Maroc : Un accident d'autocar fait 23 morts

DRAME Vingt-trois personnes ont été tuées et 36 blessées dans un accident d’autocar mercredi à l’est de Casablanca, un des drames de la circulation les plus meurtriers au Maroc ces dernières années, selon un bilan des autorités régionales de la Santé

20 Minutes avec AFP
Quarante-deux personnes sont mortes en 2012 dans un accident d'autocar au sud de Marrakech, le plus grave jamais enregistré au Maroc, où plus de 4.000 personnes meurent chaque année sur la route.
Quarante-deux personnes sont mortes en 2012 dans un accident d'autocar au sud de Marrakech, le plus grave jamais enregistré au Maroc, où plus de 4.000 personnes meurent chaque année sur la route. — - afp.com

Le véhicule s’est renversé dans un virage sur une route nationale dans la province de Khouribga, ont précisé les autorités locales qui n’ont pas fait état de touristes étrangers parmi les victimes. Selon le dernier bilan, 23 passagers ont péri dans l’accident et 36 autres ont été blessés, a déclaré en soirée à l’AFP le docteur Rochdi Kaddar, directeur régional de la Santé.

L’autocar assurait la liaison entre la mégapole de Casablanca et la région rurale d’Aït Aatab, près de la ville de Béni Mellal, au pied du Haut Atlas. Les blessés ont été évacués vers l’hôpital provincial de Khouribga et une enquête a été ouverte.

Des accidents fréquents

L’autocar est un mode de transport très utilisé par les Marocains, notamment les plus modestes qui ne peuvent s’offrir une voiture, pour se déplacer dans les zones rurales et isolées.

Les accidents de la circulation sont très fréquents et souvent meurtriers au Maghreb, où les routes sont réputées parmi les plus dangereuses au monde. Au Maroc, ils font en moyenne près de 3.500 décès et 12.000 blessés graves chaque année, soit une moyenne de 10 morts et 33 blessés graves par jour, selon des statistiques de l’Agence nationale de la Sécurité routière (NARSA).

Les autorités marocaines ont toutefois mis en oeuvre une série de mesures pour tenter de combattre le fléau de l’insécurité routière  à la suite du pire accident d’autobus de l’histoire du pays en 2012 (42 morts).