Moussavi s'en prend sévèrement au guide suprême et réclame à nouveau l'annulation de l'élection

HEURE PAR HEURE Tous les événements de la journée de samedi en temps réel...

20minutes.fr avec agence

— 

Moussavi s’adresse à ses supporters, square de l’Imam Khomeini, le 18 juin 2009 (photo publiée sur le site de Moussavi, GHALAMNEWS.IR).
Moussavi s’adresse à ses supporters, square de l’Imam Khomeini, le 18 juin 2009 (photo publiée sur le site de Moussavi, GHALAMNEWS.IR). — AFP PHOTO/GHALAMNEWS.IR

Malgré les mises en garde des autorités et les menaces du pouvoir, certains opposants sont tout de même sortis manifester samedi malgré l'annulation de la grande mobilisation prévue dans l'après-midi. Les forces de l’ordre et les milices ont pris position dans les rues de Téhéran, réprimant violemment les manifestants. Mir Hossein Moussavi a lui franchi un nouveau cap en critiquant ouvertement le guide suprême et en appelant à nouveau à l'annulation de l'élection.


>> Pour revivre la journée de vendredi, heure par heure, c'est par ici, le résumé c'est par là, et notre décryptage en questions/réponses et en vidéo est .

20h35 Obama monte au créneau
Le président américain appelle le gouvernement iranien à «mettre fin à tous les actes de violence et d'injustice contre sa propre population».
«Le gouvernement iranien doit comprendre que le monde le regarde. Nous pleurons chacune des vies innocentes perdues».

19h15 Moussavi critique sévèrement le guide suprême
Mir Hossein Moussavi critique très sévèrement le discours du guide suprême Ali Khamenei qui a validé vendredi la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad.
Moussavi accuse sans le nommer l'ayatollah de menacer le caractère républicain de la République islamique et de viser l'imposition d'un nouveau système politique.
Aucun personnage politique iranien n'a osé délivrer une telle critique envers l'ayatollah Khamenei depuis qu'il a pris ses fonctions en 1989.

19h00 La demande d'annulation est «un droit inaliénable»
Selon des informations publiés sur ses sites internet de campagne, Mir Hossein Moussavi affirme que la demande d'annulation des résultats de la présidentielle «est un droit inaliénable» et annonce qu'il sera «toujours aux côtés» des Iraniens pour défendre leurs droits légitimes.

18h30 Ahmadinejad remercie le guide suprême
Le président iranien se félicite de la «bonne décision» de Ali Khamenei qui a validé vendredi la régularité de sa réélection.

18h15 Un homme blessé par balle lors d'une manifestation
Selon un témoin qui dit avoir entendu des tirs, au moins un homme a été blessé par balle à l'épaule à Téhéran lors d'une manifestation de l'opposition interdite par le pouvoir.

17h50 Moussavi répète que le Conseil des Gardiens doit annuler l'élection
Dans une lettre publiée sur le site de sa campagne, Mir Hossein Moussavi répète que les autorités devaient annuler «pour irrégularités» l'élection qui a reconduit Mahmoud Ahmadinejad à la présidence.

15h45 Attentat suicide
Un homme a fait sauter sa veste explosive au mausolée de l'imam Khomeiny, à Téhéran, blessant un pèlerin. L'assaillant est mort.

15h00 Des canons à eau contre les manifestants
Un à deux milliers de manifestants de l'opposition sont rassemblés devant l'Université de Téhéran, près de la place Enqelab. La police utilise des canons à eau pour tenter de les disperser.


14h50 La police frappe
La police anti-émeute iranienne empêche des manifestants de l'opposition de se rendre sur la place Enqelab de Téhéran et en bat certains, selon un témoin sur place.

13h10 Manif ou pas manif?
Si certains organisateurs de la manifestation prévue cet après-midi ont renoncé à leur rassemblement face aux menaces des autorités, la rue, elle, pourrait décider de venir tout de même. Mais un important dispositif policier attend les opposants.

11h30
Le Conseil des gardiens prêt à recompter 10% des voix au hasard.


10h50
Moussavi et Karoubi ne se sont pas rendus au Conseil des gardiens chargé d'examiner leur plainte pour irrégularité du scrutin du 12 juin.

10h45 Les organisateurs de manifestations illégales seront arrêtés, prévient la police

10h35 Moussavi fera une déclaration importante dans une heure

10h30 Certains organisateurs veulent annuler
L'Association iranienne des religieux combattants, qui voulait organiser une marche de protestation samedi à Téhéran, a dit qu'en l'«absence d'autorisation, il n'y a pas de manifestation» selon un communiqué cité par la télévision d'Etat.

10h15 Le ministère de l'Intérieur interdit officiellement la manifestation
Le ministère iranien de l'Intérieur a déclaré samedi qu'aucune autorisation n'avait été donnée pour d'éventuelles manifestations de protestation à travers le pays. Et ajouté que les autorités agiront «conformément à la loi avec les contrevenants».

10h00 Les opposants maintiennent leur manif
Un proche de l'un des responsables du mouvement d'opposition a déclaré à l'AFP samedi matin qu'aucun ordre d'annulation de la marche n'avait été donné. «Comme l'a dit Mehdi Karoubi, elle se tiendra à 16h00 (13h30 heure française) sur la place Enqelab», au centre de la capitale iranienne, a dit ce conseiller sous couvert de l'anonymat.


Petit matin Des miliciens en uniforme dans les rues de Téhéran
Vendredi soir, de nombreux bassidjis, miliciens entièrement dévoués au guide et à la cause du président Ahmadinejad, se sont déployés sur les principales places de la capitale. Ils ont notamment établi des barrages sur les axes principaux de Téhéran, selon des témoins. Pour la première fois depuis le début du mouvement de protestation, ils étaient vêtus de leur uniforme, et non plus en civil. Ils portaient des casques et des matraques, et même des fusils d'assaut kalachnikov pour certains, toujours selon des témoins.