Guerre en Ukraine : Moscou démonte ses avions de ligne pour dénicher des pièces détachées

DEBROUILLE Depuis l'invasion, Moscou ne reçoit plus aucune pièce détachée de Boeing ou d'Airbus

20 Minutes
La Russie est en train de démonter au moins un avion de ligne Sukhoi Superjet 100 qu'on voit ici à l'aéroport international de Vnukovo.
La Russie est en train de démonter au moins un avion de ligne Sukhoi Superjet 100 qu'on voit ici à l'aéroport international de Vnukovo. — Alexander Shcherbak/TASS/Sipa US/SIPA

Pour la Russie, les commandes de pièces détachées de Boeing ou d’Airbus, c’est niet. Non négociable. Depuis l’invasion de l'Ukraine, les sanctions occidentales interdisent aux entreprises d’en fournir à Moscou. Mais d’après une enquête de l’agence de presse Reuters, le pays a trouvé une solution ingénieuse pour tenter de faire face à la pénurie : Le recyclage.

Les compagnies aériennes russes démantèlent des avions de ligne et récupèrent des pièces détachées afin que d’autres appareils, construits à l’étranger, puissent continuer à voler. Airbus avait annoncé mi-mars la suspension d’une livraison de treize A380 à la compagnie russe Aeroflot. La maintenance des appareils précédemment livrés est aussi suspendue.

Plusieurs appareils en cours d’effeuillage

La filiale nationale se voit donc aujourd’hui obligée de piocher dans les carcasses de ses propres avions afin de rallonger l’espérance de vie des appareils construits à l’étranger jusqu’en 2025 au moins.

Reuters confirme le démontage d’au moins deux appareils : un Sukhoi Superjet 100 – assemblé en Russie mais dépendant largement des pièces étrangères – et un Airbus A350 quasi-neuf. D’autres Boeing 737 et Airbus A320 auraient déjà été démontés afin de remplacer certaines pièces d’autres appareils de mêmes modèles alors que la flotte de la compagnie se compose à 80 % de Boeing et d’Airbus.