Tensions à Taïwan : Deux navires de guerre américains en transit dans le détroit

CONFLIT Les tensions dans le détroit de Taïwan ont atteint leur plus haut niveau après la visite Nancy Pelosi début août dans l'île autonome

20 Minutes avec AFP
Lors d'exercices militaires, un militaire chinois observe dans des jumelles la frégate Lan Yang de Taïwan, le vendredi 5 août 2022.
Lors d'exercices militaires, un militaire chinois observe dans des jumelles la frégate Lan Yang de Taïwan, le vendredi 5 août 2022. — Lin Jian/AP/SIPA

Deux navires de guerre américains sont entrés en transit dans le détroit de Taïwan, a annoncé la marine américaine dimanche, une première depuis des manœuvres chinoises sans précédent près de l’île.

Dans un communiqué, l’US Navy a affirmé que ce passage « démontrait l’engagement des Etats-Unis en faveur d’une région indo-pacifique libre et ouverte ». Les tensions dans le détroit de Taïwan ont atteint leur plus haut niveau depuis des années, à la suite de la visite de la présidente de la Chambre américaine des représentants Nancy Pelosi début août dans l’île autonome.

Un transit « de routine »

La Chine a procédé à des manœuvres militaires terrestres et maritimes sans précédent en représailles, et Taïwan a réalisé ses propres exercices pour simuler une défense contre une invasion de la Chine. Taïwan vit sous la menace constante d’une invasion de Pékin, qui considère l’île autonome comme une partie de son territoire à reconquérir un jour, et si nécessaire par la force. Pékin s’insurge contre toute action diplomatique susceptible de conférer une légitimité à Taïwan et a réagi avec une agressivité croissante aux visites de responsables et politiques occidentaux.

La Septième flotte américaine a précisé que les deux croiseurs lance-missiles de classe Ticonderoga - l’USS Antietam et l’USS Chancellorsville - avaient effectué un transit « de routine » « dans des eaux où la liberté de navigation et de survol s’appliquent conformément aux normes internationales ». Elle a souligné que les deux navires avaient emprunté « un couloir du détroit de Taïwan qui se trouve au-delà des eaux territoriales de tout Etat côtier », ajoutant que l’armée américaine se réservait le droit « d’opérer partout où le droit international le permet ».

« Etat d’alerte élevé »

L’Armée populaire de libération (APL) chinoise a affirmé que les États-Unis avaient « fait un important battage » autour du passage des navires dans le détroit. « Le commandement du théâtre oriental de l’APL suit et met en garde les navires américains tout au long de leur transit, et est au courant de tous leurs mouvements », a déclaré le porte-parole du Commandement Est de l’armée chinoise, Shi Yie. « Les troupes du théâtre (oriental) restent en état d’alerte élevé et se tiennent prêtes (…) à déjouer toute provocation », a-t-il ajouté.

Le ministère de la Défense de Taïwan a indiqué dans un bref communiqué pour sa part que deux croiseurs américains avaient traversé du nord au sud le détroit de Taïwan, sans les nommer. « Lors de leur trajet vers le sud à travers le détroit de Taïwan, l’armée surveille les mouvements dans notre mer et notre espace aérien (…) et la situation est normale », a précisé la même source.

Des actions « provocatrices »

La Septième Flotte est basée au Japon et constitue un élément essentiel de la présence navale de Washington dans le Pacifique. Le 12 août, Washington avait annoncé son intention de renforcer ses relations commerciales avec Taïwan et d’effectuer de nouveaux passages aériens et maritimes dans le détroit, en réponse aux actions « provocatrices » de la Chine.

Lors des plus importantes manœuvres militaires de son histoire autour de Taïwan, l’armée chinoise avait pendant cinq jours déployé navires de guerre, missiles et avions de chasse, simulant un blocus de l’île. Le 16 août, le vice-amiral de la Septième flotte, Karl Thomas, avait qualifié d' » irresponsable » le tir de missiles balistiques au-dessus de l’île par Pékin lors de ses manœuvres et affirmé que ces tirs avaient frôlé les voies de navigation internationales.