Guerre en Ukraine : Les premières exportations de blé ukrainien attendues la semaine prochaine

CONFLIT Retrouvez toutes les informations du 10 août liées à la guerre en Ukraine

D.R.
— 
Les premiers cargos chargés de blé vont bientôt prendre la mer. (illustration)
Les premiers cargos chargés de blé vont bientôt prendre la mer. (illustration) — UPI/Newscom/SIPA

L'ESSENTIEL

  • Les forces russes qui occupent la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie préparent son raccordement à la Crimée, presqu'île annexée par Moscou en 2014, et l'endommagent en procédant à cette réorientation de la production électrique, a alerté mardi l'opérateur ukrainien, Energoatom.
  • La Russie a lancé mardi, du Kazakhstan, un satellite iranien d'observation qui, selon la presse américaine, pourrait être utilisé par Moscou pour soutenir son offensive en Ukraine, ce que réfute Téhéran.
  • Des explosions ayant fait un mort et des blessés se sont produites mardi dans un dépôt de munitions sur le site d'un aérodrome militaire de la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée par la Russie, qui a arrêté ses livraisons de pétrole via l'Ukraine.

A VOIR

A LIRE 

 

C'est la fin de ce live. Merci de nous avoir suivis. Retrouvez les informations liées à la guerre en Ukraine sur notre site.
22h26 : Vilnius retient le transit des marchandises russes qui ont atteint leurs limites

Les chemins de fer lituaniens ont annoncé mercredi qu’ils suspendaient le transit vers Kaliningrad de certaines marchandises russes dont le volume a atteint les limites prévus.

Coincé entre la Pologne et la Lituanie, le territoire russe de Kaliningrad est largement approvisionné par voie ferroviaire à partir de la Russie continentale.

21h24 : Entretien téléphonique entre le chef de la junte au Mali et Vladimir Poutine

Le chef de la junte au Mali a eu un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine au lendemain de la réception de nouveaux équipements militaires de son allié russe, a indiqué mercredi Assimi Goïta sur son compte Twitter, une information confirmée à l'AFP par la présidence malienne.

« Nous avons évoqué l'appui de la Fédération de Russie à la transition politique malienne et j'ai salué la qualité de notre partenariat respectueux de la souveraineté du Mali et des aspirations de sa population », a déclaré le président Goïta sur les réseaux sociaux.

20h25 : Le premier cargo chargé de céréales ukrainiennes accoste en Turquie où sa cargaison a trouvé un nouvel acheteur

Le premier navire transportant des céréales ukrainiennes a accosté mercredi au port de Mersin, en Turquie, selon des sites de traçage du trafic maritime, et a trouvé un nouvel acheteur, a rapporté le site d’information Middle East Eye. Le Razoni, cargo battant pavillon sierra-léonais, avait quitté le 1er août le port ukrainien d’Odessa sur la mer Noire avec 26.000 tonnes de maïs, et aurait dû accoster dimanche dans le port de Tripoli, au Liban.

Le délai de livraison de cinq mois a toutefois « incité l’acheteur et l’expéditeur à s’entendre sur l’annulation de la commande », a expliqué mardi soir l’ambassade ukrainienne dans un communiqué.

20h18 : Il reste 350.000 habitants, « dont 50.000 enfants », dans le Donbass selon Kiev

A Donetsk, une des deux régions du bassin houiller du Donbass, plus de 3.000 civils ont été évacués depuis que le président ukrainien Volodymyr Zelensky a ordonné le 30 juillet l’évacuation de la population, a annoncé Kiev. Depuis le début de l’invasion russe le 24 février, plus d’1,3 million de personnes ont été évacuées de la région, qui compte « maintenant une population de 350.000 personnes, dont 50.000 enfants », a précisé la présidence.

19h56 : Les premières exportations de blé ukrainien attendues la semaine prochaine

Les premières exportations de blé ukrainien depuis l’invasion russe devraient commencer la semaine prochaine, conformément à un accord international signé en juillet à Istanbul, a affirmé mercredi un haut responsable de l’ONU. Les 12 premiers navires qui ont quitté les ports ukrainiens transportaient du maïs ou d’autres produits alimentaires, a affirmé Frederick Kenney, coordinateur par intérim du Centre de coordination conjointe (CCC) établi à Istanbul et chargé de superviser l’application de l’accord international signé le 22 juillet.

Frederick Kenney a précisé que les silos de l’Ukraine étaient remplis de maïs lorsque la Russie a lancé l’invasion du pays le 24 février. « Nous avons trois ports qui étaient pratiquement figés dans le temps », a-t-il ajouté. « Les navires sur place étaient chargés de maïs. Il était impératif de faire sortir ces bateaux pour pouvoir accueillir de nouveaux navires », a-t-il affirmé.

19h47 : Réunion jeudi du Conseil de sécurité de l'ONU sur la centrale de Zaporijjia

Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra jeudi une réunion d'urgence pour débattre de la situation à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia que Kiev et Moscou s'accusent mutuellement d'avoir bombardée, a-t-on appris mercredi de sources diplomatiques. Une source diplomatique au siège des Nations unies à New York a ajouté que les 15 pays membres du Conseil se retrouveraient jeudi après-midi, à la demande de la Russie, qui y dispose d'un droit de veto, comme les quatre autres membres permanents (Etats-Unis, Chine, France, Royaume-Uni).

19h24 : La Russie piétine dans le Donbass

« Au cours des 30 derniers jours, l’assaut de la Russie vers Bakhmout a été son meilleur axe de progression dans le Donbass, mais sur cette période elle n’est parvenue à avancer que de 10 km », soulignait mardi le ministère britannique de la Défense. Dans d’autres secteurs du Donbass, les troupes russes n’ont en 30 jours pas gagné plus de 3 km, « très certainement significativement moins que prévu », ajoutait-il.

19h12 : Le ministre ukrainien de la Défense en visite au Danemark

Le ministre ukrainien de la Défense, Oleksii Reznikov, a rencontré son homologue danois à Copenhague. « Nous avons discuté de la formation des commandants de combat ukrainiens, des spécialistes du déminage et des forces de défense de l’Ukraine », indique-t-il sur Twitter.


 

19h01 : Les explosions en Crimée dues à des cigarettes mal éteintes, ironise le ministre de la Défense ukrainien

Le ministre de la Défense ukrainien a refusé de commenter une éventuelle implication de son armée dans des explosions dans un dépôt de munitions en Crimée, estimant lors d’une conférence de presse mercredi à Copenhague qu’elles étaient dues à des cigarettes. « Je pense que les militaires russes dans cet aérodrome ont oublié une règle très simple "ne fumez pas dans des endroits dangereux". C’est tout », a dit ironiquement Oleksiï Reznikov, en visite au Danemark pour une rencontre avec des pays donateurs à l’Ukraine sous l’égide du pays scandinave et du Royaume-Uni.

Mardi des explosions ont fait un mort et des blessés dans un dépôt de munitions sur le site d’un aérodrome militaire de la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée par la Russie, qui a arrêté ses livraisons de pétrole via l’Ukraine.

18h58 : L’inflation en Russie reste élevée à +15,10 % en juillet sur un an

L’inflation, qui a flambé en Russie jusqu’à battre un record de vingt ans avant de refluer, s’est maintenue à un haut niveau en juillet à 15,10 % sur un an, selon les données de l’agence de statistiques Rosstat publiées mercredi. En juin, l’inflation enregistrée en Russie avait été de 15,09 % sur un an.

Les prix de l’alimentaire étaient encore les plus touchés par l’accélération en juin, augmentant de 17,7 % sur un an. Ils ont été tirés notamment par les produits de base comme le sucre (42,3 %), les pâtes (+26,4 %), le beurre (+25 %) et le pain (+18 %). Par rapport au mois de juin, les prix ont toutefois globalement baissé de 0,39 %, et ceux de l’alimentaire de 1,73 %.

18h46 : Six morts dans des frappes russes sur Bakhmout, dans l’est

Au moins six personnes ont été tuées et trois autres blessées mercredi dans des frappes russes sur la ville de Bakhmout, située près du front dans l’est de l’Ukraine, a annoncé le gouverneur régional.

« Les Russes ont bombardé la ville au lance-roquettes multiple, touchant un quartier résidentiel. Selon les premières informations, 12 immeubles d’habitation ont été endommagés et quatre sont en feu », a écrit sur Telegram Pavlo Kyrylenko, accompagnant son message de photographies des pompiers tentant d’éteindre les incendies.

18h26 : Popsana, ville « libérée par les Russes », une ville fantôme

 

18h10 : L’inflation annuelle en Ukraine atteint 22,2 % en juillet

Selon un rapport du Service national des statistiques de l’Ukraine, les prix à la consommation en Ukraine se sont accélérés de 22,2 % en juillet par rapport à l’année dernière.
Plus tôt dans le mois, la Banque nationale d’Ukraine a déclaré que l’inflation atteindrait plus de 30 % en 2022, tandis que le PIB du pays devrait diminuer d’un tiers cette année, dans un contexte d’invasion russe à grande échelle qui entraîne des pertes importantes pour l’économie ukrainienne.


 

17h06 : L’Espagne veut promouvoir l’importation de céréales ukrainiennes par voie ferrée

L’Espagne a annoncé avoir lancé un « projet pilote » pour importer 600 tonnes de maïs ukrainien par train, dans le but de démontrer que le transport ferroviaire peut être « une alternative ou un complément » au transport maritime pour l’importation de céréales d’Ukraine.

Un train formé de « 25 conteneurs de 40 pieds » chacun (67 mètres cubes) est parti mardi soir de Madrid en direction de Chelm, en Pologne, à 25 kilomètres de la frontière ukrainienne, où il devrait charger quelque 600 tonnes de maïs en provenance d’Ukraine, a annoncé le ministère espagnol des Transports dans un communiqué.

Ce train, affrété par la compagnie ferroviaire espagnole Renfe, est attendu « début septembre à Barcelone » (nord-est) après avoir parcouru un trajet total de quelque 2.400 kilomètres sur « l’autoroute ferroviaire qui traverse l’Europe » de la Pologne à l’Espagne, affirme le texte.

16h52 : Reprise des livraisons de pétrole russe en Slovaquie

Les livraisons de pétrole russe ont repris en Slovaquie, après une coupure liée à des sanctions visant Moscou et portant sur les droits de transit par l’Ukraine, a annoncé la raffinerie slovaque Slovnaft.

« Le pétrole brut arrive déjà à nouveau en Slovaquie par l’oléoduc Droujba et en Hongrie l’approvisionnement devrait être rétabli dans la journée de demain », a déclaré le porte-parole de la raffinerie, Anton Molnar.

16h43 : L’Ukraine souhaite être représentée par la Suisse en Russie

L’Ukraine souhaite que la Suisse représente ses intérêts en Russie mais Moscou doit encore donner son aval pour que l’accord entre en vigueur, a indiqué le ministère des Affaires étrangères helvétique.

Au début de la guerre en Ukraine, la Suisse avait offert « ses bons offices » à Kiev et Moscou, avait indiqué en mai à l’AFP le ministère suisse des Affaires étrangères. Ce que Kiev a accepté.

 

16h07 : L’Ukraine dit avoir mis hors service un pont dans la région occupée de Kherson

L’armée ukrainienne a affirmé avoir frappé un pont dans la région de Kherson, occupée par les forces russes dans le sud du pays, le rendant impraticable, après des tirs ayant déjà visé un autre axe logistique majeur dans cette zone. Selon le commandement Sud des forces armées ukrainiennes, cette frappe a visé un pont situé près de la centrale hydroélectrique de Kakhovka et l’a rendu « inutilisable ». « La frappe était précise et effective », a-t-il assuré sur Facebook.

Le 8 août, l’armée ukrainienne avait annoncé avoir frappé un autre pont situé dans la même région, l’Antonivski, d’importance stratégique pour la logistique des forces russes. En banlieue de la ville occupée de Kherson, traversant le Dniepr (Dnipro en ukrainien), ce pont avait déjà été visé et partiellement détruit le 27 juillet, forçant l’armée russe notamment à installer des pontons mobiles.

 

15h42 : Les livraisons de pétrole via l’Ukraine réglées par un groupe hongrois

Le groupe pétrolier hongrois MOL a pris en charge les frais d’une transaction bancaire refusée en raison des sanctions visant Moscou et portant sur les droits de transit par l’Ukraine, a annoncé l’entreprise dans un communiqué.

« MOL a transféré les frais de transit à payer pour l’utilisation du tronçon ukrainien » de l’oléoduc Droujba au mois d’août, a déclaré le distributeur dans un communiqué. « Selon la promesse des Ukrainiens, la livraison de pétrole brut (…) pourra reprendre dans quelques jours », a-t-il précisé, estimant cette « mesure rapide justifiée » par sa « responsabilité dans l’approvisionnement des pays voisins ».

Mardi, l’entreprise russe responsable du transport des hydrocarbures Transneft avait annoncé l’interruption à partir du 4 août des livraisons de pétrole à la Hongrie, à la République tchèque et à la Slovaquie.

15h31 : Plus de 3.000 civils évacués de Donetsk depuis le 30 juillet

A Donetsk, une des deux régions du bassin houiller du Donbass, où se concentrent les efforts russes, plus de 3.000 civils ont été évacués depuis que le président ukrainien Volodymyr Zelensky a ordonné le 30 juillet l’évacuation de la population, a annoncé Kiev.

Depuis le début de l’invasion russe le 24 février, plus d’1,3 million de personnes ont été évacuées de la région de Donetsk, qui compte « maintenant une population de 350.000 personnes, dont 50.000 enfants », a précisé la présidence ukrainienne.

15h04 : Piétinement russe dans l’Est

« Les forces russes ont mené des attaques terrestres au sud-est de Siversk et autour de Bakhmout », ainsi qu’au nord et au sud-ouest de la ville de Donetsk, près de la frontière entre les régions de Donetsk et de Zaporojie, indique l’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW). « Au cours des 30 derniers jours, l’assaut de la Russie vers la ville de Bakhmout a été son meilleur axe de progression dans le Donbass, mais sur cette période elle n’est parvenue à avancer que de 10 km », soulignait mardi le ministère britannique de la Défense.

« Dans d’autres secteurs du Donbass où la Russie tentait une percée, ses forces n’ont pas gagné plus de 3 km sur cette période de 30 jours, très certainement significativement moins que prévu », ajoutait-il.

14h54 : Avions en kit

On peut aimer faire des Lego toute sa vie. Ou y revenir parce qu’on n’a pas le choix. Moscou s’est lancé dans une activité de recyclage surprenante ces dernières semaines : l’effeuillage de ses avions de ligne afin d’en récupérer les pièces détachées. On vous explique tout sur cette drôle de combine ici :

 

14h45 : Dmytro Kuleba appelle les Occidentaux à suspendre les délivrances de visas pour les Russes

« J’appelle tous les États de l’UE et du G7 à cesser de délivrer des visas aux Russes. Le président Volodymyr Zelensky a tout à fait raison d’insister là-dessus », écrit ce mercredi Dmytro Kuleba. « Les Russes soutiennent massivement la guerre contre l’Ukraine. Ils doivent être privés du droit de franchir les frontières internationales jusqu’à ce qu’ils apprennent à les respecter », ajoute le ministre des Affaires étrangères.


 

14h34 : Frappes sur le village de Kouchougoum

Dans la région voisine de Zaporojie, en partie contrôlée par les forces russes, Oleksandre Staroukh, le gouverneur ukrainien, a rapporté sur son compte Telegram une frappe russe, ayant fait un mort, une habitante de 52 ans. « Quatre missiles ont été tirés » sur le village de Kouchougoum mercredi matin, écrit-il.

« Quatre maisons privées ont été complètement détruites. Plusieurs dizaines de maisons n’ont plus de toit, ni de fenêtres. L’approvisionnement en gaz et en électricité a été interrompu », ajoute-t-il.

14h13 : Pour l’Iran, son satellite lancé par la Russie ne vise pas à « espionner »

Téhéran a rejeté les allégations américaines selon lesquelles le satellite iranien lancé par la Russie serait destiné à des activités « d’espionnage ». Réagissant à ce lancement, Washington a déclaré que la coopération croissante de la Russie avec l’Iran devait être considérée comme une « menace profonde ». « Nous avons connaissance d’informations selon lesquelles la Russie a lancé un satellite doté d’importantes capacités d’espionnage pour le compte de l’Iran », a déclaré un porte-parole du département d’État américain.

« Parfois, certains commentaires sont faits pour attiser les tensions », a rétorqué le chef de l’Agence spatiale iranienne Hassan Salarieh. « Affirmer que nous voulons nous livrer à des opérations d’espionnage avec le satellite Khayyam (…) est réellement puéril », a-t-il dit à la presse. Le satellite a été lancé au milieu d’une controverse selon laquelle Moscou pourrait l’utiliser pour renforcer sa surveillance des cibles militaires en Ukraine.

13h30 : La journaliste russe Marina Ovsyannikova interpellée à Moscou

Marina Ovsiannikova a été arrêtée à son domicile, ce mercredi à Moscou, à la suite d'une perquisition menée par les forces de l'ordre. « A 6 heures du matin, alors que je dormais encore, dix membres du comité d’enquête et la police ont fait irruption chez moi », a écrit sur Telegram la journaliste russe Marina Ovsyanniko.

La jeune femme placée en détention provisoire va fait désormais l’objet d’une enquête pénale pour « faux » visant à discréditer l’armée russe. Les enquêteurs lui reprochent une manifestation devant le Kremlin, le 15 juillet dernier, durant laquelle elle avait qualifié Vladimir Poutine d'« assassin ».


 

12h54 : La Russie « met en danger la région » en occupant la centrale nucléaire de Zaporojie

Le groupe des pays les plus industrialisés du G7 a accusé mercredi Moscou de « mettre en danger » la région ukrainienne autour de la centrale nucléaire de Zaporojie occupée par les troupes russes, et demandé la restitution de la centrale à l’Ukraine.

« Nous exigeons que la Russie rende immédiatement à son propriétaire souverain légitime, l’Ukraine, le contrôle total de la centrale nucléaire de Zaporojie », écrit le G7 dans un communiqué publié par l’Allemagne, qui en assure la présidence. « C’est le contrôle continu de la centrale par la Russie qui met la région en danger ».

12h51 : Démission du cofondateur d’Amnesty International

Per Wästberg, cofondateur d’Amnesty International, a justifié sa décision par son désaccord avec le rapport très controversé d’Amnesty International sur l’armée ukrainienne. Per Wästberg a cofondé le bureau suédois de l’organisation internationale des droits de l’homme en 1964. La responsable d’Amnesty en Ukraine, Oksana Pokaltchouk, avait déjà annoncé sa démission au motif que le rapport servait involontairement « la propagande russe ».

La publication la semaine dernière d’un communiqué d’Amnesty accusant l’Ukraine d’installer des infrastructures militaires dans des zones habitées, en violation du droit international humanitaire, a déclenché l’une des plus explosives polémiques pour une grande ONG ces dernières années. Les critiques se sont déchaînées, dans le monde et en Ukraine, où le président Volodymyr Zelensky a accusé Amnesty International de mettre « la victime et l’agresseur sur un pied d’égalité ».


12h41 : Environ 10 avions russes détruits en Crimée

Yuriy Ignat, un porte-parole de l'armée de l'air ukrainienne, a déclaré que la Russie avait des Su-24, Su-30, Il-76, et d'autres avions à l'aérodrome de Saky à Novofedorivka, en Crimée. 


 

12h28 : Entrée en vigueur des mesures d’économie d’énergie en Espagne

Les mesures d’économie d’énergie décidées par le gouvernement de gauche espagnol dans le cadre d’un plan européen visant à réduire les importations de gaz russe sont entrées en vigueur dans les lieux recevant du public.

Un décret gouvernemental limite ainsi la climatisation à 27 °C dans la plupart des commerces, les établissements culturels (cinémas, théâtres) et les infrastructures de transports, comme les aéroports ou les gares. Ces lieux devront limiter le chauffage à un maximum de 19 °C cet hiver.

« L’objectif de ce plan est d’économiser le gaz pour nous préparer pour cet hiver dans le cas où [Vladimir] Poutine déciderait, face aux sanctions, de couper l’approvisionnement en gaz à l’Europe », a expliqué Joan Groizard, directeur de l’Institut pour la diversification et les économies d’énergie au ministère de la Transition écologique, dans un entretien à la télévision publique espagnole.

11h59 : « Boris Johnsonyuk »

 

11h47 : Une image impressionnante des explosions en Crimée

 

11h26 : L’UE et le Royaume-Uni ont complètement cessé d’acheter du charbon russe

Selon les estimations de la Commission européenne, l’embargo affectera 25 % de toutes les exportations de charbon russe, pour un montant de 8 milliards d’euros par an.


 

11h26 : L’UE et le Royaume-Uni ont complètement cessé d’acheter du charbon russe

Selon les estimations de la Commission européenne, l’embargo affectera 25 % de toutes les exportations de charbon russe, pour un montant de 8 milliards d’euros par an.


 

11h12 : Les Philippines annulent l’achat d’hélicoptères militaires russes

Manille a annulé la commande de 16 hélicoptères militaires russes pour cause de sanctions américaines contre Moscou. Les Philippines, alliées de longue date des Etats-Unis, avaient conclu en novembre un contrat de 12,7 milliards de pesos philippins (228 millions d’euros) pour des hélicoptères Mi-17 afin de moderniser ses équipements militaires.

L’ambassadeur des Philippines à Washington Jose Romualdez a récemment expliqué que cette annulation était motivée par l’invasion russe de l’Ukraine.

10h53 : Situation dangereusement tendue à Zaporojie

La situation s’est dangereusement tendue autour de la centrale nucléaire la plus grande d’Europe, sous contrôle des troupes russes depuis le 4 mars. La centrale a été bombardée à au moins deux reprises depuis vendredi, Kiev et Moscou s’accusant d’être à l’origine de ces frappes.

Une de ces frappes vendredi a endommagé une ligne électrique à haute tension, provoquant l’arrêt automatique de l’un des trois – sur les six initiaux – réacteurs nucléaires toujours opérationnels dans la centrale. Aucune mission indépendante n’a accès au site et le fonctionnement de la centrale est assuré par des employés ukrainiens.

« Toute attaque contre des centrales nucléaires est une chose suicidaire, a prévenu lundi le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. J’espère que ces attaques prendront fin. En même temps, j’espère que l’AIEA pourra accéder à la centrale ». L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) avait jugé samedi « de plus en plus alarmantes » les informations en provenance de Zaporojie.

10h45 : Un bâtiment résidenciel bombardé dans la région de Donetsk

 

10h28 : Un monument en hommage à l’armée rouge déboulonné en Pologne

Dans la ville polonaise de Malbork, un monument soviétique érigé en 1945 en l’honneur de l’Armée rouge a été déboulonné.


 

10h13 : Les pertes russes

 

9h33 : Café offert

L’ambassadrice britannique en Ukraine raconte cette anecdote sur Twitter. Hier, Melinda Simmons est allée acheter un café à Lviv et le commerçant a refusé qu’elle paye, estimant que c’était un petit remerciement pour tout ce que Londres a fait pour l’Ukraine. « Je l’ai remercié, j’ai payé quand même et lui ai demandé de faire une donation. Nous nous sommes enlacés », raconte la diplomate.


 

9h20 : La vente du premier chargement de céréales exporté par l’Ukraine annulée

Le contrat de vente du premier chargement de céréales exporté par l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe au Liban a été annulé en raison du retard de livraison, a indiqué l’ambassade ukrainienne au Liban. Le Razoni, cargo battant pavillon sierra-léonais, avait quitté le 1er août le port ukrainien d’Odessa sur la mer Noire avec 26.000 tonnes de maïs, et aurait dû accoster dimanche dans le port de Tripoli, au Liban.

Le délai de livraison de cinq mois a toutefois « incité l’acheteur et l’expéditeur à s’entendre sur l’annulation de la commande », a expliqué mardi soir l’ambassade ukrainienne dans un communiqué publié peu avant minuit. Selon elle, l’expéditeur étudie « d’autres demandes d’achat ».

9h08 : « Une nuit horrible » dans la région de Dnipropetrovsk

Selon le dernier bilan, l’attaque nocturne a aussi fait 11 blessés dont cinq dans un état grave, dans la région de Dnipropetrovsk relativement sûre où sont évacués des civils du Donbass, plus à l’est, l’épicentre de l’offensive russe.

« Nous avons passé une nuit horrible (…) C’est très dur de sortir les corps de sous les décombres », souligne Valentin Reznitchenko dans son message : « Je vous supplie, allez dans des endroits sûrs pendant les alertes aériennes (…) Ne laissez pas les Russes vous tuer ».

8h49 : La Russie forme de nouvelles forces terrestres, selon le ministère de la Défense britannique

Dans son point quotidien sur la situation en Ukraine, le ministère de la Défense britannique s’intéresse ce mercredi aux nouvelles forces terrestres russes à venir. Pour soutenir l’opération ukrainienne, la Russie a « presque certainement » mis en place une nouvelle formation majeure de forces terrestres, le 3e corps d’armée (3 AC), basée à Mulino, dans l’oblast de Nizhny Novgorod à l’est de Moscou, a déclaré le ministère. « Le recrutement est ouvert aux hommes jusqu’à 50 ans et n’ayant qu’un diplôme d’études secondaires », précise Londres.


 

8h30 : Bombardements sur Mykolaïv

Un bombardement vers 1h40 du matin a blessé trois personnes, dont une fille de 13 ans, dans la ville de Mykolaïv, d’après Vitaly Kim, le gouverneur de la région. Il a ajouté que des bâtiments résidentiels avaient été endommagés à la suite de ces frappes.

8h18 : Treize civils tués dans des bombardements russes dans la région de Dnipropetrovsk

Treize civils ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi dans des bombardements russes dans la région de Dnipropetrovsk, dans le centre-est de l’Ukraine, a annoncé le gouverneur Valentin Reznitchenko.

Deux blessés ont succombé à leurs blessures, s’ajoutant au bilan de onze morts annoncé par le gouverneur quelques minutes plus tôt sur Telegram.


 

8h05 : Plus de 3.500 personnes ont déjà fui la région de Donetsk

 

7h54 : Bienvenue dans l'Otan

Le président américain Joe Biden a officiellement accueilli la Finlande et la Suède dans l'alliance de l'Otan mardi en signant les documents de ratification qui ont apporté le soutien officiel des Etats-Unis aux nations nordiques. 


 

7h45 : Explosions dans un dépôt de munition en Crimée

Des explosions ayant fait un mort et des blessés se sont produites mardi dans un dépôt de munitions sur le site d’un aérodrome militaire de la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée par la Russie, qui a arrêté ses livraisons de pétrole via l’Ukraine.

L’armée russe a affirmé qu’aucun tir ni bombardement n’avait été à l’origine de ces déflagrations, d’abord signalées par les autorités de cette presqu’île unilatéralement rattachée à la Russie en 2014 et en première ligne dans l’offensive russe contre l’Ukraine déclenchée le 24 février.

On vous partage cette (très courte) vidéo des dégâts, relayée par le média d’opposition biélorusse Nexta.


7h36 : Environ 150 civils tués dans la région de Soumy

Environ 150 civils ont été tués dans la région de Soumy depuis le début de la guerre, a déclaré son gouverneur Dmytro Jyvytsky, 39 ans. Les villes et villages le long de sa frontière de 564 kilomètres avec la Russie subissent toujours des bombardements presque quotidiens par des roquettes Grad, des obusiers et des mortiers, souligne-t-il.

7h29 : « Je ne sais pas si elle est en vie »

Les soldats du front est de l’Ukraine ont passé cinq mois épuisants rythmés par des bombardements incessants. Pourtant, ce sont parfois les moments de calme où ils pensent à leur famille qui sont les plus durs. Le 10e bataillon de l’armée ukrainienne avait commencé à avancer en creusant de nouvelles tranchées dans les terres noires à deux kilomètres de la frontière russe, avant qu’une pause ne s’impose.

« Il y a des bombardements sporadiques. Mais actuellement c’est l’armistice céréalier pour la période de récolte des deux côtés », explique le sergent Tchekh qui s’identifie par son nom de guerre conformément au protocole de sécurité.

La mère de cet officier de 51 ans est restée dans la région de Kherson, dans le Sud, presque entièrement occupée par la Russie depuis le début de l’invasion, à 500 kilomètres de son fils qui combat dans la région de Soumy, dans le nord-est de l’Ukraine. « Je n’ai eu aucun contact avec elle depuis trois mois et je ne sais pas si elle est en vie. Elle a 88 ans », raconte-t-il presque en chuchotant. « J’ai eu des contacts avec les voisins et j’ai envoyé de l’argent, mais je n’ai aucune idée de la situation. »

7h20 : On rembobine

Vous n’avez pas suivi les informations liées au conflit en Ukraine hier ? Vous pouvez retrouver toutes les news de la journée de mardi dans notre live d’hier :

Ou, pour un condensé, notre récap' quotidien :

 

7h11 : La Russie lance un satellite iranien pour « surveiller les frontières »

La Russie a lancé mardi, du Kazakhstan, un satellite iranien d’observation qui, selon la presse américaine, pourrait être utilisé par Moscou pour soutenir son offensive en Ukraine, ce que réfute Téhéran. Le satellite de télédétection Khayyam a été lancé par une fusée Soyouz, du cosmodrome russe de Baïkonour à 7h52 (heure française), selon des images retransmises en direct par l’Agence spatiale russe Roscosmos.

Le satellite, nommé en l’honneur du poète et savant persan Omar Khayyam (1048-1131), a ensuite été placé sur orbite. Il a notamment pour but de « surveiller les frontières du pays », d’améliorer la productivité agricole, de contrôler les ressources hydriques et les catastrophes naturelles, selon l’Agence spatiale iranienne.

7h00 : Les Russes vont raccorder la centrale de Zaporojie à la Crimée

Les forces russes qui occupent la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie préparent son raccordement à la Crimée, presqu’île annexée par Moscou en 2014, et l’endommagent en procédant à cette réorientation de la production électrique, a alerté mardi l’opérateur ukrainien, Energoatom. « Les militaires russes présents dans la centrale nucléaire de Zaporojie mettent en œuvre le programme de (l’opérateur russe) Rosatom visant à raccorder la centrale aux réseaux électriques de Crimée », a dit le président d’Energoatom, Petro Kotin, à la télévision ukrainienne.

« Pour ce faire, il faut d’abord endommager les lignes électriques de la centrale reliées au système énergétique ukrainien. Du 7 au 9 août, les Russes ont déjà endommagé trois lignes électriques. En ce moment, la centrale fonctionne avec une seule ligne de production, ce qui est un mode de travail extrêmement dangereux », a-t-il ajouté. « Lorsque la dernière ligne de production sera débranchée, la centrale sera alimentée par des groupes électrogènes fonctionnant au diesel. Tout dépendra alors de leur fiabilité et des stocks de carburant », a aussi prévenu Petro Kotin.

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. L'armée russe veut raccorder la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie à la Crimée, annexée par Moscou en 2014. Une opération dangereuse qui inquiète Kiev.