Finlande : Le dépistage de drogue de la Première ministre revient négatif après sa grosse soirée

CLEAN « Jamais de ma vie, et pas même dans ma jeunesse, je n’ai pris de la drogue », a déclaré Sanna Marin

20 Minutes avec agences
La Première ministre finlandaise Sanna Marin a été vivement critiquée après la diffusion d'images de sa soirée entre filles.
La Première ministre finlandaise Sanna Marin a été vivement critiquée après la diffusion d'images de sa soirée entre filles. — Roni Rekomaa/AP/SIPA

Le dépistage de drogue de la Première ministre finlandaise est revenu négatif, a-t-on appris, lundi. Sanna Marin avait accepté de se soumettre à ce test pour « dissiper les soupçons » après  la diffusion d’une vidéo la montrant en pleine fête avec des amis.

L’urine de Sanna Marin a été testée le 19 août pour la présence de différentes drogues : cocaïne, amphétamine, cannabis et opioïdes. Les résultats ont été signés par un médecin, selon le cabinet de la Première ministre. « Le test était un test complet », a déclaré Iida Vallin, conseillère spéciale de Sanna Marin. « Nous n’avons pas choisi la façon dont le test a été effectué ? »

Une fêtarde régulièrement critiquée

Une vidéo a fuité mi-août montrant la dirigeante de 36 ans dansant et faisant la fête avec un groupe d’amis et des célébrités. Les images ont créé la controverse dans le monde entier, certains interprétant les commentaires entendus dans la vidéo comme faisant référence à des drogues. Cela a fait l’objet de débats animés sur les réseaux sociaux.

La Première ministre a rejeté toute consommation de drogue et s’est soumise à un test de dépistage pour le prouver. Elle avait déjà admis auparavant avoir bu de l’alcool lors de cette soirée. Elle a cependant déclaré ne pas avoir été témoin qu’une quelconque prise de drogue par les participants à l’événement. « Jamais de ma vie, et pas même dans ma jeunesse, je n’ai pris de la drogue », a-t-elle déclaré.

Nommée Première ministre en 2019, Sanna Marin a déjà été vivement critiquée à la suite de fêtes dans sa résidence officielle. En décembre 2021, elle a été fermement condamnée après être allée danser en boîte de nuit alors qu’elle avait été exposée au Covid-19. Selon un sondage mené par une chaîne finlandaise, deux tiers des habitants considéraient que sa soirée était une « erreur grave ».