Floride : Enceinte, une ado de 16 ans jugée « pas assez mature » pour avorter

JUSTICE Orpheline, la jeune femme venait, en outre, de vivre le décès d’un ami proche

20 Minutes avec agence
Un des trois juges s'est désolidarisé de la décision concernant la jeune adolescente de 16 ans. (illustration)
Un des trois juges s'est désolidarisé de la décision concernant la jeune adolescente de 16 ans. (illustration) — QuinceCreative / Pixabay

Une adolescente de 16 ans s’est vue refuser le droit d’ avorter ce lundi à Pensacola ( Floride). La cour d’appel a estimé qu’elle n’était « pas suffisamment mature » pour faire le choix de l’interruption volontaire de grossesse ( IVG), rapporte le média USA Today.

Deux des trois juges ont déclaré que la jeune fille n’avait « pas établi de façon claire et convaincante la preuve qu’elle était suffisamment mûre pour pouvoir décider de mettre un terme à sa grossesse », relaie Slate. Le troisième juge s’est opposé à cette décision, se désolidarisant de la prise de position de ses collègues.

Une jeunesse difficile

La jeune adolescente avait pourtant de bons arguments. Elle a expliqué qu’elle allait encore à l’école (elle doit bientôt passer l’équivalent américain du baccalauréat), n’avait pas d’emploi et que le père ne pourrait pas la soutenir si la grossesse devait arriver à terme. Orpheline et élevée par des membres de sa famille, elle est en outre suivie par un programme après la perte traumatisante d’un ami proche.

Le juge qui s’est opposé à la décision finale s’est exprimé en fin d’audience, évoquant une erreur « inexplicable » de la plaignante qui avait refusé l’assistance d’un avocat. « La cour [la] pense capable, ultérieurement, d’articuler sa demande de façon adéquate, et pourrait alors réévaluer sa décision », a conclu le juge, invitant l’adolescente à retenter sa chance.

Les deux autres juges se sont opposés à cette invitation, arguant que « l’ordonnance et les conclusions du tribunal de première instance ne sont ni floues ni insuffisantes ». Une décision finale selon eux, dans la droite ligne du tournant pris par les Etats-Unis depuis la révocation du droit à l’avortement.