Guerre en Ukraine : Macron appelle les Français à « accepter de payer le prix de la liberté »

CONFLIT Retrouvez toutes les informations sur le conflit en Ukraine ce vendredi 19 août

J-L.D, D.R.
— 
Emmanuel Macron, ici dans le Var. (illustration)
Emmanuel Macron, ici dans le Var. (illustration) — ERIC GAILLARD / POOL / AFP
  • Le secrétaire général de l’ONU a averti ce jeudi que tout dégât à la centrale nucléaire de Zaporojie en Ukraine serait un « suicide », alors que le président turc Recep Tayyip Erdogan a dit craindre un « nouveau Tchernobyl ».
  • Un nouveau dépôt de munitions en feu a pris feu près de la frontière ukrainienne. Deux villages ont dû être évacué. Cet incendie intervient en pleine épidémie d’explosions touchant des installations militaires russes en Crimée.
  • La guerre devrait encore durer un temps, puisque le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exclu jeudi toute négociation de paix avec Moscou sans le retrait préalable des troupes russes du territoire de l’Ukraine.

A VOIR

A LIRE

 

C'est la fin de ce live. Merci de nous avoir suivis. Retrouvez les informations liées à la guerre en Ukraine sur notre site.
22h10 : Huit maires de villes européennes en déplacement à Kiev

 

Les maires des villes de Marseille, Lyon, Athènes, Florence, Helsinki, Oslo, Riga et Tirana se sont rendus vendredi à Kiev et ont ratifié un protocole d'accord «en présence» de Volodymyr Zelensky «pour une reconstruction durable des villes ukrainiennes», selon un communiqué.

21h20 : Nouvelles armes américaines pour aider la contre-offensive ukrainienne

Le Pentagone a annoncé vendredi une nouvelle tranche d’aide militaire à l’Ukraine, pour un montant de 775 millions de dollars, destinée à aider Kiev à lancer une contre-offensive dans le sud au moment où les forces russes paraissent fragilisées. Cette nouvelle tranche d’aide comprend notamment des missiles supplémentaires pour les systèmes américains d’artillerie de précision Himars, qui ont « changé la donne sur le champ de bataille », a indiqué à la presse une haute responsable du ministère américain de la Défense.
Washington va aussi fournir aux forces ukrainiennes des systèmes de canons mobiles et des obus de 105 mm compatibles avec des armements fournis par le Royaume-Uni, 15 drones de reconnaissance Scan Eagle, qui ont un rayon d’action de plus de 100 km et permettent des observations sur le champ de bataille même en cas de mauvaises conditions météo, ainsi que 1.000 nouveaux missiles antichars Javelin et Tow.

20h44 : Macron appelle les Français à « accepter de payer le prix de la liberté »

Emmanuel Macron a dénoncé ce vendredi « l’attaque brutale » de la Russie en Ukraine et appelé les Français à « accepter de payer le prix de la liberté » face aux conséquences en Europe. « Je pense à notre peuple auquel il faudra de la force d’âme pour regarder en face le temps qui vient, résister aux incertitudes, parfois à la facilité et à l’adversité et, unis, accepter de payer le prix de notre liberté et de nos valeurs », a lancé le chef de l’Etat lors d’une cérémonie pour le 78e anniversaire de la libération de Bormes-les-Mimosas (Var).

19h25 : Une plainte en Suisse après une attaque contre un journaliste en Ukraine

Une ONG ukrainienne a déposé une plainte auprès du procureur général suisse pour dénoncer l’attaque du photographe de presse Guillaume Briquet qui serait tombé dans une embuscade tendue par un commando russe en Ukraine, a-t-on appris ce vendredi. La plainte a été déposée le 17 août par l’ONG Truth Hounds avec l’assistance de l’ONG suisse Civitas Maxima, a indiqué cette dernière dans un communiqué.

Le Ministère public de la Confédération (bureau du procureur général) a confirmé ce vendredi avoir reçu la plainte, et a indiqué qu’elle « va maintenant être examinée selon la procédure habituelle ». Selon Civitas Maxima, le 6 mars, quelques jours après l’invasion russe en Ukraine, le photographe de presse Guillaume Briquet est tombé dans « une embuscade tendue par un commando russe ». Il conduisait lorsque son véhicule - immatriculé de Genève et sur lequel figurait les mentions « presse » de chaque côté - a été visé de deux balles du côté conducteur et de deux balles du côté passager. Il a été blessé aux bras et à la tête par des bris de verre.

18h51 : Drone au travail

 

18h40 : Combien de temps Nord Stream sera-t-il à l’arrêt ?

« Le transport du gaz par le gazoduc Nord Stream sera suspendu pendant trois jours », a déclaré Gazprom, affirmant qu’une maintenance des équipements était « nécessaire toutes les 1.000 heures » de fonctionnement. A l’issue de cette période, les livraisons reprendront avec un débit de 33 millions de mètres cubes de gaz par jour, d’après le communiqué de l’entreprise. Mais seulement « en l’absence de dysfonctionnements techniques ». L’annonce de cette décision risque de raviver les craintes de pénurie en Europe, où Moscou est accusé de chantage énergétique.

18h31 : Après l’annonce de la fermeture prévue de Nord Stream, le prix du gaz européen atteint un nouveau record

Le prix européen du gaz a poursuivi sa hausse inexorable vendredi pour finir à un nouveau record en clôture, porté par la fermeture « pour maintenance » de Nord Stream par le géant russe Gazprom pour plusieurs jours.

La difficulté de l’Union européenne à amasser des réserves suffisantes pour pouvoir se passer des exportations russes pendant l’hiver sans créer de pénurie a fait monter le prix du contrat à terme du TTF néerlandais à 257,40 euros, du jamais vu en fin de séance.

18h20 : Les livraisons de gaz de Nord Stream suspendues du 31 août au 2 septembre pour une « maintenance »

Les livraisons de gaz russe à l’Europe par le gazoduc Nord Stream 1 seront interrompues pendant trois jours, du 31 août au 2 septembre, pour des raisons de « maintenance », a annoncé vendredi le géant gazier russe Gazprom.

« Il est nécessaire de procéder à une maintenance toutes les 1.000 heures » de fonctionnement, a justifié Gazprom dans un communiqué. Cette décision risque de raviver les craintes de pénurie en Europe, où Moscou est accusé de chantage énergétique.

18h08 : Le Pentagone note un « manque total de progrès » des forces russes en Ukraine

Les forces russes démontrent un « manque total de progrès sur le champ de bataille » en Ukraine, a estimé vendredi une haute responsable du Pentagone, citant notamment l’utilisation par les forces ukrainiennes des missiles américains Himars.

« Nous n’avons pas constaté de reprise de territoire » par les forces ukrainiennes, a reconnu cette responsable ayant requis l’anonymat. « Mais nous constatons un affaiblissement net des positions russes à plusieurs endroits ».

18h00 : Le Pentagone annonce une nouvelle tranche d’aide militaire à l’Ukraine de 775 millions de dollars ​

Le Pentagone a annoncé vendredi une nouvelle tranche d’aide militaire à l’Ukraine, pour un montant de 775 millions de dollars, qui comprend notamment des missiles supplémentaires pour les systèmes américains d’artillerie de précision Himars.

Cette nouvelle tranche d’aide prévoit aussi l’envoi de systèmes de canons mobiles et des obus supplémentaires compatibles avec des armements fournis par le Royaume Uni, a indiqué à la presse une haute responsable du ministère américain de la Défense.

17h49 : Paris rejette les accusations de Poutine sur les exportations agricoles russes et dénonce une « instrumentalisation »

La France estime qu’il n’y a « aucun obstacle » aux exportations de biens agricoles russes, a affirmé vendredi l’Elysée, rejetant les affirmations en ce sens du président russe Vladimir Poutine, qualifiées d'« instrumentalisation ».

« De notre point de vue, il n’y a aucun obstacle juridique lié aux sanctions, aucun obstacle opérationnel à l’exportation du grain russe », a déclaré la présidence française à l’issue d’un entretien entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine. Il y a « de la part de la Russie une volonté d’instrumentaliser politiquement cette question », a-t-elle ajouté.

17h38 : Poutine a accepté que la mission de l’AIEA « passe par l’Ukraine »

Vladimir Poutine a accepté vendredi qu’une mission de l’AIEA à la centrale nucléaire de Zaporojie, sous contrôle russe dans le sud de l’Ukraine, passe par l’Ukraine et non la Russie, a annoncé l’Elysée à l’issue d’un entretien téléphonique d’Emmanuel Macron avec le président russe.

Le président Poutine a indiqué, lors de cet entretien, qu’il acceptait de « revoir l’exigence » qu’elle passe par la Russie, a indiqué la présidence française. « Il a accepté qu’elle (s’y) rende dans le respect de la souveraineté ukrainienne et donc en passant par l’Ukraine, sous contrôle gouvernemental ».

17h30 : Un abri anti-bombes a été installé à un arrêt de bus à Kharkiv

Ces lourds bunkers en béton armé peuvent accueillir jusqu’à 50 personnes en cas de bombardements et vont être construits dans 25 endroits de Kharkiv, d’après le Kiyv Independant.


 

17h16 : Le président Zelensky acclamé

 

17h01 : Visite à venir de la commissaire européenne en Finlande et Lettonie

La commissaire aux Affaires intérieures Ylva Johansson se rendra en Finlande et en Lettonie début septembre pour discuter de la question des visas délivrés aux Russes. Les propositions de sanctions sont une prérogative de la Commission, dont la priorité est l'unité du bloc face au Kremlin. Leur adoption exige l'unanimité des Vingt-Sept.

16h50 : Nouvel appel prévu entre Poutine et Macron

Le 5 août, le Kremlin avait balayé l’idée de conversations téléphoniques entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron parce que, d’après eux, la France est un pays « inamical ». Pourtant, les chefs d’Etat se sont appelés ce vendredi. Et, d’après un communiqué de l’Elysée, « les deux présidents se reparleront dans les prochains jours de ce sujet [l’examen de la centrale nucléaire de Zaporojie par l’AEIA] après échanges des équipes techniques et avant le déploiement de la mission ».

16h38 : Londres promet 15 millions de livres à l'Ukraine et la Pologne

Afin de soutenir l'Ukraine et la Pologne et, par extension, les personnes qui fuient le pays envahi par la Russie, Londres promets 15 millions de livres supplémentaires (environ 17,6 millions d'euros). 


 

16h25 : Poutine se plaint auprès de Macron d'« obstacles » à l’exportation de produits agricoles russes

Le président Vladimir Poutine a dénoncé vendredi les « obstacles » à l’exportation de biens agricoles russes malgré la signature le mois dernier d’un accord à Istanbul, lors d’un entretien téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron.

Lors de cet appel, Vladimir Poutine a « souligné les obstacles qui demeurent devant les exportations russes, ce qui ne contribue pas à une solution aux problèmes relatifs à la sécurité alimentaire mondiale », selon le Kremlin.

16h13 : Poutine et Macron pour une inspection de Zaporojie par l’AIEA « dans les plus brefs délais »

 

16h08 : Il y a un risque de « catastrophe d’envergure » à la centrale de Zaporojie, affirme Poutine

Les frappes contre la centrale ukrainienne de Zaporojie créent un risque de « catastrophe de grande envergure », a averti vendredi le président russe Vladimir Poutine lors d’un entretien téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron.

Vladimir Poutine « a souligné que le bombardement systématique (…) du territoire de la centrale nucléaire de Zaporojie crée un danger de catastrophe de grande envergure qui pourrait conduire à la contamination radioactive de vastes territoires », a dit le Kremlin dans un communiqué.

16h08 : Il y a un risque de « catastrophe d’envergure » à la centrale de Zaporojie, affirme Poutine
16h00 : Les céréales au centre de la visite de Guterres

Il n’y a pas que la centrale de Zaporojie. La visite d’Antonio Guterres a été marquée par un autre sujet qui inquiète au niveau mondial : les exportations de céréales ukrainiennes. Bloquées après l’invasion russe du 24 février dernier, ce qui a fait planer le spectre d’une crise alimentaire mondiale, elles ont repris après la conclusion en juillet d’un accord entre Moscou et Kiev, avec la médiation de Recep Tayyip Erdogan.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec Volodymyr Zelensky et Recep Tayyip Erdogan, Antonio Guterres a promis jeudi que son organisation allait s’efforcer « d’intensifier » les exportations de céréales ukrainiennes avant l’arrivée de l’hiver. Elles sont notamment cruciales pour l’approvisionnement alimentaire de nombreux pays d’Afrique, l’Ukraine étant un des principaux producteurs et exportateurs mondiaux de céréales.

Fruit de l’accord de juillet, 25 navires transportant « plus de 600.000 tonnes de produits agricoles ukrainiens » ont transité depuis cette semaine par le « corridor céréalier » depuis les ports d’Odessa, Pivdenny et Tchornomorsk, selon Kiev. Le chef de l’ONU s’est félicité d’un « début de stabilisation » sur les marchés agricoles depuis l’accord.

15h48 : Une base russe détruite à Lougansk

D’après Serhiy Haidai, une frappe ukrainienne a touché une base russe à Lougansk ce vendredi. Une centaine d’équipements militaires et 50 personnes se trouvaient dans la base du village de Lotykove, ajoute le gouverneur de l’oblast de Lougansk.

15h33 : Une fresque de 27 mètres de long à Kropyvnytskyi, une ville située au nord de Mykolaïv

 

15h19 : La Russie a « perdu la guerre » du renseignement et de l’espionnage

Cité par nos confrères de The Economist, Jeremy Fleming, le directeur de l’agence britannique du renseignement, estime que la Russie a d’ores et déjà « perdu la guerre » sur le plan du renseignement et de l’espionnage. Moscou a misé sur la désinformation, une stratégie fréquente de la Russie mais a échoué jusqu’à présent étant donné que les services secrets sont toujours parvenus jusqu’ici à intercepter ces fausses informations, affirme-t-il.

15h05 : Petite analyse de l’approche occidentale de la guerre

On vous partage ce thread Twitter de la politologue estonienne Kristi Raik sur l’approche occidentale de la guerre en Ukraine. Plongée entre l’Ouest plus « fort et plus uni », la « peur d’une escalade » ou le statu quo entre l’Otan et la Russie.


 

14h50 : Le prix du gaz européen continue de s’envoler, l’hiver s’annonce tendu

Le prix européen du gaz poursuivait sa hausse inexorable vendredi, dopé par la difficulté de l’Union européenne à amasser des réserves suffisantes pour pouvoir se passer des exportations russes pendant l’hiver sans créer de pénurie.

Le contrat à terme du TTF néerlandais, référence du gaz naturel en Europe, s’échangeait pour 249,00 euros le mégawattheure (MWh) vers 11h50 GMT (13h50, heure française), un niveau qui n’a plus été observé en séance depuis les premières journées extrêmement volatiles de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Jeudi, il a même fini à un plus haut historique en clôture, à 241 euros le mégawattheure. C’est encore loin toutefois du sommet historique en séance atteint le 7 mars à 345 euros.

Le régulateur allemand de l’énergie a signalé jeudi que le pays risque de manquer son objectif de remplissage de ses réservoirs fixé par le gouvernement d’Olaf Scholz.

14h37 : Le nombre de morts monte à 21 à Kharkiv

D'après le Kiev Indenpendant, le nombre de morts dans la frappe russe qui a touché Kharkiv mercredi s'élève à présent à 21. Les sauveteurs ukrainiens ont découvert les corps de deux personnes disparues dans les décombres, ce vendredi. 


14h24 : Ode aux traditions d’Ukraine

Le ministère de la Culture et de la Politique de l’information, en collaboration avec le magazine Elle ukrainien, lance un projet sur le patrimoine culturel immatériel des Ukrainiens. « Le premier numéro du projet va raconter aux lecteurs les traditions du pysanka ukrainien [l’art de décorer des œufs], les secrets de la peinture de la porcelaine ukrainienne, du tissage de la paille et du tissage de l’osier, ainsi que le jouet Yavoriv », explique le communiqué sur Télégram.

Le pysanka est un art ukrainien qui consiste à décorer des oeufs.
Le pysanka est un art ukrainien qui consiste à décorer des oeufs. - Canva

 

14h06 : Guterres demande que Moscou ne coupe pas la centrale de Zaporojie du réseau ukrainien

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a demandé ce vendredi à la Russie de ne pas couper la centrale nucléaire de Zaporojie, qu’elle contrôle, du réseau ukrainien, au moment où Kiev et Moscou s’accusent mutuellement de dangereux bombardements du site.

« Bien évidemment, l’électricité de Zaporojie est une électricité ukrainienne (…) ce principe doit être pleinement respecté », a déclaré Antonio Guterres lors d’une visite dans le port d’Odessa, après que l’opérateur des centrales ukrainiennes Energoatom a dit craindre que la Russie ne coupe Zaporojie du réseau.

13h14 : Guterres attendu à Odessa

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres est attendu ce vendredi à Odessa, grand port du sud de l’Ukraine, après avoir promis hier de tout faire pour intensifier le récent déblocage des exportations de céréales ukrainiennes. Antonio Guterres poursuit sa visite en Ukraine, entamée mercredi soir et marquée jeudi par une rencontre à Lviv (ouest) avec les présidents ukrainien Volodymyr Zelensky et turc Recep Tayyip Erdogan, consacrée notamment à l’épineuse question des exportations de céréales ukrainiennes. Lors d’une conférence de presse conjointe avec Volodymyr Zelensky et Recep Tayyip Erdogan, Antonio Guterres a promis que l’ONU allait s’efforcer d'« intensifier » la reprise de ces exportations avant l’arrivée de l’hiver.

13h00 : Washington offre huit hélicoptères à la République tchèque

Les États-Unis ont annoncé vendredi qu’ils allaient faire don de huit hélicoptères de combat et multirôles à la République tchèque, membre de l’Otan. La République tchèque est l’un des principaux fournisseurs d’équipements militaires à l’Ukraine depuis l’invasion russe du 24 février.

Les six hélicoptères de combat AH-1Z et les deux hélicoptères multirôles UH-1Y seront offerts dans le cadre du programme Excess Defense Articles, a indiqué l’ambassade des Etats-Unis à Prague. « La République tchèque ne paiera que pour la mise à niveau et le transport de l’équipement », a précisé l’ambassade des Etats-Unis sur Twitter.

12h50 : Kharkiv, la bombardée

Chaque jour, le ministère de la Défense britannique poste une analyse de la guerre en Ukraine. Ce vendredi, ce point est consacré à Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine. « Bien que la ligne de front dans ce secteur ait peu bougé depuis mai, la deuxième ville d’Ukraine a été l’une des plus bombardées depuis le début de l’invasion », note Londres, qui ajoute que Kharkiv reste « à portée de la plupart des systèmes d’artillerie russe ».

D’après le ministère, les forces russes essaient probablement de « forcer l’Ukraine à maintenir forces importantes sur ce front, pour les empêcher d’être employées comme force de contre-attaque ailleurs ».


 

12h38 : On rembobine

Vous n’avez pas suivi les évènements du conflit en Ukraine hier ? Vous pouvez retrouver le condensé dans notre récap' quotidien :

Ou, pour les plus assidus, le live de ce jeudi :

 

12h25 : Médaille de bronze

L’Ukrainien Andriy Protsenko a remporté une médaille de bronze au Championnat d’Europe en saut en hauteur.


 

12h14 : Sceau de la signature

La ministre de l’Economie ukrainienne et vice-Première ministre Yuliia Svyrydenko et l’ambassadrice du Royaume-Uni en Ukraine ont signé la seconde annexe d’un accord de partenariat politique, stratégique et de libre-échange entre Kiev et Londres, ce vendredi.


 

12h00 : Jens Stoltenberg au sommet de la plateforme de Crimée

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, participera en ligne au deuxième sommet en ligne de la plateforme de Crimée, le 23 août. L’évènement pourra être visionné en direct sur le site Web de l’Otan.


 

11h48 : Polémique en Italie sur les « ingérences » russes en vue des élections

Les déclarations de l’ex-président russe Dmitri Medvedev, qui a appelé jeudi les Européens à « punir » leurs gouvernements « stupides », ont suscité une polémique en Italie, en pleine campagne électorale pour les législatives du 25 septembre.

L’Italie, sous la houlette du Premier ministre sortant Mario Draghi, a jusqu’ici soutenu sans réserves l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe, en lui fournissant armes et aide humanitaire. Une position qui pourrait évoluer si la coalition des droites, plus russophile et donnée favorite dans les sondages, arrivait au pouvoir.

« L’ingérence russe », dénonce jeudi en première page le journal de gauche La Repubblica. « Moscou, ingérences sur les élections », titre en une le quotidien Il Messaggero, tandis que Il Corriere della Sera constate que « La Russie perturbe les élections italiennes ».

11h35 : Stars Coffee ouvre ses portes à Moscou pour remplacer Starbucks

Stars Coffee, chaîne russe venue remplacer le géant américain des cafés Starbucks en Russie après son départ en raison du conflit ukrainien, a ouvert vendredi pour le grand public son premier restaurant à Moscou avec le slogan « Bucks est parti, les stars sont restées ».

« Pourquoi STARS ? Parce que la nouvelle marque réunit les stars de l’industrie gastronomique », expliquent dans un communiqué le rappeur russe Timati et le restaurateur Anton Pinski qui ont acquis les 130 restaurants de Starbucks en Russie fin juillet.

Du brun est venu s’ajouter dans le logo aux couleurs traditionnelles de la chaîne américaine - vert et blanc - et la petite sirène a été remplacée par une fille en « kokochnik », coiffe traditionnelle russe.



 

11h24 : Au moins 362 enfants tués

D’après le procureur général d’Ukraine, au moins 362 enfants ont été tués et 716 blessés depuis le début de l’invasion en Ukraine. Le communiqué précise toutefois que les chiffres sont potentiellement bien plus élevés car ils n’incluent pas les victimes dans les territoires occupés ou près de la ligne de front.

11h11 : Temps estival à Odessa

C’est l’été. Le beau soleil, les chaleurs torrides et les fleurs côtoient les bombes en Ukraine. On vous partage ces photographies d’Odessa qui tranchent avec le quotidien de la guerre.


 

11h00 : Les couleurs de l’Ukraine jusque dans le ring de boxe

Le poids lourd Oleksandr Usyk a mis en avant l’héritage cosaque de l’Ukraine avant son combat pour conserver son titre mondial face au Britannique Anthony Joshua, dont la carrière sera menacée en cas de défaite samedi à Jeddah. Soutenu par des millions d’Ukrainiens aux vies bouleversées par la guerre, favori des parieurs, Usyk met en jeu en Arabie saoudite ses ceintures de champion du monde des poids lourds WBA, IBF et WBO, conquises il y a un an à Londres contre Joshua, 32 ans. Une victoire acquise aux points, sur décision unanime.

L’immense Joshua (1,98 m contre 1,91 m pour Usyk), ancien champion olympique poids lourds aux 24 victoires et deux défaites en professionnel, est depuis quelques mois entraîné par le renommé Robert Garcia afin de développer un style plus agressif. Usyk, 35 ans, a semblé plus serein que son adversaire durant la conférence d’avant-match mercredi. Revêtu d’un costume traditionnel, le crâne rasé à l’exception d’une mèche à la mode cosaque, il a entonné un chant patriotique ukrainien devant la presse du monde entier.

10h48 : Les pertes russes d'après Kiev

D'après Kiev, plus de 44.000 soldats russes ont été tués depuis le début de l'invasion. Les forces armées ukrainiennes estiment aussi que près de 1.900 tanks et 197 hélicoptères ont été détruits. Ces chiffres sont toutefois invérifiables pour le moment et le décompte des morts reste un enjeu crucial de la guerre. 


 

10h36 : Chanteur russe à Las Vegas

Philipp Kirkorov, un des chanteurs russes les plus populaires, a été repéré à Las Vegas, aux Etats-Unis. L’artiste a chanté devant des soldats russes blessés en Crimée, récemment, alors que la Russie est en pleine invasion de l’Ukraine. Les internautes multiplient les « repérages » de célébrités russes dans les pays occidentaux afin de pousser à l’interdiction des visas de tourisme, dans un objectif de soutien à Kiev.


 

10h24 : Poutine et Xi seront présents au sommet du G20, affirme le président indonésien

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue chinois Xi Jinping assisteront à un sommet du G20 en novembre, a affirmé le dirigeant de l’Indonésie - qui préside actuellement ce forum des grandes économies mondiales - dans une interview publiée vendredi.

La présence des deux chefs d’Etat lors du sommet coïnciderait avec celle du président américain Joe Biden, alors que les relations de Washington avec Moscou et Pékin sont au plus bas, en raison de la guerre en Ukraine et des tensions autour de Taïwan.

10h12 : Un dépôt de munitions en feu en Russie près de la frontière ukrainienne

Deux villages russes ont été évacués jeudi à cause d’un incendie qui s’est déclaré dans un dépôt de munitions situé près de la frontière avec l’Ukraine, ont annoncé les autorités locales.

Cet incendie intervient quelques jours après des explosions sur une base militaire et un dépôt de munitions situés en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par Moscou, la Russie reconnaissant dans ce dernier cas un acte de « sabotage ».

« Un dépôt de munitions a pris feu près du village de Timonovo », situé à moins de 50 km de la frontière ukrainienne dans la province de Belgorod, a déclaré dans un communiqué le gouverneur de la région, Viatcheslav Gladkov.


 

10h01 : Endommager la centrale de Zaporojie serait « un suicide », avertit l’ONU

Le secrétaire général de l’ONU a averti jeudi que tout dégât à la centrale nucléaire de Zaporojie en Ukraine serait un « suicide », alors que le président turc Recep Tayyip Erdogan a dit craindre un « nouveau Tchernobyl », lors d’une rencontre à Lviv avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Nous devons dire les choses telles qu’elles sont : tout dégât potentiel à Zaporojie serait un suicide », a déclaré Antonio Guterres, appelant une nouvelle fois à « démilitariser » la centrale, occupée par l’armée russe. Se disant « gravement préoccupé » par la situation dans la plus grande centrale nucléaire d’Europe, il a appelé à ne pas l’utiliser « pour quelque opération militaire que ce soit ».

7h25 : L'Europe divisé sur le sort des touristes russes

Kiev appelle les Européens à bannir les touristes russes pour punir Moscou de la guerre en Ukraine, mais cette mesure est loin de faire consensus et contredirait la ligne suivie jusqu'à présent par les Vingt-Sept en matière de sanctions. Elle sera discutée lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE fin août à Prague.

Plusieurs pays ont pris les devants mais souhaitent une position unifiée de l'UE. Frontalière de la Russie, la Finlande, qui traite quelque 1.000 demandes de visas par jour, a décidé de réduire à 10% le nombre de visas délivrés aux touristes russes à compter du 1er septembre. 

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. Ce vendredi, la centrale nucléaire de Zaporojie fait encore parler d'elle, tandis que les explosions en territoire russe se multiplient. Incidents ou contre-attaque ukrainienne ?