New York : Abattu par la chaleur, un cheval de calèche s'effondre en pleine rue

DETRESSE L'animal est resté plus d'une heure allongé au sol

20 Minutes avec agence
Une calèche à New York, le 4 octobre 2020.
Une calèche à New York, le 4 octobre 2020. — Lev Radin/Sipa USA/SIPA

Son histoire a fait le tour des réseaux sociaux. Ryder est un cheval de calèche de 14 ans, utilisé pour promener les touristes dans les rues de New York ( Etats-Unis). Mais, ce mercredi, l’animal s’est effondré sur le bitume.

Il est resté à terre pendant plus d’une heure, « probablement à cause de la chaleur », indique l’association PETA sur Twitter. « Les chevaux n’ont pas leur place dans les grandes villes où ils sont constamment mis en danger à cause des voitures, des humains, de la météo, etc. », a ajouté l’association.


Fouetté par le conducteur

Le jour en question, le thermomètre a atteint jusqu’à 31°C à New York. Selon plusieurs médias, dont NBC, le conducteur de la calèche a plusieurs fois fouetté l’animal pour qu’il se relève, lui criant : « Lève-toi ! Lève-toi ! Lève-toi ! Allez, lève-toi ». Ryder a finalement été détaché et des policiers sont arrivés pour lui venir en aide, notamment en le rafraîchissant avec un jet d’eau.

« Le NYPD [police de New York], prend la santé et le bien-être de nos amis à quatre pattes à New York au sérieux, et nous sommes ravis que nos officiers équestres aient été en mesure d’aider », a déclaré la police. Un coussin a même été placé sous la tête de l’animal, qui a ensuite été conduit chez un vétérinaire.

Une maladie neurologique détectée

Un porte-parole de la Transport Workers Union, le syndicat qui représente les conducteurs de calèche, a indiqué que le vétérinaire aurait diagnostiqué une myéloencéphalite protozoaire équine chez Ryder. Il s’agit d’une maladie neurologique, causée par un parasite, qui peut se soigner avec des médicaments. La chaleur et/ou l’épuisement de l’animal n’ont pas été évoqués.

Le cas des chevaux de calèche fait régulièrement débat, notamment à New York. L’ancien maire Bill de Blasio avait tenté d’interdire cette pratique, en vain.