Explosion en Arménie : Le bilan s’alourdit encore dans la capitale

EXPLOSION La piste d’un attentat a été écartée

20 Minutes avec AFP
— 
Des policiers arméniens (Photo illustration)
Des policiers arméniens (Photo illustration) — Alexander Patrin/TASS/Sipa USA/SIPA

Terreur dans la zone commerciale d’Erevan, ce dimanche. Dans la capitale de l’Arménie, une explosion a fait au moins six morts, ont annoncé ce lundi les autorités de ce pays du Caucase, tout en excluant la piste d’un attentat.

Six corps ont été extraits des décombres, a déclaré à la presse le ministre arménien des Situations d’urgence, Armen Pamboukhtchian. Plus de 60 personnes ont été blessées, tandis que 15 autres sont portées disparues, selon la même source.


« Selon les estimations du ministère, à 99 %, ce n’était pas un attentat », a assuré Armen Pamboukhtchian, en expliquant qu’au début il y avait un incendie et seulement après une explosion s’est produite.

De petits foyers d’incendie et de la fumée demeurent toujours sur le site, a-t-il ajouté, en affirmant que cela pourrait durer jusqu’à sept jours encore. Des travaux de déblayage et de sauvetage se poursuivent, et plus de 350 secouristes sont déployés sur les lieux, a souligné Armen Pamboukhtchian.

L’origine de l’explosion n’est pas encore connue

Pour sa part, le Parquet général arménien a annoncé dans la nuit l’ouverture d’une enquête pour « violation des règles de stockage des produits facilement inflammables » et « violation des règles anti-incendie » qui ont entraîné la mort de plusieurs personnes « par négligence ». Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, s’est rendu ce lundi matin sur les lieux de l’explosion, selon son service de presse.

L’origine de l’explosion, qui s’est produite en début d’après-midi sur le marché de gros de Surmalu, n’était pas connue dans l’immédiat. Ce lieu est traditionnellement très fréquenté le dimanche. Certains médias, citant des témoins, ont rapporté que l’explosion était survenue dans un lieu où étaient entreposés des feux d’artifice.

Des volontaires et pompiers sur le pont

La déflagration a provoqué l’effondrement d’un bâtiment et des secouristes déblayaient les décombres avec des pelleteuses pour tenter de retrouver des survivants, a constaté une journaliste de l’AFP. De nombreux volontaires étaient également présents, s’échinant à déplacer à la main des amas de blocs de béton et de barres métalliques tordues.

Non loin, des pompiers équipés de lances à eau, certains perchés sur des échelles, arrosaient abondamment les ruines fumantes d’un immeuble à la façade noircie par les flammes. Selon le ministère des Situations d’urgence, quelque 200 pompiers et secouristes ont été déployés sur les lieux de l’explosion, ainsi que plusieurs camions et engins de chantier.

Une paix encore lointaine

Petit pays du Caucase d’environ trois millions d’habitants, l’Arménie traverse une période difficile depuis une guerre en 2020 contre l’Azerbaïdjan voisin qui s’est soldée par une lourde défaite et une crise politique majeure. Plus de 6.500 personnes ont été tuées dans cette nouvelle guerre et l’Arménie avait dû céder des pans entiers de territoires qu’elle contrôlait.

En juillet dernier, des premiers pourparlers se sont tenus en Géorgie entre les deux pays. Ces discussions s’inscrivent dans le sillage d’une médiation européenne visant à avancer vers un traité de paix.