Etats-Unis : Où en est-on du droit à l’avortement dans les différents Etats ?

MY BODY, MY CHOICE Si certains Etats ont voté des lois pour protéger le droit à l'avortement, d'autres sont en train de l'interdire complètement ou de restreindre son accès

L.A. avec AFP
Des femmes manifestent devant l'ambassade des Etats-Unis à Londres, le 9 juillet 2022.
Des femmes manifestent devant l'ambassade des Etats-Unis à Londres, le 9 juillet 2022. — Guy Bell/Shutterstock/SIPA

Depuis le 24 juin, certaines Américaines ne peuvent plus avorter dans l’Etat où elles résident. En révoquant l’arrêt Roe vs Wade, la Cour suprême des Etats-Unis est revenue sur le droit constitutionnel à avorter. Chaque Etat peut désormais librement légiférer sur ce droit.

Treize Etats sont déjà en train d'interdire l'interruption volontaire de grossesse, comme l’Arkansas, l’Utah ou le Texas. D’autres ont adopté des lois restreignant son accès, en réduisant le délai de recours à quinze voire six semaines de grossesse, comme en Floride. Dans ces Etats, les grandes cliniques, les centres d’avortement et les organismes finançant l’accès aux soins ont cessé de proposer ou de rembourser cette pratique.

A l’inverse, 21 Etats - comme la Californie et Washington - ont voté des lois pour protéger le droit à l'avortement. Selon une étude de la société d’analyse Morning Consult, réalisée auprès de 4.400 travailleurs américains, une personne sur cinq serait prête à déménager pour un Etat ne pénalisant pas l’interruption de grossesse.