Vol AF 447: onze corps ont été identifiés

ENQUETE Les autorités brésiliennes n'ont fourni aucun détail supplémentaire sur les victimes...

(Avec agence)
— 
Ce mardi 9 juin, les premiers corps des victimes sont arrivés sur l'île de Fernando de Noronha, à 360 km de la côte brésilienne, à bord d'un hélicoptère de l'armée.
Ce mardi 9 juin, les premiers corps des victimes sont arrivés sur l'île de Fernando de Noronha, à 360 km de la côte brésilienne, à bord d'un hélicoptère de l'armée. — B. DOMINGOS / REUTERS

Alors que les recherches sur la zone du crash se poursuivent, onze des 50 corps recueillis ont été identifiés grâce aux empreintes digitales et aux dossiers dentaires, ont annoncé dimanche les autorités brésiliennes. Les corps de dix Brésiliens, cinq hommes et cinq femmes, ont été formellement identifiés, ainsi que celui d'un étranger de sexe masculin, ont annoncé dans un communiqué les autorités de l'Etat de Pernambuco (nord-est), d'où sont organisées les recherches.


>> Notre diaporama sur les recherches, ici


Le moindre détail compte


Les familles des victimes brésiliennes identifiées ont été informées au préalable par la police, indique le communiqué, qui précise que l'ambassade du pays dont est originaire la victime étrangère avait été prévenue. Les autorités brésiliennes n'ont fourni aucun détail supplémentaire sur les victimes, dont la quasi-totalité des corps ont été autopsiés à l'institut médico-légal de Recife.


>>> Retrouvez tout notre dossier sur l’accident du vol AF 447



Chaque autopsie a donné lieu à des examens tels que la présence de cicatrices, d'opérations chirurgicales ou dentaires, de tatouages ou encore de bijoux, et à des prélèvements (empreintes digitales et ADN) qui ont permis de constituer pour chaque corps un dossier post mortem.


Un dispositif allégé 


Les recherches, qui ont permis de découvrir une centaine de débris de l'appareil, se poursuivent toujours dans une zone située à plus de 1.000 kilomètres des côtes brésiliennes, mais le dispositif a été allégé samedi avec le retrait d'un avion radar. Un sous-marin français est aussi engagé dans une course contre la montre pour retrouver les «boîtes noires» de l'avion, car les balises signalant la position de ces enregistreurs de vol cesseront d'émettre d'ici une semaine.