Les enquêteurs calment le jeu au sujet des boîtes noires du vol AF 447

CRASH Selon une porte-parole du BEA, ce n'est «pas la première fois» qu'ils entendent «des bruits» sans pour autant localiser les dispositifs...

C. F. (avec agence)
— 
Ce lundi 8 juin, la marine brésilienne a récupéré le stabilisateur de vol de l'Airbus A330 Rio-Paris.
Ce lundi 8 juin, la marine brésilienne a récupéré le stabilisateur de vol de l'Airbus A330 Rio-Paris. — BRAZIL AIR FORCE

Le sous-marin Nautile de l'Ifremer a plongé lundi pour tenter de localiser les boîtes noires de l'Airbus A330 d'Air France disparu en mer le 1er juin, affirme le monde.fr ce mardi. Selon le site d'information en ligne, le sous-marin est guidé par un signal très faible émis par ce qui pourrait être les balises de ces boîtes et qui a été capté par les bâtiments de la Marine française.


Des signaux pas identifiés


«Nous ne sommes pas en mesure de confirmer que ces signaux proviennent des boîtes noires de l'avion», a indiqué Hervé Morin. Le ministre de la Défense a par ailleurs appelé à la prudence sur ce type d'information par respect pour les familles des victimes.


«Ce n'est pas la première fois qu'on entend des bruits. Tous ces bruits, on va les vérifier. Les travaux de recherche continuent», avait déjà tenu à préciser la porte-parole du BEA. «Repérer les boîtes noires signifie les localiser», or elles ne le sont pas, a-t-elle conclu.


Je ne valide pas du tout cette information


Le commandant du «Pourquoi Pas?», navire de l'Ifremer participant aux recherches est même catégorique. «Ce qu'on a pu lire dans "Le Monde", je regrette bien que ce ne soit pas juste. Je ne valide pas du tout cette information, je ne sais pas d'où ça vient. On est toujours en phase de recherches», a assuré Philippe Guillemet à Europe 1.


Le temps presse. Les balises de ces boîtes ne continueront à émettre que pendant une semaine. Et les recherches sont rendues difficiles dans des fonds avoisinant les 5.000 mètres de profondeur.

>> Pour retrouver tous nos articles sur le vol AF 447, cliquez ici