Nouvelle-Zélande : Et si le pays était rebaptisé Aotearoa ?

PETITION Le parti politique Te Pāti Māori souhaite « lever le traumatisme de la colonisation »

20 Minutes avec agence
Le drapeau de la Nouvelle-Zélande.
Le drapeau de la Nouvelle-Zélande. — Rafael Ben-Ari/Chameleons Eye/Newscom/SIPA

La Nouvelle-Zélande pourrait bientôt être renommée Aotearoa. Comme l’indique le site Quartz, une pétition a été lancée par le parti politique Te Pāti Māori afin de redonner son ancien nom maori au pays. Une part de plus en plus grande de la population estimerait qu’il est important que la nation retrouve ses racines maories, s’extrayant ainsi de la culture imposée par les colonisateurs anglais.

Vendredi, la pétition avait déjà recueilli 70.000 signatures, ce qui sous-entend qu’elle peut légalement être examinée par la Chambre des Représentants. Le parti Te Pāti Māori souhaite aussi changer le nom des villes et des monuments de la Nouvelle-Zélande, en optant bien sûr pour des mots maoris.

Un message fort pour l’identité de l’île

Aotearoa a une signification historique et culturelle forte : ce mot désigne les premiers nuages que les navigateurs polynésiens aperçurent alors qu’ils naviguaient au large, qui les auraient guidés vers leur future île. Le pays a ensuite été repéré par l’explorateur néerlandais Abel Tasman en 1642, avant d’être revendiqué par la Couronne britannique et de prendre le nom « New Zealand » en 1840.

Aujourd’hui, l’appellation Aotearoa serait de plus en plus utilisée par les habitants du pays dans la vie de tous les jours et dans l’administration. Un changement qui ferait donc sens, selon Debbie Ngarewa-Packer, co-dirigeante de Te Pati Māori, qui déclare dans une interview à NPR : « Il est vraiment important que nous démantelions certains des ressorts de la colonisation qui ont entravé notre capacité à atteindre notre véritable potentiel ». Elle espère que le changement « aura un impact positif massif sur notre capacité, non seulement à récupérer notre langue, mais aussi à lever le traumatisme de la colonisation ».