Pékin va envoyer des troupes en Russie pour des exercices militaires conjoints

MANOEUVRES La Chine va participer aux exercices annuels « Vostok » - prévus du 30 août au 5 septembre

20 Minutes avec AFP
Le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping lors de leur rencontre à Pékin le 4 février 2022.
Le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping lors de leur rencontre à Pékin le 4 février 2022. — Alexei Druzhinin/SPUTNIK/SIPA

C’est un rapprochement qui suscite de l’inquiétude. Pékin va envoyer des troupes en Russie pour participer à des exercices militaires conjoints à la fin du mois. Et ce, afin d'« approfondir la coopération » entre les deux armées, a annoncé le ministère chinois de la Défense.

La Chine et la Russie entretiennent des liens étroits en matière de défense et Pékin a indiqué vouloir porter les relations bilatérales « à un niveau plus élevé », malgré les condamnations internationales suscitées par la guerre en Ukraine. Selon un communiqué diffusé mercredi, la Chine va participer aux exercices annuels « Vostok » - prévus du 30 août au 5 septembre selon Moscou - dans le cadre de sa coopération avec la Russie.

Des exercices « sans rapport » avec l’invasion de l’Ukraine

« L’objectif est d’approfondir la coopération pratique et amicale avec les armées des pays participants, d’accroître le niveau de collaboration stratégique entre les parties participantes et de renforcer la capacité à répondre aux diverses menaces pour la sécurité », indique le ministère de la Défense dans le communiqué.

L’Inde, la Biélorussie, la Mongolie, le Tadjikistan, entre autres, participeront aussi à ces exercices. La Chine et l’Inde ont été accusées ces derniers mois de couvrir diplomatiquement la Russie en s’opposant aux sanctions occidentales et aux ventes d’armes à l’Ukraine. Mais Pékin assure que sa participation aux exercices militaires est « sans aucun rapport avec la situation actuelle au niveau régional et international ».

Pas « d’interprétation particulière » de Washington

Il s’agit des deuxièmes exercices menés conjointement par la Chine et la Russie cette année. En mai, les deux pays avaient organisé pendant treize heures des manœuvres près du Japon et de la Corée du Sud, forçant ces derniers à lancer des avions de chasse en dissuasion, au moment où le président américain Joe Biden se trouvait à Tokyo.

Washington s’inquiète régulièrement du rapprochement entre la Chine et la Russie, estimant que cela met en danger la sécurité mondiale. Interrogé sur la participation chinoise à ces exercices conjoints, le porte-parole du département d’Etat, Ned Price, a toutefois indiqué que les Etats-Unis n’avaient pas d'« interprétation particulière ». « La plupart des pays concernés participent aussi régulièrement à un large éventail d’exercices et d’échanges militaires avec les Etats-Unis », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.