Attentat meurtrier en Irak: au moins 72 morts

TERRORISME C'est l'un des attentats le plus meurtrier...

Avec agence

— 

Un camion rempli de plus d'une tonne d'explosifs a semé la désolation samedi à Taza, une localité turcomane chiite du nord de l'Irak, faisant au moins 72 morts et plus de 200 blessés, selon un dernier bilan établi par la police et la morgue. Un attentat qui survient alors que les troupes américaines se retirent des villes du pays.

Selon un officier de police de Kirkouk, ville qui se trouve à 30 km du lieu de l'attentat, le camion était garé à 400 mètres de la mosquée Rassoul à Taza, à 220 km au nord de Bagdad. Une quinzaine de maisons ont été détruites et des habitants se sont retrouvés sous les décombres. Selon France Info, les habitants du quartier se sont joints aux sauveteurs pour tenter de dégager les personnes prises sous les décombres.

À dix jours du retrait des soldats américains


Cet attentat survient à dix jours du retrait américain des villes et localités irakiennes où le maintien de l'ordre sera désormais entièrement assuré par l'armée et la police irakiennes, selon un commun accord trouvé entre les Etats-Unis et l'Irak pour le retrait des soldats américains des agglomérations où ils se trouvent depuis six ans.

Selon la police, c'est un kamikaze qui a fait exploser son camion bourré d'une tonne d'explosifs, dans une rue du centre ville.

Un haut responsable de la police de Kirkouk, qui a requis l'anonymat, a assuré que «l'attaque port(ait) la marque d'Al-Qaida». Mais l'attentat n'a pour l'instant pas encore été revendiqué.

«Un grand désastre commis par Al-Qaida»

«Les tueurs ont choisi le moment où les paysans rentraient de leurs champs et des maisons se sont effondrées sur leurs habitants», a déclaré Majid Ezzat, un conseiller provincial qui se trouvait près de la mosquée, interrogé par l’AFP.

«J'ai vu passer un camion dans une rue avoisinante puis, quelques minutes après, j'ai entendu une explosion énorme et le toit de mon magasin s'est effondré sur ma tête», a raconté de son côté Akbar Zain al-Abidine, un marchand de primeurs de 40 ans, dont l'échoppe a été totalement détruite.

La communauté turcomane en deuil


«J'ai perdu deux membres de ma famille proche et deux cousins», se lamentait Ghani Abbas, 28 ans, blessé à la tête et aux jambes et qui est poursuivi par le malheur. Il a perdu deux de ses frères dans une attaque armée qui visait des pèlerins chiites se rendant dans la ville sainte de Kerbala, au sud de Bagdad.

La communauté turcomane, dont le nombre est estimé à 800.000 personnes, est surtout présente dans le nord de l'Irak.

Le Front turcoman, un parti communautaire, a annoncé «un deuil de trois jours» et demandé «au gouvernement d'ouvrir immédiatement une enquête sur l'attentat et présenter à la justice ses auteurs».

Il s'agit de l'attentat le plus sanglant depuis le 20 mai lorsqu'une voiture piégée avait explosé à Sadr City, un quartier pauvre de Bagdad, faisant 40 morts et 83 blessés.