Guerre en Ukraine : L’opérateur nucléaire ukrainien dénonce une cyberattaque russe « sans précédent » contre son site

CONFLIT Retrouvez toutes les informations sur le conflit de ce mardi 16 août 2022

X.M. et M.P.
— 
Explosion près du village de Novofedorovka, en Crimée.
Explosion près du village de Novofedorovka, en Crimée. — Stringer/TASS/Sipa USA/SIPA

L’ESSENTIEL

  • L’Ukraine affirme avoir visé dans l’Est une base du groupe paramilitaire Wagner, dont les hommes sont accusés de combattre aux côtés des troupes russes, et avoir, dans le Sud, détruit un pont près de la ville occupée de Melitopol.
  • Kiev et Moscou continuent de s’accuser mutuellement de bombarder la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, la plus grande d’Europe. Volodymyr Zelensky dénonce un « chantage russe » autour du site. Depuis le 5 août, plusieurs bombardements ont visé la centrale, faisant craindre une catastrophe nucléaire.
  • La Hongrie, membre de l’UE, a annoncé samedi que la compagnie russe Gazprom a commencé à lui livrer plus de gaz naturel que prévu dans leurs précédents accords commerciaux. Bruxelles a par ailleurs commencé à mettre en œuvre un plan visant à réduire sa consommation de gaz de 15 %.

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

C’est la fin de ce live. Merci de nous avoir suivis. Retrouvez les informations liées à la guerre en Ukraine sur notre site.
22h13 : Navalny exige des sanctions systématiques contre les oligarques russes

L’opposant russe emprisonné Alexeï Navalny a dénoncé mardi l’absence de sanctions occidentales systématiques contre les oligarques russes pour leur soutien au régime de Vladimir Poutine et son intervention militaire en Ukraine.

Dans un message nourri d’exemples publié sur ses réseaux sociaux, il affirme que seuls 46 des 200 Russes les plus riches, selon le classement du magazine Forbes, sont actuellement soumis à des sanctions américaines, européennes ou britanniques.

« Pour moi, cela ne ressemble pas vraiment à une guerre totale contre les oligarques de Poutine », a-t-il commenté.

20h42 : Une cyberattaque russe « sans précédent » contre l’opérateur nucléaire ukrainien

« Le 16 août 2022, la cyberattaque la plus puissante depuis le début de l’invasion russe a eu lieu contre le site officiel d’Energoatom », a déclaré l’opérateur public ukrainien des centrales nucléaires Energoatom. Le site « a été attaqué depuis le territoire russe », a-t-il ajouté.

20h06 : Vous n’avez rien suivi de la journée ?

Et vous n’avez pas le temps ?

Par ici pour notre récap' du jour

 

18h59 : Zelensky, Erdogan et Guterres vont se réunir jeudi en Ukraine

Le président turc et le secrétaire général de l’ONU vont rencontrer le président ukrainien. La réunion permettra d'« examiner » la mise en œuvre de l’accord international signé en juillet à Istanbul pour permettre les exportations de céréales depuis l’Ukraine, accord « dont la Turquie est un élément clé », a indiqué le porte-parole d’Antonio Guterres.

« Un certain nombre de questions seront soulevées, en général, comme la nécessité d’une solution politique au conflit. Je n’ai aucun doute (sur le fait) que la question de la centrale nucléaire (de Zaporijjia) et d’autres seront également abordées », a-t-il ajouté, précisant qu’une bilatérale entre le président ukrainien et le secrétaire général devrait également avoir lieu.

17h30 : Emmanuel Macron prend position concernant la centrale de Zaporijjia

Lors d’un entretien téléphonique avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, le président français a souligné « sa préoccupation quant à la menace que font peser la présence, les actions des forces armées russes et le contexte de guerre avec les conflits en cours sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires ukrainiennes, et a appelé au retrait de ces forces », a indiqué l’Elysée.

Emmanuel Macron a également « marqué son soutien » à la proposition du directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, d’envoyer une mission sur place « dans les meilleurs délais » pour inspecter le site.

 

16h13 : Washington effectue avec succès un test de missile reporté deux fois

Les Etats-Unis ont testé avec succès un missile balistique intercontinental (ICBM) Minuteman III. Le missile, qui était non armé, a été lancé depuis la base aérienne de Vandenberg, en Californie, à 7h49, a précisé l'US Air Force dans un communiqué. Equipé d'une ogive qui en temps de guerre pourrait transporter une bombe nucléaire, il a parcouru quelque 6.760 km avant de s'abîmer en mer près de l'atoll de Kwajalein, dans les îles Marshall.

Le test était prévu en mars, mais il avait été reporté une première fois à cause de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, Washington craignant que Moscou n'utilise cet essai ordinaire pour élargir le conflit à d'autres pays.

15h00 : L’Estonie enlève des monuments datant de l’époque soviétique

L’Estonie a enlevé mardi un monument commémoratif de la Seconde Guerre mondiale dressé dans le temps à la gloire de l’Armée rouge, à Narva, ville habitée par une importante minorité russophone, et a accusé Moscou d’utiliser ces ouvrages pour attiser les tensions.

« Mon gouvernement a décidé de retirer les monuments soviétiques des espaces publics en Estonie », a déclaré la Première ministre Kaja Kallas dans un tweet mardi. « Symboles des répressions et de l’occupation soviétique, ils sont devenus une source de tensions sociales croissantes - en ces temps, nous devons maintenir au niveau minimum les risques pour l’ordre public », a-t-elle ajouté.

14h16 : La Finlande va réduire le nombre de visas touristiques russes

La Finlande va limiter le nombre de visas délivrés aux touristes russes à 10 % du volume actuel à compter du 1er septembre, en raison du mécontentement croissant dans le pays face à la guerre en Ukraine. Selon le ministre des Affaires Etrangères finlandais Pekka Haavisto, les heures d’ouverture allouées à la demande de visas touristiques seront réduites, ce qui permettra une baisse du nombre de demandes, car une interdiction pure et simple de visas fondée sur la nationalité n’est pas possible.
Il a expliqué que la priorité serait désormais donnée « aux autres types de visas : visites à des proches, contacts familiaux, travail, études ».
La Finlande traite actuellement près de 1.000 demandes de visas par jour venant de Russie, a déclaré M. Haavisto à la télévision publique finlandaise YLE.

13h30 : Macron et Zelensky se sont passé un coup de bigot

L’entretien téléphonique est intervenu « dans la matinée » et a « duré une heure 20 », a indiqué l’Elysée. Le président français et son homologue ukrainien ont discuté de la situation à la centrale nucléaire de Zaporojie. 

 

12h41 : L’explosion dans une base russe en Crimée est « un acte de sabotage »

L’explosion des munitions qui s’est produite mardi matin dans une base militaire russe en Crimée, péninsule annexée par la Russie, était due à un « acte de sabotage », a indiqué l’armée russe dans un communiqué.

Le dépôt militaire situé près de Djankoï, dans le nord de la Crimée, « a été endommagé le 16 août dans la matinée à la suite d’un acte de sabotage », selon le communiqué, cité par les agences de presse russes, qui n’en désigne toutefois pas les responsables.

« Un nombre d’infrastructures civiles, parmi lesquelles une ligne de haute tension, une centrale électrique, une voie ferroviaire, ainsi que plusieurs maisons ont également été endommagés », a détaillé l’armée russe.

12h19 : Une légende du rock russe mise à l’amende

Iouri Chevtchouk, monstre sacré du rock russe, a été condamné à une amende en Russie pour avoir dénoncé l’offensive contre l’Ukraine et le président Vladimir Poutine lors d’un concert. Un tribunal d’Oufa (centre de la Russie) a reconnu le chanteur coupable d'« action publique destinée à discréditer le recours aux forces armées russes » et l’a condamné à une amende de 50.000 roubles (environ 800 euros), a indiqué le service de presse de l’instance judiciaire dans un communiqué.

Le 18 mai, devant son public, à Oufa, le chanteur de 65 ans a martelé que « la patrie, ce n’est pas être le lèche-cul en permanence du président », selon des vidéos diffusées en ligne. « Maintenant, on tue des gens en Ukraine, pourquoi ? Nos gars meurent en Ukraine, pourquoi ? », a-t-il lancé à la foule, déplorant « les jeunes d’Ukraine et de Russie qui meurent (…) à cause des plans napoléoniens de notre César ».


Si Chevtchouk a été condamné à une amende, la loi pénale russe prévoit pour de telles offenses des peines pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison en cas de récidive et de circonstances aggravantes.

12h13 : Les touristes russes reçus au son de l'hymne national ukrainien

Dans l'est de la Finlande, les rapides d'Imatrankoski sont une attraction incontournables: chaque jour à la même heure, l'hymne national ukrainien retentit, le barrage presque centenaire s'ouvre et l'eau s'engouffre sous le regard de centaines de visiteurs dont de nombreux Russes. A lire, le reportage de l'afp ci-dessous : 


 

11h45 : L’Ukraine affirme avoir frappé une base du groupe russe Wagner

Pour rappel, l’Ukraine a affirmé lundi avoir visé dans l’Est une base du groupe paramilitaire Wagner, dont les hommes sont accusés de combattre aux côtés des troupes russes, et avoir détruit un pont près de la ville occupée de Melitopol (sud).

Selon le gouverneur de la région de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, la base de la société militaire privée, dans la ville de Propasna, a été « détruite par une frappe de précision ». Le tir a eu lieu dimanche, a précisé Serguiï Gaïdaï sur Telegram.

11h12 : Dans l'oeil d'Iryna, acte 2

Iryna Tuz, Ukrainienne de 38 ans installée à Toulouse depuis 2010, préside l'association Ukraine Libre, qui récolte des dons humanitaires à destination de l'Ukraine. Laissant derrière elle son mari et ses deux enfants, elle est retournée en Ukraine voir ses parents et y superviser le travail de son association. La jeune femme raconte à 20 Minutes la vie qui doucement reprend ses quartiers après cinq mois de conflit armé dans cette série en quatre épisode batisée « Dans l’oeil d’Iryna »

  • Dans ce second épisode, l’ancienne journaliste raconte son quotidien à Kiev, de ses retrouvailles dans les cafés, aux soirées concerts en passant par ses nuits rythmées (ou non) par les « alertes aériennes ».


  
 

10h37 : Petit rappel sur Zaporojie
Carte d'Ukraine localisant la centrale nucléaire de Zaporojie et les zones contrôlées par la Russie au 3 mars
Carte d'Ukraine localisant la centrale nucléaire de Zaporojie et les zones contrôlées par la Russie au 3 mars - SIMON MALFATTO, SABRINA BLANCHARD, AUDE GENET, CLÉA PÉCULIER, KENAN AUGEARD

La centrale de Zaporojie, la plus grande d'Europe, a été prise début mars par les troupes russes, au début de leur invasion de l'Ukraine lancée le 24 février.

Depuis fin juillet, plusieurs frappes, dont les deux parties s'accusent mutuellement, ont visé le site, faisant craindre une catastrophe nucléaire et provoquant la semaine dernière une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

 

10h00 : Macron va s'entretenir avec Zelensky mardi

Le président français Emmanuel Macron s'entretiendra par téléphone mardi en fin de matinée avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky de la situation à la centrale nucléaire de Zaporojie, sous contrôle russe dans le sud de l'Ukraine et cible récurrente de frappes. Le dernier échange téléphonique entre les deux responsables remonte au 1er août.

9h30 : Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit ukrainien ​

Le président russe Vladimir Poutine a accusé mardi les Etats-Unis de faire traîner le conflit ukrainien et chercher à « déstabiliser » le monde avec une récente visite à Taïwan de la présidente de la Chambre américaine des représentants Nancy Pelosi.

« La situation en Ukraine montre que les Etats-Unis cherchent à faire traîner ce conflit. Et ils agissent de la même manière en instiguant le potentiel conflictuel en Asie », a déclaré M. Poutine dans une adresse à la Conférence internationale sur la sécurité à Moscou, en disant voir dans le voyage de Nancy Pelosi à Taïwan « une stratégie consciente visant à déstabiliser la situation dans le monde ».

8h45 : Pour tout comprendre aux explosions en Crimée, c'est par ici

Une semaine après les premières explosions sur une base militaire en Crimée, le Pentagone assure toujours ne pas avoir d'informations sur la cause des récentes explosions, tout en soulignant que les Etats-Unis n'avaient livré à Kiev aucune arme permettant de mener une telle frappe. De son côté, l'Ukraine nie toujours être à l'origine de cette attaque alors que ce lundi un incendie et de nouvelles explosions de munitions survenaient dans une base russe de Crimée. On fait le point ici : 


 

8h20 : Incendie et explosion des munitions en Crimée

Un incendie ayant provoqué une explosion de munitions s’est produit mardi matin dans une base militaire russe en Crimée, péninsule annexée par la Russie, a annoncé le ministère russe de la Défense.

Le feu s’est déclaré dans un dépôt de munitions temporaire d’une base russe dans le district de Djankoï (nord), a précisé le ministère dans un communiqué, cité par les agences de presse russes. Selon le gouverneur de la Crimée, Sergueï Aksionov, qui s’est rendu sur les lieux, deux civils ont été blessés, et l’évacuation des habitants d’un village voisin était en cours.

8h15 : Départ du premier navire de l’ONU chargé de céréales pour l’Afrique

Le premier navire humanitaire affrété par l’ONU pour transporter des céréales ukrainiennes a quitté mardi le port de Pivdenny, dans le sud de l’Ukraine, avec quelque 23.000 tonnes pour l’Afrique, a annoncé le ministère ukrainien de l’Infrastructure.

« Le navire Brave Commander avec du grain pour l’Afrique a quitté le port de Pivdenny. Ce matin, le cargo est parti pour le port de Djibouti, où les vivres seront livrées à l’arrivée aux consommateurs en Ethiopie », a indiqué le ministère sur Telegram.

6h43 : Zelensky alerte l’Europe sur le nucléaire

Le président ukrainien tente une nouvelle fois de faire prendre conscience du risque nucléaire dans son pays. Une « catastrophe » à la centrale de Zaporojie, sous contrôle russe dans le Sud, menacerait l’Europe entière, a ainsi alerté lundi Volodymyr Zelensky.

« Tout incident radioactif à la centrale nucléaire de Zaporojie peut porter un coup aux pays de l’Union européenne, à la Turquie, à la Géorgie, et à des pays de régions plus éloignées. Tout dépend de la direction et de la force du vent », a-t-il expliqué. « Si les actions de la Russie conduisent à une catastrophe, les conséquences pourraient frapper ceux qui restent silencieux pour l’instant », a-t-il averti.

6h32 : Cinq étrangers jugés comme « mercenaires » par les séparatistes

Les séparatistes soutenus par Moscou dans l’est de l’Ukraine ont commencé lundi à juger trois Britanniques, un Croate et un Suédois accusés d’avoir combattu avec l’armée ukrainienne, ce qui pourrait leur valoir la peine de mort. La « Cour suprême » de la région séparatiste de Donetsk a ouvert le procès de John Harding, Andrew Hill, Dylan Healy, originaires du Royaume-Uni, ainsi que du Croate Vjekoslav Prebeg et du Suédois Mathias Gustafsson.

John Harding, Vjekoslav Prebeg et Mathias Gustafsson, faits prisonniers dans la zone du port de Marioupol, sont poursuivis pour tentative de « prise de pouvoir par la force » et pour « participation à un conflit armé en tant que mercenaire ». Andrew Hill est lui accusé uniquement de mercenariat, tandis que Dylan Healy est poursuivi pour « avoir participé au recrutement de mercenaires » en faveur de l’Ukraine.

Le tribunal a indiqué que le procès des cinq accusés ne reprendra que début octobre, sans donner d’explications sur les raisons de ce délai. Ils ont tous plaidé non coupable.

6h25 : Des jeux militaires avec des pays amis de la Russie

Le Venezuela accueille depuis lundi les épreuves « Sniper Frontier » jeux militaires internationaux 2022, compétition organisée depuis 2015 par la Russie et auxquels participent des pays comme la Chine, l’Iran, l’Inde, Cuba ou la Birmanie.

C’est la première fois que le pays, qui entretient d’étroites relations avec la Russie, accueille des compétitions de ces jeux annuels qui réunissent une trentaine de pays, dont l’Abkhazie, reconnue par une poignée de pays proches de Moscou.

« Le but, l’esprit de ces jeux, c’est d’unir les cultures et les peuples plus » que de démontrer ses compétences militaires, a affirmé le ministre de la Défense vénézuélien, le général Vladimir Padrino Lopez. Selon son ministère, une délégation de 200 militaires vénézuéliens a aussi été envoyée en Russie pour participer à d’autres épreuves de ces jeux.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. Depuis le 5 août, la sécurité de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie inquiète. Des tirs sur le site font craindre une catastrophe. Le président Zelensky ne cesse d’ailleurs d’appeler la communauté internationale à adopter « de nouvelles sanctions dures contre la Russie » et à ne pas « céder au chantage nucléaire ».