Somalie : Le bilan de l'attaque d'un hôtel de Mogadiscio monte à 21 morts

TERRORISME Le bilan actuel de l'attaque est actuellement de 21 morts et 117 blessés, selon le ministre somalien de la Santé

20 Minutes avec AFP
Un membre des forces de sécurité après l'assaut d'un hôtel de la capitale Mogadiscio, en Somalie, le dimanche 21 août 2022.
Un membre des forces de sécurité après l'assaut d'un hôtel de la capitale Mogadiscio, en Somalie, le dimanche 21 août 2022. — Farah Abdi Warsameh/AP/SIPA

Le bilan de l’attaque d’un hôtel de Mogadiscio par des islamistes radicaux shebab, qui a duré 30 heures et s’est terminée samedi vers minuit, est monté à 21 civils tués, a annoncé dimanche le ministre somalien de la Santé.

« Le ministère de la Santé a confirmé à ce stade (le bilan de) 21 morts et 117 blessés » dans l'attaque de l'hôtel Hayat dans la capitale somalienne qui avait débuté vendredi soir, a dit le ministre Ali Haji Adan. Dimanche, les proches des personnes portées disparues dans l’attaque attendaient des nouvelles de parents à l’issue de l’attaque associant explosion d’une bombe et tirs d’armes à feu menée par des islamistes shebab, un groupe affilié à Al-Qaïda.

Une attaque revendiquée par les shebab

Les forces de sécurité ont mis fin à l’attaque dans la nuit de samedi à dimanche, annonçant la mort de tous les assaillants. Des sauveteurs tentaient de retrouver d’éventuels survivants parmi les décombres dimanche matin, ont constaté des journalistes de l’AFP, tandis que les abords de l’hôtel aux accès fermés étaient calmes et que des experts s’employaient à détecter d’éventuels explosifs.

L’hôtel a subi de lourds dégâts pendant le face-à-face entre les shebab et les forces de sécurité, certaines parties du bâtiment s’étant effondrées. Cette attaque, revendiquée par les shebab, est la plus grave à Mogadiscio depuis l’entrée en fonction du nouveau président Hassan Sheikh Mohamud en juin, après des mois d’instabilité politique. Elle met en lumière le défi que représente pour lui l’insurrection islamiste, qui dure depuis 15 ans face au gouvernement fédéral.

Des enfants en état de choc

Le commissaire de police Abdi Hassan Mohamed Hijar a précisé à la presse dimanche que « 106 personnes, dont des femmes et des enfants », ont été secourues par les forces de sécurité pendant le siège qui s’est terminé vers minuit. « Les victimes ont été touchées principalement dans les premières heures de l’attaque », a-t-il ajouté.

Le porte-parole des shebab, Abdiaziz Abu-Musab, a déclaré samedi sur leur station, Radio Andalus, que le groupe avait « infligé de lourdes pertes » aux forces de sécurité. Selon une femme témoin, Hayat Ali, trois enfants d’une même famille, âgés de quatre à sept ans, ont été retrouvés par les forces de sécurité, en état de choc, cachés dans les toilettes de l’hôtel. Dimanche matin, des dizaines de personnes à la recherche de nouvelles de leurs proches étaient rassemblées dans la rue menant à l’hôtel, mais se trouvaient bloquées à distance par les forces de sécurité.

Les attaques s’intensifient ces derniers mois

« L’attaque complexe est destinée à montrer qu’ils (les islamistes shebab) sont toujours très présents », a déclaré Samira Gaid, directrice du cercle de réflexion Hiraal Institute à Mogadiscio, Les alliés de la Somalie, notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et la Turquie, ainsi que l’ONU, ont fermement condamné l’attaque. Les shebab ont été chassés des principales villes de Somalie, dont Mogadiscio en 2011, mais restent implantés dans de vastes zones rurales. Ces derniers mois, ils ont intensifié leurs attaques. Mercredi, l’armée américaine avait annoncé avoir tué dans une frappe aérienne 13 miliciens shebab qui s’attaquaient à des soldats des forces régulières somaliennes dans une zone reculée de ce pays de la Corne de l’Afrique.

En mai, le président américain Joe Biden avait décidé de rétablir une présence militaire en Somalie pour y combattre les shebab, approuvant une demande du Pentagone qui jugeait trop risqué et peu efficace le système de rotations décidé par son prédécesseur Donald Trump à la fin de son mandat. Le nouveau président somalien Hassan Cheikh Mohamoud a estimé le mois dernier qu’une approche militaire est insuffisante pour mettre un terme à l’insurrection des shebab.