Tensions à Taïwan : Taipei sort son gros avion de combat et Washington remet un pied dans le détroit

RECAP' Ce mercredi 17 août, « 20 Minutes » fait le point du jour sur la crise ravivée par la venue de l’américaine Nancy Pelosi à Taïwan

Marion Pignot
Taïwan a présenté ce mercredi son avion de combat le plus avancé, le F-16V.
Taïwan a présenté ce mercredi son avion de combat le plus avancé, le F-16V. — Johnson Lai/AP
  • La Chine estime que Taïwan, peuplée d’environ 23 millions d’habitants, est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise (1949).
  • Opposé à toute initiative donnant aux autorités taïwanaises une légitimité internationale, Pékin est vent debout contre tout contact officiel entre Taïwan et d’autres pays. Alors même si des responsables américains se rendent fréquemment dans cette île, la Chine a jugé que la visite le 4 août dernier de Nancy Pelosi, l’un des plus hauts personnages de l’Etat américain, a été une provocation majeure.
  • Tous les soirs, 20 Minutes revient sur les tensions autour de Taïwan alors que l’armée chinoise mène les plus grands exercices militaires de son histoire dans cette zone, envoyant avions de chasse, navires de guerre, drones et tirant des missiles balistiques.

Vous avez raté les derniers événements concernant le regain de tension autour de Taïwan ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point chaque jour, depuis la visite de Nancy Pelosi, numéro trois américaine et présidente de la Chambre des représentants, qui a largement refroidi les rapports entre la Chine et les Etats-Unis. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

Le fait du jour

Ce mercredi, Taïwan a présenté son avion de combat le plus avancé, le F-16V de fabrication américaine et équipé de missiles. Le chasseur F-16V, - une version améliorée et beaucoup plus sophistiquée des autres F-16, qui datent des années 1990 - a été chargé avec un missile antinavire de fabrication américaine dans le cadre d’un exercice de « préparation au combat » sur une base aérienne du comté de Hualien, dans l’est de son territoire.

Six F-16V, dont deux armés de missiles, ont par la suite décollé pour de rares missions de reconnaissance de nuit et d’entraînement, selon l’armée de l’air taïwanaise. En novembre, un premier escadron de F-16V avait été déployé par les forces aériennes taïwanaises. L’accord sur la livraison de tels appareils a été approuvé par le gouvernement du président américain de l’époque, Donald Trump, et son successeur Joe Biden a maintenu un soutien similaire à Taipei.

La phrase du jour

« Face à la menace des récents exercices militaires des forces communistes chinoises, nous sommes restés vigilants tout en établissant le concept de "champs de bataille en tout lieu et d’entraînement à tout moment" (…) pour assurer la sécurité nationale. »

Tels sont les mots de l’armée de l’air taïwanaise qui, dans un communiqué publié ce mercredi, a assuré vivre sous la constante menace d’une intervention militaire de la Chine. Une Chine qui revendique sa souveraineté sur Taïwan, dont elle « est prête à s’emparer par la force si nécessaire ».

Le chiffre du jour

300. C’est le nombre de tirs tests de missiles déjà opérés par les Etats-Unis. Washington en a tiré un de plus avec succès ce mardi. Selon l’US Air Force, le missile balistique intercontinental (ICBM) Minuteman III était équipé d’une ogive qui, en temps de guerre, pourrait transporter une bombe nucléaire. Il a parcouru quelque 6.760 km avant de s’abîmer en mer, dans les îles Marshall.

« Ce test de routine est destiné à démontrer que la dissuasion nucléaire des Etats-Unis est sûre. Il y a déjà eu plus de 300 tests de ce genre, et il n’est pas dû aux événements mondiaux en cours », a assuré l’armée de l’air américaine. Et d’ajouter que cet essai avait été reporté à deux reprises pour ne pas aggraver les tensions autour de l’Ukraine d’abord, et de Taïwan plus récemment.

La tendance du jour

Washington va renforcer ses relations commerciales avec Taïwan et effectuer de nouveaux passages aériens et maritimes dans le détroit, en réponse aux actions « provocatrices » de la Chine. Une « feuille de route ambitieuse » sur le commerce sera dévoilée « dans les prochains jours », a déclaré Kurt Campbell, coordinateur de la Maison Blanche pour l’Asie-Pacifique. Ce conseiller de Joe Biden a affirmé que Pékin avait utilisé la récente visite de Nancy Pelosi à Taipei pour « lancer une campagne de mise sous pression contre Taïwan afin de changer le statu quo, mettant en péril la paix et la stabilité à travers le détroit de Taïwan ».

 Ce haut responsable américain a également assuré que l’administration Biden « continuerait de renforcer (ses) liens avec Taïwan, notamment en continuant de faire progresser nos relations économiques et commerciales ».


Des navires et avions américains vont par ailleurs effectuer de nouveaux passages dans le détroit de Taïwan « dans les prochaines semaines », a ajouté Kurt Campbell. Les forces américaines « vont continuer à voler, naviguer ou opérer partout où le droit international l’autorise », a-t-il poursuivi, sans préciser la nature des déploiements effectués dans le détroit ou leur calendrier.