petit matin, les Russes « tirent sur Energodar à l’aide de mortiers, armes automatiques et bombardent à l’aide de roquettes », a accusé le maire de cette ville en exil Dmytro Orlov sur Telegram publiant des photos d’immeubles endommagés et de panaches de fumée noire.

7h03 : Petite mise à jour

Allez, c'est la rentrée aujourd'hui, alors on s'assure d'être à jour. Vous pouvez retrouver tout ce qui s'est passé hier dans notre live d'hier.

Et pour briller en expert à la cafet', le récap' c'est par ici.

 

6h50 : Moscou ne punit pas Tokyo sur l’énergie

Le gouvernement russe a autorisé deux firmes japonaises à conserver leurs parts dans Sakhaline-2, un projet pétrogazier dans l’Extrême Orient russe auquel le Japon ne voulait pas renoncer, bien qu’il participe aux sanctions contre Moscou liées à la guerre en Ukraine.

Un décret gouvernemental russe a autorisé mercredi Mitsubishi Corp à transférer son ancienne part de 10 % dans Sakhaline-2 dans une nouvelle entité créée unilatéralement par Moscou en juillet. Un jour auparavant, Moscou avait pris une décision similaire pour Mitsui & Co, qui conserve son ancienne part de 12,5 % dans le projet.

6h45 : Les experts de l’AIEA attendus à la centrale de Zaporojie

Une mission de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) est attendue ce jeudi à la centrale nucléaire de Zaporojie, la plus grande d’Europe. L’équipe de 14 personnes est arrivée mercredi dans la ville du même nom, à environ 50 kilomètres à vol d’oiseau de ce complexe occupé depuis début mars par les Russes et objet de vives inquiétudes de la communauté internationale.

« Nous allons essayer d’établir une présence permanente de l’agence », a annoncé le directeur général de l’AIEA, Rafaelo Grossi - un scénario non évoqué jusque-là. « C’est une mission qui cherche à éviter un accident nucléaire », a-t-il souligné, précisant que les experts allaient passer « quelques jours » sur place et qu’ils avaient reçu des garanties de sécurité de la part des autorités russes et ukrainiennes.

6h39 : Macron va fixer le cap de la diplomatie

Emmanuel Macron présente ce jeudi aux ambassadeurs français réunis à Paris le cap de la diplomatie dans un contexte international de crises aiguës, au premier rang desquelles la guerre en Ukraine.

La « conférence des ambassadeurs », réunion annuelle qui n’a pu avoir lieu pendant deux ans pour cause de Covid-19, se tient aussi à un moment où nombre de diplomates français s’interrogent sur leur métier suite à une réforme controversée de la fonction publique, contre laquelle ils ont observé une journée de grève au début de l’été, événement rarissime dans un ministère feutré et peu contestataire.

Bonjour à toutes et à tous !Bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. En ce premier jour du mois de septembre, les yeux vont être tournés vers la centrale nucléaire de Zaporojie, la plus grande d’Europe, où une mission de l’AIEA est attendue. Kiev et Moscou s’accusent depuis des semaines de mettre en danger la sécurité du site.