Hong Kong : Emigration record liée aux mesures sanitaires contre le Covid-19

FUITE Plus de 110.000 résidents ont quitté la ville, qui maintient des mesures sanitaires draconiennes

X.R. avec AFP
— 
Les hongkongais portent encore le masque en permanence.
Les hongkongais portent encore le masque en permanence. — Vernon Yuen/Shutterstock/SIPA

Pendant que le reste du globe a retrouvé le monde d’avant, à quelques détails près, certains pays vivent encore sous cloche. Et ça commence à agacer leurs habitants. A Hong Kong, qui maintient parmi les mesures sanitaires les plus strictes du monde contre le Covid-19, quelque 113.200 résidents ont plié bagage en un an. Un record sur 12 mois depuis le premier recensement de 1961. Au plus fort de l’épidémie cette année, les départs de résidents par les airs dépassaient souvent 2.000 personnes par jour, tandis que les arrivées se réduisaient comme peau de chagrin.

Cette situation s’explique en partie à cause des restrictions mises en place aux frontières pour lutter contre la pandémie, qui ont « interrompu l’afflux de population », a déclaré un porte-parole du gouvernement du centre financier. Autrefois carrefour asiatique du transport et de la logistique, Hong Kong est coupé du monde depuis plus de deux ans du fait de sa politique sanitaire draconienne, en ligne avec la stratégie « zéro-Covid » de la Chine.

Faible natalité et immigration continentale réduite

Selon des estimations évaluant la situation démographique en milieu d’année, la population de Hong Kong s’élève à 7.291.600 habitants, soit une baisse de 1,6 % par rapport à la même période l’année précédente. La population du territoire a commencé à diminuer en 2020 et la baisse ne montre aucun signe d’arrêt, selon les chiffres du gouvernement.

Le déclin de la population s’inscrit également dans une tendance plus générale d’exode des Hongkongais, dont beaucoup choisissent de s’installer à l’étranger en réaction à la répression par Pékin de la dissidence qui a fait suite aux manifestations pro-démocratie de 2019. Le gouvernement n’a cessé de minimiser ces départs, affirmant que beaucoup reviendront un jour ou pourront être remplacés par des résidents venus de Chine continentale. L’immigration de Chine continentale constituait autrefois l’un des principaux moteurs démographiques à Hong Kong, mais les chiffres récents sont restés faibles à cause de la fermeture des frontières.

Les autorités expliquent aussi en partie la diminution de la population par le faible


de la ville qui combine une population vieillissante avec l’un des taux de fécondité les plus bas d’Asie. L’année dernière, Hong Kong a enregistré 26.500 décès de plus que de naissances, et 11.900 de plus l’année précédente.