Kimberley ne s'est pas endormie, son tatouage «lui plaisait»

BELGIQUE Piégée par une télévision néerlandaise, la jeune fille a fini par reconnaître la vérité...

C. F.

— 

Le tatoueur Rouslan Toumaniantz et sa cliente Kimberley Vlaeminck qui l'accuse de lui avoir tatoué 56 étoiles sur le visage pendant son sommeil.
Le tatoueur Rouslan Toumaniantz et sa cliente Kimberley Vlaeminck qui l'accuse de lui avoir tatoué 56 étoiles sur le visage pendant son sommeil. — PETER DECONINCK/EPA/SIPA

La vérité a fini par surgir sur une chaîne de télévision néerlandaise. Kimberley Vlaeminck, qui accusait  Rouslan Toumaniantz de lui avoir tatoué 56 étoiles sur le visage au lieu de trois, a changé de version en «off». L'adolescente belge a été piégée par une équipe de Ned 3, dimanche, qui a prétendu, lors d'une interview, que les caméras étaient en panne, rapporte RTL.info.be.
 
>>> Pour éviter ce genre de soucis, jetez un petit coup d'oeil aux 10 règles d'or à respecter avant de se faire tatouer, par ici


>>> Ou regardez ces photos sur les tatouages à éviter

Kimberley, qui prétendait jusqu'à présent s'être endormie pendant la séance de tatouage, a avoué que «le résultat lui plaisait» mais que son père «était vraiment très furieux». Selon RTL.info.be, la jeune fille ne voulait en effet que quelques points au départ, mais une fois que le tatoueur lui a montré les étoiles, elle et son père ont trouvé cela joli. Ce dernier aurait donné son accord pour le tatouage avant de partir boire quelques verres.
 
Kimberley se fait prendre en photo
 
Pendant la séance, Kimberley aurait régulièrement regardé l'évolution de la «galaxie» dans le miroir, regrettant juste quelques étoiles sur son nez. Mais ravie, elle se serait fait prendre en photo à plusieurs reprises. Le journal belge Dernière heure assure que ces clichés prouvent que Kimberley est pleinement satisfaite du résultat.

De retour, son père n'a pas été du même avis, se contentant toutefois de manifester une certaine surprise. Une heure plus tard, Rouslan recevait la visite de la police. Ce dernier a indiqué à 20minutes.fr qu'il allait attaquer en diffamation les médias qui avaient relayé la première version de la jeune fille.